Romain Hamouma atteint le cap de la cinquantaine

Romain Hamouma atteint le cap de la cinquantaine

Il lui fallait deux buts pour arriver à 50 en championnat. Romain Hamouma a donc mis le Vert de chauffe ce dimanche après-midi face à Toulouse. Juste avant la pause, il a relancé les siens d’une superbe frappe enroulée consécutive à une action personnelle de haut niveau. Avant d’égaliser en deuxième mi-temps, se trouvant à l’affût sur un centre de Denis Bouanga.

Ce doublé permet à Romain Hamouma d’atteindre la barre des 50 buts en Ligue 1 Conforama. Le Franc-Comtois en a inscrit 11 sous les couleurs du Stade Malherbe de Caen, son club formateur, entre 2009 et 2011. Par la suite, l’ailier en a rajouté 39 sous le maillot Vert. Le natif de Montbéliard a donc parcouru un sacré bout de chemin depuis le 11 août 2012, date de son premier but à l’ASSE face au LOSC (1-2).

Cette saison, Romain Hamouma en est déjà 3 réalisations en cinq rencontres officielles. Le numéro 21 a d’ailleurs été le premier buteur de l’exercice stéphanois, lors de la victoire à Dijon (2-1).

Résultat Ligue 1 : ASSE 2-2 Toulouse FC (terminé)

L’ASSE a été tenue en échec par le TFC cet après-midi mais les Violets peuvent nourrir des regrets car un but a été injustement annulé.

De ce match, les Verts pourront retenir le fait qu’ils n’ont pas baissé les bras alors que le TFC menait 2-0 et était plus en passe de marquer un troisième but que de se faire rejoindre. Comme souvent, l’ASSE a fait preuve de caractère et a fini par revenir au score grâce à un doublé de Romain Hamouma.

Mais pour le reste, les supporters stéphanois ont des raisons d’être inquiets. Car sans la malchance (poteau de Saïd, barre de Gradel) ou un arbitrage incompréhensible (Koulouris n’était pas hors-jeu quand il a marqué, à 2-2), l’ASSE aurait concédé une troisième défaite de rang après Lille (0-3) et Marseille (0-1).

Avec ce point, les hommes de Ghislain Printant sont 15es alors que ceux d’Alain Casanova pointent au 9e rang. Mais clairement, ce soir, il n’y a que les Toulousains qui peuvent se montrer optimistes pour l’avenir…

R.N.

ASSE – Toulouse FC (2-2) : Ghislain Printant est loin d’avoir résolu ses problèmes

ASSE : Ghislain Printant reçoit l'appui d'une légende des Verts

Même si l’ASSE est revenue de 0-2 à 2-2 cet après-midi contre le TFC, elle n’a pas rassuré sur son niveau. Son entraîneur, Ghislain Printant, non plus…

Un poteau de Saïd alors que le score était de 0-2, une barre transversale de Gradel sur coup franc excentré après l’heure de jeu, un but refusé à Koulouris pour hors-jeu alors que le Grec ne l’était pas au départ de l’action… Les Verts n’ont eu à se plaindre ni de la chance, ni de l’arbitrage vidéo cet après-midi, contrairement à ce qui s’était produit il y a quinze jours à Marseille.

Les trois dernières sorties des Stéphanois (nul contre Brest, défaites à Lille et au Vélodrome) avaient beaucoup inquiété. Et force est de constater que le nul de ce dimanche contre le TFC n’a répondu à aucune interrogation. Hormis la première titularisation très réussie de Yohan Cabaye, rien n’a fonctionné chez les Foréziens.

La défense a montré de très grosses lacunes à chaque fois que les Toulousains ont joué dans son dos. Kolodziejczak n’est pas à l’aise à gauche et la doublette Moukoudi-Perrin est trop lente dans l’axe. Devant, Romain Hamouma a inscrit un doublé, dont un premier but superbe, mais cet arbre ne cache pas la forêt de désarroi d’un Khazri clairement à côté de ses pompes. Même le remuant Bouanga a été en dedans cet après-midi.

Bref, les sujets d’inquiétude sont particulièrement nombreux à l’ASSE et le premier d’entre eux concerne Ghislain Printant. La nomination de l’ancien adjoint de Jean-Louis Gasset avait été accueilli avec scepticisme. Après cinq journées de championnat, celui-ci n’a fait qu’augmenter…

R.N.

Résultat Ligue 1 : ASSE 1-2 Toulouse FC (mi-temps)

L’ASSE vit un véritable calvaire à Geoffroy-Guichard face au Toulouse (1-2). Les Verts sont à l’agonie au niveau défensif.

Sans démériter, les Verts sont logiquement menés par une drôle d’équipe toulousaine à la pause. Les Stéphanois, qui restent sur trois matches sans victoire (nul contre Brest, défaites à Lille et Marseille), ont bien attaqué la partie, se sont procurés quelques belles occasions, comme sur une frappe lointaine de Yohan Cabaye, qui connaît sa première titularisation.

Mais ce sont les Violets qui se sont montrés les plus tranchants, bien aidés par une arrière-garde stéphanoise à l’agonie à chaque accélération. Max-Alain Gradel a transformé un pénalty à la 15e minute mais n’a pas célébré son but devant son ancien public, puis Leya Iseka a doublé mise sur une belle contre-attaque (24e).

L’addition aurait pu être plus salée encore puisque Saïd a touché le poteau après être parti dans le dos de la défense et s’être présenté seul devant Ruffier. Juste avant la pause, Romain Hamouma a réduit le score d’un bel enchaînement contrôle en pleine course-frappe enroulée du droit dans le petit filet opposé (45e). De quoi relancer l’ASSE en seconde période ? Oui, à l’unique condition que la défense forézienne se ressaisisse !

R.N.

ASSE : David Guion savoure, le Stade de Reims tient son Stéphane Ruffier !

ASSE : David Guion savoure, le Stade de Reims tient son Stéphane Ruffier !

Pour David Guion, le Stade de Reims a réalisé un coup à la Stéphane Ruffier avec le portier serbe Predrag Rajkovic.

En l’espace de quelques semaines, Predrag Rajkovic (23 ans) est quasiment parvenu à réaliser l’exploit de faire oublier Edouard Mendy au Stade de Reims. Il faut dire qu’avec 90% de tirs arrêtés en quatre matches de L1 et un penalty sorti face à Lille, le Serbe a impressionné beaucoup de monde à commencer par « L’Equipe ».

Dans son édition du jour, le quotidien sportif salue les débuts de l’ancien joueur du Maccabi Tel-Aviv, donnant la parole à l’intéressé, content d’avoir signé en Champagne : « Nous étions en contact depuis plusieurs mois. J’avais visité le centre. Reims est un club historique en France et j’ai senti, plus qu’ailleurs, que c’était la destination parfaite pour franchir un palier ».

Son entraîneur David Guion se frotte aujourd’hui les mains de ce choix : « C’est un jeune gardien avec un fort potentiel. Il est arrivé en toute discrétion. Il est très ouvert et à l’écoute. Mais c’est un garçon qui affiche déjà une grosse solidité mentale. Il en impose dans sa surface et tout ce qu’il a eu à faire, il l’a bien fait. Il me fait penser à plein d’égards à Stéphane Ruffier ». Joli compliment.

Arnaud Carond

Alain Casanova : « Je m'attends à un très très gros match ! »

Alain Casanova : « Je m'attends à un très très gros match ! »

Alain Casanova, l’entraîneur du Toulouse FC, s’est exprimé sur le prochain adversaire des Violets en conférence de presse. Il se méfie de l’ASSE qu’il semble considérer comme une bête blessée…

St-Etienne est une équipe qui a fait une très grosse saison l’an passé. Elle a terminé 4ème et a montré beaucoup de qualité dans le jeu. Individuellement cette équipe est très solide, collectivement c’est également très costaud. Vous allez sûrement me parler de leur début de saison… N’oublions pas que sur 4 journées ils se sont déplacés 3 fois dont une fois à Lille, dauphin du PSG et à Marseille où il n’est jamais facile de s’imposer. Ils ont montré des choses intéressantes dans le jeu. Je m’attends à un très très gros match. Ils sont dans un position difficile. Le match va être compliqué.

Alain Casanova – Retranscription : Peuple-Vert.fr

Crédit photo : Icon Sport

Lire la suite ...





ASSE : les enjeux du match contre Toulouse

ASSE : les enjeux du match contre Toulouse

Les Verts restent sur une vilaine série d’un nul et deux défaites depuis leur victoire initiale à Dijon (2-1). 16es au classement, ils doivent rebondir dès dimanche contre Toulouse avant de débuter leur campagne européenne à la Gantoise.

La trêve internationale n’aura sans doute pas fait de mal à l’ASSE. De leurs propres aveux, les Verts n’étaient pas vraiment prêts physiquement pour débuter la saison, ce qui les a pénalisés lors des premières journées. Certaines recrues sont arrivées tard, certains cadres se sont peu entraînés pendant l’été pour des raisons diverses et variées. Wahbi Khazri, lui, a été lancé dès son retour de vacances, alors que Timothée Kolodziejczak et plus encore Yohan Cabaye n’avaient plus joué depuis longtemps. Pas évident de trouver une homogénéité dans ces circonstances, surtout que l’effectif a été modifié dans ses profondeurs avec 11 recrues dont 5 ont démarré la saison comme titulaires à Dijon (2-1).

Palencia et Aholou sur le flanc, Silva et Monnet-Paquet sur le retour

Le succès en Bourgogne avait mis les Verts sur de bons rails. Mais depuis, il y a eu trois couacs avec un nul arraché contre Brest (1-1) et deux défaites à Lille (0-3) et à Marseille (0-1). Mathématiquement, ce début de saison est le pire depuis dix ans pour l’ASSE, 16e du classement. Une entame qui n’a pas contribué à lever certains doutes sur Ghislain Printant, promu n°1 suite au départ de Jean-Louis Gasset, et dont la grande majorité des supporters et des observateurs se demandent toujours s’il a les épaules d’un n°1. Certains choix du Montpelliérain ont laissé perplexe, notamment en attaque, où le Mercato ne lui a finalement pas permis de recruter le n°9 qu’il espérait, lui qui avait demandé un joueur capable d’apporter de la profondeur. Khazri et Beric devraient donc encore se partager le temps de jeu en pointe, où Bouanga et le jeune Abi sont d’autres options tout comme Diony, qui n’est pas parti, tout comme Diousse et Lacroix, autres « indésirables ».

Printant devra trouver les solutions pour que son équipe retrouve le chemin des filets après deux matches sans but et celui de la victoire, dès dimanche contre Toulouse. Il lui faudra composer sans Sergi Palencia et Jean-Eudes Aholou, blessés à Marseille et indisponibles un bon mois. Dans l’autre sens, Gabriel Silva et Kévin Monnet-Paquet en ont terminé avec leur rééducation. Ils vont pouvoir à nouveau postuler. Des retours qui ne feront pas de mal, en attendant celui de William Saliba, surtout que le rythme va s’accélérer avec l’entrée en lice en Ligue Europa dès jeudi prochain à La Gantoise.

Laurent HESS

OM, ASSE, Girondins, LOSC – Mercato : Oudin (Reims) rêvait de 3 clubs de L1

OM, ASSE, Girondins, LOSC - Mercato : Oudin (Reims) rêvait de 3 clubs de L1

Le milieu du Stade de Reims Rémi Oudin (22 ans) est revenu sur son mercato mouvementé cet été. Seuls trois clubs ont formulé des offres concrètes.

Rémi Oudin n’a pas la rage. Le milieu du Stade de Reims aurait pourtant pu ronger son frein après avoir été proche de signer à la Fiorentina cet été. Mais non, le joueur de 22 ans a bien digéré cet épisode et semble déjà reparti de l’avant cette saison.

« Ça va me servir de leçon et me faire grandir. Ça va aussi me booster pour la suite. J’ai à cœur de montrer et de rebondir le plus vite possible, a affirmé Oudin dans France Football. Je me suis reconcentré. Tout ce qui est mercato, je ne m’en occupe pas. »

Le milieu du Stade de Reims admet que trois clubs de Ligue 1 l’auraient bien intéressé en plus de la Fiorentina. « Nice, Bordeaux et la Fiorentina ont fait des approches concrètes. Différentes choses ont fait qu’il n’y a rien eu, a poursuivi le Rémois. Que ce soit Nice, Lille, Bordeaux ou la Fiorentina, ça m’aurait plu. Ça aurait pu être déjà des projets qui m’intéressent. Surtout que, si je ne refusais pas l’étranger, je voulais passer une étape en France. Ça aurait été bien. »

Bastien Aubert

ASSE – L’oeil de MC Pampille : « Les sifflets contre Khazri étaient injustes »

ASSE – L'oeil de MC Pampille : « Les sifflets contre Khazri étaient injustes »

Auteur d’une pastille qui se moque de la Ligue qui rencontre un franc succès sur les réseaux sociaux, le rappeur stéphanois MC Pampille pose son regard sur le début de saison de l’ASSE. Il regrette notamment les sifflets du Chaudron contre Wahbi Khazri, face à Brest (1-1).

But Saint-Etienne : MC, tout d’abord, pourquoi cette vidéo anti-répression ?

MC PAMPILLE : Parce que c’est un sujet qui m’interpelle. On prive les gens de leurs libertés. Je trouve ça grave. On gâche la fête. Sur les insultes, ça part d’un bon sentiment, mais ils s’y prennent mal et ça devient risible. Cette répression, ça devient n’importe quoi. Le foot est un sport populaire et il doit le rester. J’espère qu’on ne finira pas par dégoûter les supporters.

Vous êtes proche d’eux…

Mais j’en suis un ! Je vais à Geoffroy-Guichard dès que je peux et il m’arrive de faire des déplacements. Je suis avec les Magic Fans depuis longtemps. J’ai aussi des amis chez les Green Angels, surtout parmi les anciens. C’est des passionnés. Nous le sommes tous, chacun à notre façon.

Vous allez faire les déplacements en Ligue Europa ?

Je ne sais pas. Peut-être Wolfsburg ou La Gantoise. Mais l’Ukraine, non. C’est trop loin. Je n’ai pas envie d’être loin de mon fils trop longtemps.

Que pensez-vous de ce tirage ?

Sur le papier, il n’est pas très sexy. Mais c’est jouable, même si la Coupe d’Europe, il faut toujours se méfier. Les équipes ne sont pas là par hasard. J’aurais préféré des noms plus ronflants mais ce sera peut-être pour plus tard.

Et ce Mercato, qu’en pensez-vous ?

Je le trouve intéressant. Il y a eu de bons choix. On a pris des jeunes qui ont un bon potentiel : Bouanga, Moukoudi, Youssouf, Palencia. Le regret, c’est de ne pas avoir pris un bon 9. Mais on a Beric. J’espère que Printant ne mettra pas une demie-saison pour lui faire enchaîner les matches. A Geoffroy-Guichard, il tourne à un but par match. Il faut le faire jouer.

Il n’a été titularisé qu’à Marseille (0-1) et ça n’a pas été très concluant…

C’est vrai. Mais ce n’était pas un match pour lui. Honêtement, je n’ai pas compris. Beric, on connait son profil : c’est un joueur de surface. A partir de là, tu le mets quand tu sais que tu vas dominer, qu’il y aura des centres. Mais tu ne le mets pas quand tu joues le contre. Si tu fais ça, tu mets ses défauts en avant.

« Ma plus grosse crainte, c’est les jeunes. On dirait que Printant est sur la même lignée que Gasset, qu’il va rechigner à les mettre. Nordin mérite de jouer. Abi aussi. Avec ce qu’il a fait en Gambardella, on a envie de le voir. »

Les débuts de Printant vous inquiètent ?

Non. Je ne lui jette pas la pierre. Il n’y a eu quatre matches. C’est trop tôt pour le juger et même pour se faire une idée. Je trouve que les gens vont un peu vite en besogne : deux défaites à Lille et Marseille, et hop, on va faire une mauvaise saison, on s’est trompé sur tout. Les recrues viennt d’arriver. Ça a pris du temps. Il en faudra pour que la mayonnaise prenne. On voit bien que physiquement, certains joueurs sont à la peine. Et les automatismes, ça ne se fait pas du jour au lendemain. J’espère que la trêve aura fait du bien. Ma plus grosse crainte, c’est les jeunes. On dirait que Printant est sur la même lignée que Gasset, qu’il va rechigner à les mettre. Nordin mérite de jouer. Abi aussi. Avec ce qu’il a fait en Gambardella, on a envie de le voir.

On vous sent confiant…

Ce serait malheureux de ne pas l’être après quatre journées. Je trouve qu’on a plutôt bien recruté. Bouanga, j’aime beaucoup. Il va de l’avant, il est combatif. Trauco, il faut voir, mais il a la grinta. Aholou, c’est costaud, même s’il a l’air un peu fragile. Cabaye va apporter son expérience, c’est toujours bon. La déception, pour l’instant, c’est Boudebouz. Il n’y est pas encore. Il joue en marchant. Mais ça reste un bon joueur. Ça va venir. Le joueur qui déçoit le plus, c’est M’Vila. Je ne sais pas ce qu’il a. Il est très bas. On ne le voit pas. Heureusement que Perrin tient la baraque derrière parce qu’à la « récup », on n’y est pas.

Wahbi Khazri a été sifflé contre Brest…

Alors ça, je n’ai pas compris. C’est vrai qu’il a des comportements agaçants, il rouspète trop, c’est pénible. Mais il se bat, il donne tout. Il est moins efficace depuis le début de l’année mais le siffler, ça ne va pas l’aider à retrouver le chemin des filets. J’ai trouvé ça injuste. Il a enchaîné une saison complète, la CAN. C’est normal qu’il soit émoussé. D’ailleurs, je n’ai pas trop compris pourquoi Printant l’a aligné dès son retour de vacances. Ça ne lui a pas rendu service.

Dans l'entretien accordé à But Saint-Etienne, à paraître ce mercredi, Denis Bouanga évoque notamment ses débuts à l'ASSE et son but contre Brest (1-1) qu'il a dédié à sa maman, qui a tendance à lui porter chance. Extrait.

Laurent HESS

Mathieu Debuchy : « Lancer une série »

Que vous inspire le début de championnat de l’ASSE?

On a eu trois déplacements dont deux assez délicats. On a été absents à Lille mais on a fait un bon match à Marseille même si on n’a rien ramené d’un point du point de vue comptable. Sur ces premiers matches, peut-être qu’on n’était pas encore tout à fait au point physiquement pour être plus réalistes dans les derniers gestes mais il n’y a pas à se mettre de pression.

La trêve est-elle arrivée au bon moment ?

Elle nous a permis de travailler physiquement et de rechercher des automatismes ensemble. Pendant cette période, le groupe a bien bossé. C’est une bonne chose parce que ça va être important d’être prêt physiquement et tactiquement. Ce qu’on veut maintenant c’est rectifier le tir. On aimerait lancer une série sur ce mois de septembre, notamment à domicile, pour arriver à la prochaine trêve internationale avec le maximum de points.

Comment avez-vous accueilli le tirage au sort d’Europa League ?

On a nos chances mais il n’y a pas de matches facile en UEFA Europa League et les déplacements sont toujours délicats mais on a envie de bien figurer, alors on va la jouer à fond. Les compétitions européennes sont toujours de bonnes expériences à vivre. On découvre d’autres styles de jeu et ça donne aux supporters des occasions de faire la fête à domicile. On a vraiment envie de donner du bonheur à notre public mais avant de penser à la Coupe d’Europe on est focalisés sur ce match de dimanche.

Depuis le début de saison, aucune équipe ne s’est détachée et tous les matches sont disputés (...). On se doit de gagner dimanche.

À ce propos, à quel match vous attendez-vous face au Toulouse FC ce dimanche ?

Je me souviens qu’on avait gagné notre dernier match contre Toulouse 2-0 mais ce n’avait pas été un match facile. Depuis le début de saison, aucune équipe ne s’est détachée et tous les matches sont disputés. Ce qu’il faut c’est se focaliser sur notre prestation. Si on met tous les ingrédients, ça ira, mais on se doit de gagner dimanche. On aurait préféré jouer le samedi pour avoir un jour de récupération supplémentaire mais on n’a pas le choix on va s’adapter. Concernant le système, je me sens bien dans une configuration à trois ou quatre défenseurs. Les efforts sont différents mais je peux jouer dans l’axe ou sur le côté. Le football moderne demande de l’adaptation.

Comment avez-vous accueilli l’arrivée de Yohann Cabaye, votre ancien coéquipier, à l’ASSE ?

C’est une satisfaction de le voir rejoindre dans notre groupe. Je connais Yohann depuis le centre de formation du LOSC. On a de belles affinités et on a toujours gardé le contact même. Cet été, je l’ai eu au téléphone pour parler du groupe et répondre à ses questions, je lui ai parlé de la passion Stéphanois pour le football de la passion qu’inspire le maillot Vert. Je lui ai dit qu’il se plairait ici et que j’aurai plaisir à l’accueillir.