Les infos du jour : Printant toujours autant fragilisé, Villas-Boas s’agace

Les infos du jour : Printant toujours autant fragilisé, Villas-Boas s'agace

Si vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité du jour, But Football Club récapitule pour vous les informations importantes de ce lundi 30 septembre.

La grosse info : les jours de Printant sont comptés

Malgré la victoire de l’ASSE sur la pelouse de Nîmes, Ghislain Printant ne devrait plus faire long feu à Saint-Etienne. Un nouveau coach a de grandes chances de débarquer dans la semaine.

ASSE : Bernard Caiazzo lâche un indice de taille sur le futur coach des Verts 

ASSE : Ghislain Printant persona non grata à Saint-Étienne ? 

ASSE : Ghislain Printant a commis une erreur fatale aux yeux des dirigeants 

Mais aussi :

OM – Stade Rennais (1-1) : André Villas-Boas allume les supporters marseillais ! 

L’entraîneur de l’OM André Villas-Boas a critiqué les supporters marseillais qui ont sifflé Jordan Amavi à sa sortie contre le Stade Rennais (1-1).

FC Barcelone : le retour imminent de Lionel Messi se précise 

Lionel Messi (32 ans) pourrait bien faire partie de la délégation du FC Barcelone face à l’Inter Milan mardi pour la deuxième journée de la Ligue des champions.

OL : Juninho, derby contre l’ASSE, Sylvinho… Aulas livre des vérités décapantes 

Le président de l’OL Jean-Michel Aulas s’est exprimé dans L’Équipe et semble plus en vouloir à son directeur sportif Juninho qu’à son entraîneur Sylvinho. Extraits.

Juventus : Franck Ribéry pousse Cristiano Ronaldo dans l’ombre 

Franck Ribéry (36 ans) illumine la Serie A depuis son transfert à la Fiorentina en provenance du Bayern Munich. Même Cristiano Ronaldo passe au second plan.

FC Nantes – Affaire Sala : la FIFA condamne Cardiff à payer 6 millions aux Canaris

Alors que le FC Nantes et Cardiff étaient en litige au sujet du transfert du regretté Emiliano Sala, la FIFA a tranché ce lundi.

Les infos du jour : Puel se rapproche de l’ASSE, Neymar et le Barça négocient

Les infos du jour : Puel se rapproche de l'ASSE, Neymar et le Barça négocient

Si vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité du jour, But Football Club récapitule pour vous les informations importantes de ce vendredi 25 septembre.

La grosse info : Puel parti pour remplacer Printant ?

Alors que la succession de Ghislain Printant à l’ASSE semble plus ouverte que jamais, les négociations avanceraient sérieusement pour Claude Puel selon RMC. Le clan Ruffier a de son côté mis les choses au point.

ASSE – Mercato : la piste Claude Puel se confirme

ASSE : Caïazzo aurait pris la main sur le dossier du coach, un deadline fixée pour Gasset 

ASSE : le clan Ruffier sort du silence et met fin à la polémique ! 

Mais aussi :

PSG : Neymar et le FC Barcelone, un accord à l’amiable est en bonne voie ! 

Alors que l’attaquant du PSG, Neymar, devait se retrouver ce matin au tribunal face au FC Barcelone, il est déjà rentré à Paris… Des négociations seraient en cours même si l’audience aurait bien eu lieu.

FC Barcelone – Mercato : le Barça tient déjà sa priorité de l’été 2020… Et ce n’est pas Neymar ! 

Selon Mundo Deportivo, le FC Barcelone a fait de Fabian Ruiz (milieu de Naples, 23 ans) l’un de ses objectifs de l’été 2020.

LOSC : effectif, Soumaoro, avenir, Nice…ce que Christophe Galtier a dit 

Le LOSC se déplace sur le terrain de l’OGC Nice, demain. Christophe Galtier était à l’instant face aux médias. Ce qu’il faut en retenir.

OM : arbitrage, Dijon, Amavi, Rongier…André Villas-Boas sans aucune retenue 

A deux jours du match contre le Stade Rennais, l’entraîneur de l’OM, André Villas-Boas, était en point-presse. Ce qu’il faut en retenir.

OL – FC Nantes : match à 13 heures 30, les Nantais ne digèrent toujours pas 

L’OL accueille le FC Nantes demain au Groupama Stadium. Match prévu à un horaire inhabituel : 13 heures 30. Et ça ne passe pas du côté des Canaris.

LOSC : Christophe Galtier « pas inquiet » pour les Verts

Au cours de son point-presse, Christophe Galtier, l’entraîneur du LOSC, a évoqué la situation de son ancien club, l’ASSE.

Il ne dirige plus l’ASSE depuis des mois. Mais garde, nécessairement, un oeil avisé sur les résultats d’une formation qu’il a dirigée des années durant. On parle ici de Christophe Galtier, l’entraîneur du LOSC, interrogé il y a quelques heures sur la situation préoccupante des Verts en ce début de saison.

Le Marseillais a voulu faire part de son optimisme, tout en adressant un petit tacle à peine dissimulé à l’encontre de la direction à deux visages des Verts, Roland Romeyer-Bernard Caïazzo. Des propos retranscrits par poteauxcarrés.

« Je suis triste. Vraiment triste, oui. Mais, il y a toujours des raisons quand on a de tels résultats. Mais je ne suis pas inquiet, car le Chaudron est un atout. Les supporters peuvent être un poids. Ils savent se mobiliser pour faire en sorte de pousser l’équipe à gagner des matchs. »

Prochain rendez-vous pour l’ASSE, dimanche sur la pelouse du Nîmes Olympique.

B.D.

L'été vient de se terminer et il s'est passé beaucoup de choses à l'ASSE depuis que les dirigeants ont choisi de promouvoir Ghislain Printant pour succéder à Jean-Louis Gasset sur le banc. Parmi celles-ci, certains décisions ont pu interpeller. Tout d'horizon.

Dirigeants, entraîneurs, joueurs, voici un cri du coeur

Dirigeants, entraîneurs, joueurs, voici un cri du coeur

Hier au soir, mon équipe, l’équipe que je supporte depuis une quinzaine d’années, a connu une nouvelle défaite en ce début de saison. La quatrième en seulement sept journées mais l’une de celles qui fait le plus mal. C’est donc pour moi, invétéré supporter de l’AS Saint-Étienne, le moment de lâcher ce que j’ai sur le coeur.

De désillusions en désillusions

Après deux désillusions sommes toutes logiques à Lille puis Marseille, j’ai espéré un redressement face à Toulouse dans notre Chaudron avec ses deux poumons. Ce ne fût pas le cas. J’ai alors rêvé d’un réveil pour le premier match d’Europa League en Belgique, ce ne fût pas le cas. Je n’espérais pas grand-chose du déplacement à Angers, seulement une révolte par le jeu. Ce ne fût pas le cas non plus. De par mon éternel optimisme, je savais alors que mon club, mes joueurs, allaient réagir et écraser à la maison un FC Metz malade. Malheureusement, force est de constater que l’équipe que j’aime par-dessus tout, est bien l’une, si ce n’est, la plus malade de Ligue 1.

En déroute totale

En effet, l’ASSE, plus grand club de France, s’est inclinée un but à zéro face au Metz de Vincent Hognon. Signe du destin, c’est celui qui était l’un de nos fidèles défenseurs en Ligue 2 et lors de notre remontée en Ligue 1 (de 2002 à 2007) qui vient s’imposer à Geoffroy-Guichard et ainsi annoncer la crise dans le Forez. Outre cette défaite, ce qui me rend le plus anéanti c’est l’état d’esprit de ce groupe qui a l’air incapable de réagir. Pourtant, intrinsèquement notre effectif fait partie des meilleurs de notre championnat et sûrement le meilleur que l’on est eut depuis de longues années. Nous avons des joueurs de haut-niveau mais ceux-ci n’arrivent pourtant pas à me procurer du plaisir. Comment est-ce possible de si peu vibrer devant chaque rencontre disputée ? Lors des mois de juillet et août, je souhaitais laisser du temps à ces joueurs, à ce staff et à nos présidents, qui avaient pour une fois bien travaillé selon moi lors du mercato estival. Mais à ce jour, après un mois de septembre apathique, ce manque de réaction, ce manque de plan tactique et cet immense manque d’homogénéité entre nos deux présidents me forcent à clamer haut et fort ma douleur.

Une passion qui s’éteint

Oui j’ai mal et oui jusqu’à présent je souffrais en silence. Désormais je n’en peux plus. Même si je n’ai pas connu les pires années de mon club (supporter depuis 2005), j’ai tout de même vécu des passages très compliqués avec plusieurs crises notamment de 2008 à 2010. Deux années sombres où je vibrais pourtant toujours autant pour mon club, où je sentais des équipes motivées, qui souhaitaient s’en sortir. Aujourd’hui, malgré une superbe saison l’année dernière, je ne sens pas ce sentiment de révolte du côté de nos troupes. Comme l’impression que l’on se laisse couler, doucement mais sûrement, et que personne (ou presque) n’a l’air de vraiment s’en soucier. Les joueurs ne font rien pour s’en sortir et leurs discours formatés à chaque début ou fin de match commencent vraiment à m’agacer au plus haut point. Chaque « on va essayer », « on va se remettre au travail », « on va bien se reposer » (M’Vila like this) ou encore « on est qu’à la septième journée » me rendent fou. Nous, simples supporters, sommes dans l’attente chaque saison de vibrer pour le club qu’on aime. Chaque semaine j’attends mon (ou mes) match(s) des Verts pour prendre du plaisir et rêver d’un bon parcours que ça soit en championnat ou en coupe. Même si défaite il y a, si le visage de mon équipe m’a fait plaisir j’aurais des motifs de satisfaction. Aujourd’hui, chaque rencontre me rend aigri. Tous les trois jours je suis obligé de m’agacer pour des joueurs qui n’en valent même pas la peine puisque la plupart ont l’air de royalement se foutre de mon institution. Il est loin le temps où Guilavogui me rendait heureux pour une année entière par le simple biais d’un tweet après une victoire dans cette mascarade qu’est la Coupe de la Ligue. Loin, très loin…

Tous travailler dans le même sens

Évidemment, cela serait une catastrophe industrielle pour de nombreuses personnes travaillant au club de voir l’équipe descendre ou même jouer le maintien. Ce n’est pas ce que les dirigeants souhaitent, cela me paraît assez logique. Mais bord*l, j’ai comme le mauvais sentiment que personne ne souhaite parler, essayer d’avancer ensemble pour que le club fonctionne au mieux. Chacun veut faire à sa sauce et ne pense pas vraiment à ce qu’est le mieux pour notre club (coucou nos deux têtes pensantes). Depuis le peu d’années que je supporte les Verts, les pires passages ont été lorsque nos deux présidents ont dû réellement faire des choix à deux. Nous avons eu la chance d’avoir pendant plusieurs années Christophe Galtier puis pendant un an et demi Jean-Louis Gasset (accompagné d’un très bon Frédéric Paquet) mais pour le reste, cela a souvent été difficile en terme de bonnes décisions. Maintenant, après de trop nombreuses paroles je souhaite des actes, des réponses à cet honteux début de saison. Rien n’est là, tout est à refaire que ça soit dans l’état d’esprit ou dans les choix de notre direction. Faites tous en sortent que notre club soit là où il devrait être et non dans les bas-fonds de cette pauvre Ligue 1.

Nous sommes l’AS Saint-Étienne. Dirigeants, entraîneurs et joueurs vous êtes l’AS Saint-Étienne. Vous vous devez TOUS de réagir pour le bien de l’institution qu’est l’ASSE. Dire que vous en êtes incapables serait mentir, alors BOUGEZ-VOUS. Dans l’espoir que ce cri du coeur arrivent aux oreilles de certains.

Sportivement, Rémi, fervent supporter de l’ASSE.

ALLEZ LES VERTS !

PSG, OM, OL, ASSE, FC Nantes – Mercato : la L1 bientôt impactée par une réforme des transferts ?

PSG, OM, ASSE, FC Nantes - Mercato : la FIFA songe à une réforme des transferts

Selon le New York Times, la FIFA envisage de limiter l’influence et les commissions des agents et réduire le nombre de prêts. La L1 pourrait être visée par ricochet.

Le mercato pourrait bientôt commencer à subir quelques aménagements drastiques. Selon le New York Times, la FIFA devrait approuver, ce mercredi en comité exécutif, une réforme du marché des transferts visant à « limiter l’influence des plus grands agents et empêcher des clubs comme Chelsea, la Juventus ou Manchester City de stocker leurs talents ».

Pour ce faire, la FIFA envisage de limiter les commissions d’agents (3% s’ils sont payés par le club acheteur et le joueur, 6% s’ils le sont par le club vendeur) et d’interdire à ces mêmes agents d’être rémunérés par les deux parties.

Dans le même temps, l’organe international veut aussi limiter également le nombre de prêts de joueurs de plus de 21 ans, non formés au club, à 8 dès la saison 2021-2022 puis 6 à partir de 2022-2023.

Si les grands clubs cités seront les premiers visés par de telles réformes, cet effet pourrait être domino par la suite puisque les clubs « plus petits » ne pourront plus bénéficier des avantages de joueurs prêtés. Les transferts en L1 pourraient donc être chamboulés. Dès 2020 ?

Julien Pérez

JOUR-Ju : Si au moins nous sentions que la situation était sous contrôle

JOUR-Ju : Si au moins nous sentions que la situation était sous contrôle

Une crise à l’ASSE ! Ça faisait longtemps ! Bordel, comment je suis censé écrire une chronique un tant soit peu positive moi ?… Joss Randall a trouvé la parade lui, il n’écrit plus maintenant que Môssieur a ses entrées sur RMC ! Je vais essayer d’appeler France 2 tiens, si ça se trouve… 

Mes kikis l’heure est grave. Je ne vais pas vous faire un résumé, vous avez surement tout lu ici ou ailleurs. Tout et son contraire également sur les réseaux sociaux. Bon, allez, juste en vitesse : on a demandé à Printant de partir, il a dit non, mais normal car en fait on ne lui a pas vraiment demandé, là-dessus on a appelé Gasset à la rescousse tout en assurant que non jamais de la vie, Nanard aurait rencontré Puel dans un bar parisien alors qu’il rêve de Kombouaré et pendant ce temps-là Priscilla flirte avec Brandon.
Bref, tout va très bien !

Heureusement qu’on va gagner ce soir parce que sinon, il y aurait vraiment de quoi déprimer. Comment ? Ah si, si, on va gagner ce soir je vous assure. Vous pouvez mettre votre Livret A dessus, j’y crois presqu’autant qu’à notre victoire à Angers, c’est vous dire.
Bon sang, qu’est-ce que j’aimerai trouver les mots justes, vous rassurer en vous disant que tout va bien se passer, qu’on est supporters d’un grand club qui saura se sortir de cette mauvaise passe.
Mais si au moins, on ne passait pas pour des truffes…si au moins nous sentions que la situation était sous contrôle. Tiens, ça m’amène à cette interrogation : Est-ce que les présidents de clubs s’appellent entre eux pour se chambrer le lundi matin ? Non parce que moi j’y ai droit tous les matins depuis 10 jours aux coups de fils de collègues supporters de l’OM qui se font un malin plaisir à se foutre de ma gueule… Vous imaginez le truc ?!
« Allo, Roland ? Ouais c’est J-H…Eyraud…non, je voulais te dire bravo de nous avoir soufflé Moukoudi sous le nez, gros gros coup ! Ils font un concours de vitesse avec Perrin ou quoi ?! Popopo !! Ah oui je voulais te dire aussi, j’ai croisé M’Vila sur la cannebière dimanche après-midi, j’étais un peu surpris mais il m’a expliqué, c’est son cousin sur le terrain !! Oh allez Roland, on peut bien s’marrer un peu…bon allez j’te laisse j’ai bronzette, ciao mon Roland ! »

Le match dans le match

Je pourrais quasiment faire un copié-collé de ce que j’ai écrit dimanche. Les Verts contre les Verts…
Ça fuit de partout. Notre dernier rempart n’est plus impérial, bien mal aidé par une défense aux abois. Nous n’avons plus aucune maitrise au milieu et notre animation offensive ne fonctionne, au mieux, qu’en pointillé.
Que manque-t-il pour que tout cela surperforme (ou juste performe, on s’en contentera) et que la roue se remette à tourner dans le bon sens ? Peut-être un adversaire pas bien plus serein que nous (le FC Metz reste sur 4 défaites de rang) pour que nous retrouvions nos Verts le temps d’une soirée. Et plus si affinités ?

La causerie d’avant-match

« Salut les gras, euh, les gars, pardon. C’est Ghislain, vous vous rappelez de moi ? Mais si, je suis votre coach, vous avez même insisté auprès de la direction pour que ce soit moi ! Tout ça pour ne même plus daigner m’écouter quand je vous parle…

Bon, du coup, Yann, tu veux jouer à quel poste aujourd’hui ?
– Moi ?…bah euh…je sais pas…mais pourquoi ?
Ah bah parce qu’apparemment c’est toi qui décide ici ! Alors, dis-moi, ailier ? En pointe ? Latéral gauche ? Non mais vas-y, fais-toi plaisir, c’est le moment ! Et dans les buts ?! Tu veux pas essayer dans les buts ?!

Non mais oh les divas, vous vous rappelez pour qui vous jouez ?! Ils étaient presque 1000 à Gand et dans le lot, y en a un paquet qui a enchainé par un déplacement à Angers trois jours plus tard ! Vous croyez que c’était pour visiter la ville ?! Bah non, c’était pour vous voir jouer bordel ! Et sûrement pas pour assister à une parodie de football comme celle que vous leur avait offert en seconde mi-temps… Et moi, comme un con au bord du terrain, à hurler pour vous demander de vous replacer ou de rester concentrés…

Vous me dégoutez les gars… Y’en a bien un ou deux qui sortent du lot mais dans l’ensemble franchement…depuis le début de saison, vous pensez mériter de porter ce maillot ? Vous pensez en être digne ?
Moi j’aime ce club, depuis plus longtemps que vous d’ailleurs, j’étais à Glasgow en 76 bordel ! Et je vais vous dire une chose, je ne lâcherai pas. Pas avant de sentir que c’est terminé, qu’il n’y a plus aucun espoir.
Donc maintenant s’il vous reste un peu d’amour propre, voire un chouya de conscience professionnelle et si vous avez ne serait-ce qu’une vague idée du mal que vous m’avez fait…mettez-vous le cul par terre ce soir et offrez-moi une victoire à Geoffroy Guichard avant que je ne m’en aille. Il me semble que je mérite au moins ça. »

Crédit photo : Icon Sport

Lire la suite ...





ASSE : ces décisions que l’on n’a pas compris depuis la promotion de Printant

ASSE : une histoire de gros sous derrière le feuilleton Printant ?

L’été vient de se terminer et il s’est passé beaucoup de choses à l’ASSE depuis que les dirigeants ont choisi de promouvoir Ghislain Printant pour succéder à Jean-Louis Gasset sur le banc. Parmi celles-ci, certains décisions ont pu interpeller. Tout d’horizon.

Rocheteau qui quitte son poste

On savait que Dominique Rocheteau s’interrogeait, qu’il avait mal vécu le départ de Christophe Galtier, le passage éclair d’Oscar Garcia, et qu’il était déçu de voir partir Jean-Louis Gasset. Mais qu’il quitte son poste de directeur sportif à l’approche du Mercato estival a surpris, le timing étant plutôt mal venu. Une décision qui a laissé Davis Wantier gérer seul le Mercato avec Ghislain Printant, la direction ayant pris le parti d’attendre avec de nommer un nouveau directeur sportif. Ce qui ferait d’ailleurs encore débat en interne.

Paquet, un an et demi et puis s’en va

Appelé en renfort fin 2017, quand l’ASSE était dans les bas fonds de la L1, Frédéric Paquet a contribué à redresser le club, même si le mérite en revient avant tout à Jean-Louis Gasset et aux efforts des présidents. On savait que de nombreux griefs lui étaient reprochés et que Roland Romeyer avait fait son retour aux affaires après avoir repris du poil de la bête. Mais l’annonce de son départ en septembre, dès le début de l’été, n’a pas contribué à instaurer un climat sain en interne. Un départ non compensé, ce qui tend donc à montrer que Romeyer considère qu’il n’a plus besoin d’un directeur général pour l’aider à gérer le club au quotidien.

Batlles qui file à Troyes

On savait Laurent Batlles déçu de ne pas avoir été appelé chez les pros il y a un an et demi, quand Julien Sablé lui avait été préféré, en interne, pour remplacer Oscar Garcia. Alors que Ghislain Printant cherchait un adjoint, le club a fait appel à Laurent Huard. Et l’ancien meneur de jeu s’en est allé à Troyes (L2).

Vagner qui n’entre toujours pas dans les plans

Lors du premier match de préparation contre Andrézieux, Vagner Dias Gonçalves avait livré une très bonne mi-temps, dans la foulée d’un prêt à Nancy où il avait été le grand artisan du maintien de l’ASNL en L2, en inscrivant 5 buts. Mais cela n’a pas suffi pour que Printant l’amène en tournée aux Etats-Unis, et le Capverdien est retourné à Nancy en prêt, avec Makhtar Gueye et Vagner Rocha Santos dans ses bagages. Pour le plus grand bonheur du club lorrain.

Des tensions entre M’Vila et la direction

Peu de médias l’ont évoqué, mais cet été, Yann M’Vila a brillé par son absence à L’Etrat entre la tournée américaine et le stage en Angleterre. Quelques jours après le transfert de Rémy Cabella, le n°6 a remis en cause son avenir au club après un litige d’ordre financier avec la direction, et c’est Printant qui l’a convaincu in extrémis de ne pas sécher la tournée anglaise des Verts, à un moment où l’agent du joueur tentait de lui trouver un nouveau club.

Khazri aligné dès son retour de vacances

Pour la première journée de championnat, l’ASSE a aligné cinq recrues et trois jours qui n’avaient pas disputé le moindre match de préparation avec l’équipe : Miguel Trauco, Jean-Eudes Aholou et Wahbi Khazri. C’est surtout la titularisation du Tunisien qui a surpris, car il n’avait repris l’entraînement que cinq jours plus tôt après avoir participé à la CAN.

Beric remplaçant à domicile et titulaire à l’extérieur

Parmi les choix discutables et discutés de Ghislain Printant depuis le début de la saison, il y a l’utilisation de Robert Beric. Le Slovène a débuté sur le banc contre Brest avant d’être aligné d’entrée à Marseille, alors que l’inverse aurait semblé plus logique compte tenu de son profil et des statistiques, qui ont prouvé depuis longtemps qu’il était bien plus efficace à domicile qu’à l’extérieur. Mais pour la réception de Toulouse, le n°27 était à nouveau remplaçant… avant de débuter dimanche dernier à Angers.

Aholou qui enchaîne malgré une alerte

Longtemps blessé la saison dernière à Monaco, Jean-Eudes Aholou a été titularisé d’entrée, contre Dijon, plus face à Brest. Mais une blessure à l’adducteur l’a contraint de céder sa place à Zaydou Youssouf face aux Bretons. La blessure étant moins grave que prévue, l’ancien strasbourgeois a finalement pu reprendre sa place à Lille, et il a enchaîné avec une quatrième titularisation quatre jours plus tard à Marseille… où il a dû à nouveau être remplacé par Youssouf, la douleur étant réapparu. A trop tirer sur la corde… Retour prévu courant octobre.

Kolo qui ne revient que fin août

Printant en avait fait une priorité. Mais le feuilleton a duré tout l’été, ou plutôt les négociations, et c’est finalement fin août, après la reprise du championnat, que Timothée Kolodziejczak a effectué son retour, à nouveau prêté par les Tigres. Mieux vaut tard que jamais, mais bon…

Cabaye qui ne vient que fin août

L’hiver dernier déjà, l’ASSE s’était positionnée sur Yohan Cabaye. Mais alors que le milieu de terrain était libre, il n’a rejoint le Forez que fin août. N’aurait-il pas été plus judicieux qu’il signe dès le début de l’été, qu’il effectue la préparation avec le groupe ? A son poste, Zaydou Youssouf et Jean-Eudes Aholou sont arrivés avant lui. Mais Printant aurait insisté, considérant qu’il manquait un 8, M’Vila, Youssouf et Ahoulou ayant tous les trois plutôt des profils de 6. Aurait-on eu besoin de les voir à l’oeuvre sous le maillot vert pour le découvrir ?

12 recrues mais pas de 9 !

Alors que l’on pouvait imaginer que l’ASSE miserait sur la stabilité avec la nomination de Printant pour succéder à Gasset, et qu’elle ferait de la place à ses jeunes après leur victoire en Coupe Gambardella, son été a été le plus mouvementé de son histoire ! Une vingtaine de joueurs sous contrat professionnel sont partis, et 12 recrues sont arrivées, sans compter les joueurs recrutés pour la réserve. Un recrutement massif, qui permet à Printant d’avoir tous les postes doublés, voire triplés. Mais parmi ces 12 recrues, le club n’a pas su attirer un nouveau n°9, alors que c’était une priorité aux yeux du Montpelliérain.

Sissoko, Llort, Porsan-Clémenté, Kouyaté… Pour quoi faire ?

Cet été, l’ASSE a fait venir Alpha Sissoko qui évoluait en réserve à Clermont, ainsi que Lucas Llort et Jérémie Porsan Clémenté qui étaient en réserve à Montpellier. Des recrues à moindre coût, certes, tout comme l’Ivoirien Aboubacar Kouyaté, mais ces joueurs-là, tous sous contrat professionnel, ne sont destinés qu’à l’équipe réserve, qu’ils sont censés renforcer. Ce qui n’est pas franchement le cas pour l’instant : leur apport est décevant et la formation de Razik Nedder est avant-dernière de son groupe de National 2. Le milieu colombien Luis Sanchez, lui, arrive avec des références prometteuses, prêté deux ans par l’America Cali.

L'été vient de se terminer et il s'est passé beaucoup de choses à l'ASSE depuis que les dirigeants ont choisi de promouvoir Ghislain Printant pour succéder à Jean-Louis Gasset sur le banc. Parmi celles-ci, certains décisions ont pu interpeller. Tout d'horizon.

Laurent HESS

ASSE – L’oeil de Denis Balbir : «Aux dirigeants de prendre vraiment leurs responsabilités »

ASSE – L'oeil de Denis Balbir : «Aux dirigeants de prendre vraiment leurs responsabilités »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1 et des Verts. Notre consultant a voulu se fendre d’un coup de gueule après la nouvelle défaite de l’ASSE à Angers (1-4).

« Même si je vais essayer de rester mesuré par rapport au vocabulaire employé, je pense que c’est catastrophique ce qui se passe à l’AS Saint-Etienne actuellement. A Angers, les Verts ont vécu une humiliation (défaite 4-1). C’est le point d’orgue d’un début de saison très compliqué. Prendre 4-1 à Angers, cela n’aura pas été très grave si l’ASSE avait gagné contre Brest ou Toulouse à domicile et n’avait pas manqué son retour en Europe à la Gantoise. Un accident peut toujours arriver. Mais là, les choses se répètent.

On voit un Khazri qui est un fantôme depuis pas mal de temps, un Boudebouz qui ne répond pas aux attentes, un Loïc Perrin qui se fait prendre plusieurs mètres sur une action à Gand, un Moukoudi qui était certes excellent en Ligue 2 mais qui manque de repères quand le niveau s’élève… Cela pose un tas de questions.

Comme je l’ai déjà souligné, Sainté a réalisé un bon Mercato au niveau des noms mais sur le terrain, cela ne se retranscrit absolument pas. Au contraire. L’ASSE dispose d’un effectif riche quantitativement mais ne parvient pas à jouer sur deux tableaux ni à se faire violence quand il le faut. On ne peut plus se cacher derrière certaines absences défensives (Saliba, G.Silva, etc.) pour expliquer cette passe difficile. Les réactions sporadiques ne suffisent plus. Il y a tout un tas de choses à reprendre collectivement et individuellement.

« Si la faillite de l’entraîneur est réelle, ce n’est pas la seule à mes yeux »

Dimanche après-midi, j’ai vu une équipe stéphanoise perdue tactiquement, qui ne parvient pas à se trouver et qui a complètement explosé au premier grain de sable. Dans toutes les lignes, les joueurs se cherchent. Certains sont en manque de rythme car on ne les a pas aligné quand il le fallait… Et on les sort aujourd’hui pour aligner d’autres joueurs. Sur ce match, j’ai aussi vu des changements inopportuns. Je ne saisis pas toujours la cohérence. L’embellie de Dijon s’est avérée sans lendemain. Aujourd’hui, tous les supporters stéphanois ont la gueule de bois. Pour les dirigeants, c’est aussi un gros casse-tête. A eux de prendre leurs responsabilités.

Est-ce que cette période est la faillite née du choix de nommer Ghislain Printant ? Comme toujours, l’entraîneur est le premier responsable. Peut-être un peu plus dans ce cas car il y avait déjà une certaine méfiance quant à sa capacité de diriger une grande équipe comme Saint-Etienne. Maintenant j’ai trop d’amitié et d’affection pour Ghislain Printant pour ne pas venir le torpiller. D’autres s’en chargent depuis quelques jours et il le sera encore dans les jours qui viennent s’il reste au club. Comme je le répète depuis plusieurs chroniques, je n’ai pas compris certains de ses choix. Notamment ceux visant à laisser Arnaud Nordin et Robert Beric sur le banc à Geoffroy-Guichard et de les aligner à l’extérieur au casse-pipe comme à Angers ou à Marseille.

Mais si la faillite de l’entraîneur est réelle, ce n’est pas la seule à mes yeux.Le mieux se serait encore que les dirigeants se rendent comptent qu’ils sont à la tête d’un grand club et que le club est au dessus de tout. Ce n’est pas aux joueurs de décider du coach à l’intersaison. Dans quel grand club les joueurs font la loi sur le choix de l’entraîneur ? Aujourd’hui, je n’ai pas honte de le dire : le club est mal dirigé. Il y a un manque de fermeté, un manque d’implication dans le futur. On vit sur l’acquis d’une qualification européenne. Tout le monde s’est vu avec les poteaux carrés de 76… A un moment donné, il faut savoir tourner la page, taper du poing sur la table et avoir des dirigeants qui sont à la hauteur et replace les joueurs à leur vrai place.

« Saint-Etienne n’est pas un club qui se bricole, c’est un club où il faut construire »

On ne peut pas passer la main de Jean-Louis Gasset, qui avait fait un excellent travail, de cette façon. Pour moi, ce ne sont pas les capacités de Ghislain Printant qui sont en cause mais la manière de faire qui est à la base de tout. C’est déjà difficile d’être dirigé par deux présidents qui ne s’entendent pas pour ne pas accumuler d’autres erreurs en cédant à la facilité et aux joueurs… Tout le monde le sait : il y a des divergences de vue en continu entre Roland Romeyer et Bernard Caïazzo. Et qu’on ne vienne pas me dire que ce ne sont que des rumeurs ! Comment expliquer que Paquet ou Rocheteau soit parti ? On va me dire que Rocheteau était fatigué et qu’il voulait se remettre au golf ou à la guitare ? A un moment donné, il faut arrêter de prendre les gens pour des cons. Et surtout pas les supporters de Saint-Etienne qui se saignent comme nulle part ailleurs pour leur club… Aux dirigeants de prendre vraiment leurs responsabilités.

Un retour de Jean-Louis Gasset peut-il changer la donne ? Mais vous croyez qu’il va faire des miracles ? Peut-être, il l’a déjà fait une fois… Mais à un moment donné, il faut tourner la page, sortir de cette petite famille. Arrêtons de bricoler ! Saint-Etienne n’est pas un club qui se bricole, c’est un club où il faut construire. Une histoire a été construite par des gens comme Robert Herbin ou le président Rocher. On est en train de la galvauder et c’est une honte ! »

Recueilli par Alexandre CORBOZ

ASSE : Romeyer a changé son fusil d’épaule pour Printant

Dans Le Progrès, Roland Romeyer était monté au créneau lundi dernier pour affirmer que le début de saison poussif de l’ASSE ne remettait pas en cause l’avenir de Ghislain Printant sur le banc. Mais c’était avant les défaites à Gand (2-3) et à Angers (1-4)…

Avant le match ASSE-Toulouse (2-2), Roland Romeyer avait rencontré les joueurs stéphanois pour leur rappeler leurs bons devoirs. Et après le match nul concédé face aux Toulousains, le président du Directoire avait accordé un entretien au Progrès pour conforter Ghislain Printant. « Ghislain Printant fragilisé ? Pas du tout, avait-il soutenu. Comme les joueurs, il est frustré par les derniers résultats. Mais j’accorde une grande confiance à Ghislain Printant et son staff ». Si le début de saison des Verts n’est pas à la hauteur des attentes, Romeyer demandait donc du temps, de la patience.

« Je ne suis pas inquiet »

« Il est prématuré de faire un bilan. La saison dernière, à la même époque, on avait seulement un point de plus. Cela ne nous a pas empêchés de finir quatrième avec 66 points. Je ne suis pas inquiet. On va jouer les quatre compétitions à fond. L’ADN du club c’est de pouvoir disputer une coupe d’Europe chaque saison. Il faut tout faire pour y arriver. Mais cette saison, huit ou neuf équipes peuvent jouer le top 5. Paris, Lyon… Monaco va revenir, l’OM sera dans la course. Nice et Rennes se sont bien renforcés. Il va y avoir une grosse concurrence. »

« Le meilleur effectif depuis 2004 »

Selon lui, l’ASSE a bien travaillé cet été, sous la houlette du duo Printant-Wantier. « On a pris des risques. On a mis tout ce que l’on pouvait pour bâtir le groupe le plus compétitif possible. Celui-ci a été profondément renouvelé. Il est important et de qualité. Les postes sont doublés. Il s’agit pour moi du meilleur effectif que l’on ait eu depuis que je suis arrivé en 2004. Il faut maintenant apprendre aux joueurs à travailler ensemble. Mais je suis confiant. J’ai discuté avec les cadres, ils sont tous optimistes. 109 millions d’euros de dépenses, c’est historique. On a élaboré un budget ambitieux. Depuis 2015, il est en augmentation de près de 40 %. La masse salariale, par exemple, a, elle, augmenté de plus de 40 %. On a fait des efforts. Les enjeux sportifs et financiers sont importants. C’est lourd. »

Mais lourds, les revers de la semaine passée l’ont été également, avec l’entrée en lice ratée en Ligue Europa à La Gantoise (2-3) et le lourd revers à Angers (1-4). A tel point que la position de Romeyer sur Printant a changé, L’Equipe révélant que lors d’un entretien ce matin à l’Etrat, le président du Directoire a invité le Montpelliérain à quitter le club. Celui-ci a refusé la demande et il devrait être encore présent sur le banc mercredi contre le FC Metz. Le service communication du club vient en tout cas d’indiquer qu’il assurerait le point-presse d’avant match à L’Etrat, demain.

Laurent HESS

Résultat Ligue 1 : SCO Angers 0-1 ASSE (mi-temps)

ASSE : Saliba et Nordin ont été les porte-bonheur de l'ASSE en 2018-19, la preuve en stats

Grâce à un but d’Arnaud Nordin, les Verts sont devant à la pause face au SCO d’Angers, eux qui n’ont plus gagné depuis six matches.

Cela fait 43 jours que l’AS Saint-Etienne n’a pas gagné un match. C’était le premier de la saison, à Dijon (2-1). Depuis, elle alterne avec une régularité de métronome les nuls à Geoffroy-Guichard (1-1 contre Brest, 2-2 face à Toulouse) et les défaites à l’extérieur (0-3 à Lille, 0-1 à Marseille, 2-3 à La Gantoise).

Il faut enrayer la spirale négative, ne serait-ce que pour ôter un peu de pression des épaules de Ghislain Printant. Et après 45 minutes au stade Raymond-Kopa, c’est ce qu’il se passe. Les Verts ont ouvert le score à la 34e minute grâce à Arnaud Nordin (qui avait déjà marqué à Angers en fin de saison dernière !), de la tête, après un une-deux géant avec Mathieu Debuchy.

L’ASSE a été très peu mise sous pression par une inoffensive équipe angevine. Si la victoire est effectivement au rendez-vous en seconde période, les Stéphanois remonteront à la 14e place.

R.N.