PSG, OL, LOSC, ASSE – L’oeil de Denis Balbir : « Seuls Paris et Lyon en mesure d’avoir un avenir européen »

PSG, OL, LOSC, ASSE – L'oeil de Denis Balbir : « Seuls Paris et Lyon en mesure d'avoir un avenir européen »

Chaque vendredi de semaine européenne, Denis Balbir analyse les résultats des clubs français. Retour sur la 2e journée des phases de groupes.

« Mardi soir, le PSG a commencé la semaine par une belle performance à Galatasaray (victoire 1-0). Même si ce n’est plus le Galatasaray avec ses grands noms du passé, prendre trois points dans le climat turc n’est jamais simple. Même si tout n’a pas été parfait dans le réalisme, Paris a marqué quatre fois et n’a toujours pas concédé le moindre but en deux matches. C’est propre. Après avoir battu le Real Madrid et avant la double confrontation face à Bruges, ça sent très bon pour la qualification. Je dirais même que c’est quasiment fait. Thomas Tuchel peut être d’autant plus serein qu’il va désormais pouvoir récupérer ses blessés et Neymar qui était suspendu jusque là.

« L’exploit de la semaine à mettre au crédit de Lyon »

Mercredi, on a assisté à l’exploit de la semaine avec Lyon qui s’est imposé à Leipzig (2-0). Oui, on peut parler d’exploit même si je suis amusé de voir la différence de traitement de certains consultants entre ce Red Bull là et celui éliminé il y a deux ans par l’OM en Ligue Europa. A l’époque, quand Marseille battait Leipzig, on disait que ce n’était que la C3 et que les Allemands avaient une petite équipe. Aujourd’hui, avec l’Ol, on nous vend Leipzig comme l’ogre de la poule. Il faut se garder quand même de ce genre d’analyse. Leipzig est une très belle équipe, l’une des meilleures de Bundesliga. L’OL a fait un grand match pour s’imposer en Allemagne, une terre historiquement dure pour les Français. Personnellement, ce que j’ai envie de retenir c’est qu’avec ces trois points, l’OL a gommé la déception comptable du premier match face au Zenith (1-1) et s’est remis psychologiquement dans une bonne dynamique après sept matchs consécutifs sans victoire. Sur ce match, j’ai revu le Lyon dont on avait fait le dauphin du PSG.

« Le vécu du LOSC, trop léger pour espérer mieux »

Mais le dauphin du PSG l’an passé, c’était Lille et les Dogues ont encore manqué une occasion face à Chelsea (1-2). C’est vraiment dommage. On sent que Christophe Galtier dispose d’un bon effectif mais au niveau du vécu européen, cela reste trop léger par rapport à Paris ou Lyon et ça se voit ! Face à un nouvel adversaire de renom, deux semaines après la gifle de l’Ajax (0-3), le LOSC a vécu un nouveau scénario cruel. La qualification paraît illusoire et les Nordistes vont, à mon sens, devoir se concentrer sur la troisième place synonyme de Ligue Europa. Pour atténuer la déception, il faut se servir de ces matches comme un apprentissage pour la suite. Ce n’est que par des qualifications successives en Coupe d’Europe que ce club parviendra à mûrir…

« Saint-Etienne est mal embarqué »

Jeudi soir, la Ligue Europa nous a réservé quelques déceptions… A commencer par l’ASSE accrochée chez elle par Wolfsbourg (1-1). Les Verts avaient pourtant bien pris les choses en main en marquant rapidement mais ils ont vite été repris sur une faute d’inattention défensive. Disons que ça laisse un peu de travail au prochain entraîneur, lequel récupère une équipe loin d’être au mieux avant le derby… Il y aurait beaucoup à redire sur un club qui choisit de changer d’entraîneur à deux jours d’un événement pareil. Je pense que les remous en coulisses ont beaucoup joué sur le moral de Sainté. Un Sainté déjà décimé par les blessures. Avec une défaite et un nul à la maison, Saint-Etienne est mal embarqué dans sa Ligue Europa.

« Rennes a pourtant fait illusion »

Le Stade Rennais, qui a perdu sur la pelouse de la Lazio de Rome hier (1-2), est dans la même situation comptable. Pas dans le tempo pour voir les 16e de finale en février prochain. Au stade Olympique, les Bretons ont pourtant fait illusion et mené au score. Dommage de ne pas avoir mieux tenu sur la dernière demi-heure. Rennes me paraît quand même avoir la qualité et plus de moral que les Verts pour redresser la barre. Les points perdus contre le Celtic pourraient peser lourds mais Julien Stephan dispose des moyens pour créer un sursaut et profiter de la double confrontation face à Cluj pour relancer la machine.

Le bilan de la semaine est donc de deux victoires, un nul et deux défaites. Lyon a atténué la déception née de la première journée. C’est encore difficile de tirer des enseignements mais, pour l’heure, seuls Paris et Lyon me paraissent en mesure de s’offrir un printemps européen. Pour la C1, ce n’est pas vraiment une surprise puisque c’était déjà la sensation qu’on pouvait avoir au tirage au sort. En revanche, pour la C3, c’est une vraie déception avec Rennes et Saint-Etienne. Deux clubs dont on pouvait espérer qu’ils soient davantage entraînés par la passion de leur public… Ce que j’ai quand même envie de retenir, c’est que tout reste encore possible même si ça commence quand même à se compliquer pour trois de nos représentants. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ

ASSE : ces problèmes qui plombent les Verts en interne (2/3)

Si l’ASSE connait un début de saison délicat, le sportif s’est malheureusement mis au diapason de ce qui se passe en coulisses. Focus sur les nombreux soucis de fonctionnement qui minent les Verts. Partie II.

4/ Un Roland Romeyer trop encombrant pour ses coachs

Les problèmes générant une forme d’effet domino, l’absence d’un directeur sportif ou d’un directeur général nuit forcément à la relation entre les staffs techniques de l’ASSE et le président du Directoire Roland Romeyer. A 74 ans, l’ancien président de la Sacma a l’emprise sur les cordons de la bourse. Forcément, dans sa gestion en bon père de famille, il estime avoir un droit de regard sur le travail de ses coaches, sur la manière dont seront dépensé les deniers… Son attitude a souvent généré des incompréhensions avec les divers techniciens passés dans le Forez ces dernières saisons. Sur la fin, Christophe Galtier s’était lassé de cette situation et s’il n’avait pas bénéficié de personnalités tampons (d’abord de Damien Comolli, puis de Dominique Rocheteau et du team manager Eric Blondel), sans doute que le Marseillais n’aurait pas tenu aussi longtemps. Avec Oscar Garcia, le courant est mal passé tout de suite. Quant à Jean-Louis Gasset, l’une des raisons (non exprimée publiquement) de son départ était sa relation dégradée avec Romeyer, lequel lui reprochait ses allers-retours à Montpellier pour voir ses petits-enfants.

5/ Une communication dans le faux

Tous les derniers baromètres du football français placent Saint-Etienne en tête du classement des clubs de Ligue 1 préférés des Français. Pour le grand public, l’image lissée et policée vendue par le service de communication ligérien fait son effet. Sur les réseaux sociaux, l’ASSE adopte aussi une mise en forme soignée, avec des présentations de recrue qui plaisent beaucoup (le scrabble avec Kolo, le message au Pérou pour Trauco). Tout n’est donc pas à jeter dans la manière de procéder… Mais, pour les vrais supporters et ceux qui connaissent le fonctionnement du club, cette communication « positive » est gâchée par cette faculté de nier farouchement les problèmes, par ce goût amer qu’on nous prend pour des imbéciles. Pour l’extérieur, tout doit se passer pour le mieux dans le meilleur des mondes. A l’intérieur, le club est un panier percé d’informations où tous les courants d’influence font passer des messages et mènent leurs querelles intestines. Parfois, dire quelques vérités choisies peut aussi faire du bien. Leonardo n’a-t-il pas été encensé pour sa gestion en transparence du cas Neymar durant l’été ?

6/ Un vrai souci avec les blessures

Au moment de se déplacer à Angers, l’ASSE comptait onze absents dans son effectif. Un record dans un club de Ligue 1 en ce début de saison. Soucis dans la préparation physique ? Vestige d’une tournée estivale aux USA mal digérée ? Les causes sont sans doute multiples et il ne convient pas de chercher des fautifs à tout prix. Là où Saint-Etienne n’est en revanche pas très bon, c’est sur sa manière de clarifier les forfaits. Ghislain Printant a sans doute ses torts. Peut-être aurait-il dû être plus clair en conférence de presse. Mais c’est aussi au club de désamorcer en amont toutes les polémiques. Comment par exemple expliquer que Loïs Diony soit annoncé blessé puis malade et que le joueur, qui n’entre plus dans les plans du staff, assure du contraire sur Instagram ? Comment expliquer que plusieurs diagnostics différents sortent dans la presse quant à la blessure au poignet de Jessy Moulin ? Et que dire de l’invraisemblable polémique autour de la blessure au petit doigt de Stéphane Ruffier ?

A lire aussi :

Alexandre CORBOZ

Arnaud Nordin sélectionné chez les Espoirs !

Arnaud Nordin sélectionné chez les Espoirs !

Petite surprise dans le groupe convoqué par Sylvain Ripoll puisque le stéphanois Arnaud Nordin y est présent. Une première pour le jeune attaquant stéphanois qui était toutefois déjà apparu 12 fois en U16 France, 3 fois en U18 et 4 fois en U19 pour un total de 9 buts !

La liste des Espoirs pour affronter l’Azerbaïdjan ce jeudi à Calais et la Slovaquie, le 15 octobre :

Gardiens : Bertaud (Montpellier), Lafont (Nantes), Poussin (Bordeaux). 

Défenseurs : Alakouch (Nîmes), Amian (Toulouse), Aït-Nouri (Angers), Cozza (Montpellier), Kamara (OM), Upamecano (RB Leipzig, ALL), Zagadou (Dortmund, ALL).

Milieux : Aouar (Lyon), Bellegarde (Strasbourg), Guendouzi (Arsenal, ANG), Louza (Nantes), Makengo (Toulouse), Reine-Adélaïde (Lyon), Soumaré (Lille).

Attaquants : Diaby (Leverkusen, ALL), Édouard (Celtic, ECO), Gouiri (Lyon), Mbeumo (Brentford, D2 ANG), Nordin (Saint-Étienne).

Crédit photo : Icon Sport

Lire la suite ...





Arnaud Nordin retenu en équipe de France Espoirs

Arnaud Nordin retenu en équipe de France Espoirs

Buteur à Angers le 22 septembre dernier et régulièrement performant depuis le début de saison, Arnaud Nordin a séduit Sylvain Ripoll, le sélectionneur de l’équipe de France Espoirs, qui l’a retenu dans le groupe qui disputera les deux prochains matches comptant pour les éliminatoires de l’Euro 2021 . Dans le groupe 2, les Bleuets affronteront l’Azerbaïdjan le jeudi 10 octobre (21h, Canal Plus sport) à Calais (Pas-de-Calais), avant de se déplacer à Dunajska Streda pour y défier la Slovaquie, le mardi 15 octobre (21h, Canal Plus sport).

Le jeune attaquant formé à l’ASSE (21 ans) compte déjà plusieurs sélections dans les différentes équipes de jeunes (4 en U19, 3 en U18, 12 en U16).

La sélection

Gardiens de but: Dimitri Bertaud (Montpellier), Alban Lafont (Nantes), Gaëtan Poussin (Bordeaux)

Défenseurs : Rayan Aït Nouri (Angers), Sofiane Alakouch (Nîmes), Kélvin Amian (Toulouse), Nicolas Cozza (Montpellier), Boubacar Kamara (Marseille), Dayot Upamecano (Leipzig), Dan-Axel Zagadou (Dortmund)

Milieux : Houssem Aouar (Lyon), Jean-Ricner Bellegarde (Strasbourg), Mattéo Guendouzi (Arsenal), Imran Louza (Nantes), Jean-Victor Makengo (Toulouse), Jeff Reine-Adelaide (Lyon), Boubakary Soumaré (Lille)

Attaquants : Moussa Diaby (Leverkusen), Odsonne Edouard (Celtic Glasgow), Amine Gouiri (Lyon), Bryan Mbeumo (Brentford), Arnaud Nordin (Saint-Etienne)

ASSE : Josuha Guilavogui sans pitié avec les Verts

ASSE : Josuha Guilavogui sans pitié avec les Verts

Le milieu de Wolfsburg Josuha Guilavogui (29 ans) aura les larmes aux yeux en refoulant la pelouse de Geoffroy-Guichard en Ligue Europa (18h55). 

Josuha Guilavogui attend ce jour depuis des semaines. L’ancien milieu de l’ASSE va recroiser son club de cœur ce soir sous le maillot de Wolfsburg et a déjà prévu de faire la fête à ses ex coéquipiers en marge de la rencontre. En attendant, Guilavogui a analysé avec une grande lucidité les manques criants des Verts affichés cette saison.

« Il est très difficile de confirmer après une bonne année. Tu te retrouves dans une zone de confort alors que la saison passée, tu n’as pas tapé les plus gros, à part l’OM, mais ce n’était pas un grand OM (2-1), se rappelle-t-il dans L’Équipe. Sainté a une bonne équipe. Mais si elle ne met pas l’intensité et un cœur énorme, elle ne gagne pas le match. Parce que si Saint-Étienne a des qualités, il n’a pas la technique de Lyon, ni ses individualités. Et puis, Boudebouz n’a rien à voir avec Cabella. S’il fait jouer les autres, il a moins le coup de reins que Cabella, un hargneux qui gratte des ballons. J’ai aussi l’impression que l’équipe n’est pas prête physiquement. Elle se fait manger dans les duels. C’est pour ça que Sainté est devenu une équipe moyenne. »

L’ASSE ressemble donc à une proie toute trouvée pour les Loups ce soir à domicile. « Ça me fait mal au cœur pour les Verts, mais je suis professionnel, poursuit-il. Leurs jambes risquent de trembler un peu, au premier ballon perdu. Il faut toutefois se méfier d’un animal blessé, et c’est toujours dur de gagner dans le Chaudron, où les supporters te font pousser des ailes. »

Julien Pérez

Josuha Guilavogui lance la rencontre de ce soir !

Josuha Guilavogui lance la rencontre de ce soir !

L’Équipe a interviewé l’ancien milieu de terrain de l’ASSE qui retrouve ce soir le Chaudron pour un match de coupe d’Europe dont il a toujours rêver. Il donne ses impressions en tout franchise et se montre assez critique sur le groupe stéphanois.

« Que vous inspire ce match ?

De la nostalgie. Sainté m’a vu grandir. J’y suis arrivé adolescent, et j’en suis parti jeune homme. C’est entre ces âges, de 14 à 23 ans, que tu te construis. C’est aussi ici que j’ai commencé à réaliser mes rêves.

Restez-vous supporter des Verts ?

Bien sûr ! Cela m’a fait mal de voir Loïc aller parler aux supporters après Metz(0-1, le 25 septembre), si abattu, lui qui aime tant ce club et sa ville.

Vous faites-vous chambrer sur les Verts ?

Dès le tirage, un équipier de Wolfsburg m’a appelé en Face Time (application de visioconférence). Tout le monde sait que c’est important pour moi. Surtout que les Verts ne sont pas bien. Mes équipiers me demandent : “Il se passe quoi, dans ton club?” ou “L’équipe (Saint-Étienne) n’est pas prête physiquement. Elle se fait manger dans les duels… »

Êtes-vous surpris de les retrouver 19 es de L1?

Un peu, même s’il est très difficile de confirmer après une bonne année. Tu te retrouves dans une zone de confort alors que la saison passée, tu n’as pas tapé les plus gros, à part l’OM, mais ce n’était pas un grand OM (2-1), et Bordeaux et Monaco n’étaient pas là. Sainté a une bonne équipe. Mais si elle ne met pas l’intensité et un cœur énorme, elle ne gagne pas le match. Parce que si Saint-Étienne a des qualités, il n’a pas la technique de Lyon, ni ses individualités. Et puis, Boudebouz n’a rien à voir avec Cabella (parti au FC Krasnodar). S’il fait jouer les autres, il a moins le coup de reins que Cabella, un hargneux qui gratte des ballons. J’ai aussi l’impression que l’équipe n’est pas prête physiquement. Elle se fait manger dans les duels. C’est pour ça que Sainté est devenu une équipe moyenne.

Wolfsburg et Saint-Étienne se ressemblent-ils ?

Les villes, fortement. Wolfsburg est aussi industrielle, portée par la valeur du travail, habitée par des gens simples, mais plus riche et plus moderne, grâce à l’argent de Volkswagen.

Tu t’y sens vite à l’aise. Avec ma famille, on ne se voit pas partir. Il faudra qu’un club m’arrache de Wolfsburg. Je n’en suis pas devenu le capitaine pour rien.

Et au niveau des clubs ?

Comme Sainté cette année, Wolfsburg avait de l’argent et on pensait, les saisons passées, que ça allait suffire pour obtenir des résultats. Mais on n’avait pas la tête. Cette saison, on vient de se renforcer. Notre objectif consiste à terminer dans le top 6 et à nous pérenniser en Ligue Europa(le club est 7 e de Bundesliga après 6 journées). Pour cela, il faut s’habituer au changement dû à l’arrivée d’un nouvel entraîneur, cet été (Oliver Glasner a succédé à Bruno Labbadia).

Le jeu de Wolfsburg a tant changé que cela?

Oui. Avant, il était plus axé sur la possession, en partant du gardien. Aujourd’hui, notre jeu est plus direct, avec un gros pressing et une très bonne assise défensive. On reste en rodage et invaincus. On n’est pas des monstres mais on possède une mentalité exceptionnelle. Notre attaquant (Wout Weghorst)court 12,5 km par match et il a mis 17 buts et 7 passes décisives en Championnat, l’an passé. Quand tu le vois courir, tu as envie de courir avec lui. On a aussi abandonné le 4-3-3 pour un 3-4-3.

Ce qui explique votre reconversion comme défenseur central ?

Oui et ça me fait bizarre, car je venais de réussir une très grosse saison en numéro 6. Même si je prends moins de plaisir, peu importe le poste. Ce que je veux, c’est gagner.

Y compris ce soir ?

Ça me fait mal au cœur pour les Verts, mais je suis professionnel. Leurs jambes risquent de trembler un peu, au premier ballon perdu. Il faut toutefois se méfier d’un animal blessé, et c’est toujours dur de gagner dans le Chaudron, où les supporters te font pousser des ailes.

Wolfsburg demeure-t-il le favori de ce groupe ?

Non, car il est ouvert. Il existe cet aspect mental qui te fait dire que comme tu n’affrontes pas Manchester United ou Arsenal, tout le monde peut taper tout le monde. Saint-Étienne possède les joueurs et l’effectif pour rebondir. Il sait aussi se sublimer pour ces matches. Je me suis souhaité de le jouer et que mes équipiers me disent au coup de sifflet final : “Joss, les supporters et ce club nous ressemblent, avec beaucoup d’énergie.” Je veux que Wolfsburg reparte avec cette image afin que nos fans sachent d’où je viens. Donc, je souhaite que Saint-Étienne lance sa saison jeudi (aujourd’hui),en termes d’intensité et d’engouement, mais pas qu’il gagne. »

Source : L’équipe

Lire la suite ...





ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Printant, loin d’être le seul responsable »

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Printant, loin d’être le seul responsable »

Selon Didier Bigard, ancien responsable des sports au Progrès, le début de saison catastrophique de l’ASSE n’incombe pas qu’à Ghislain Printant. Il pointe les dysfonctionnements internes du club.

« La nomination de l’ancien adjoint a été une erreur de casting et les supporters ont raison de pointer du doigt les dirigeants du club. Mais on ne peut pas exonérer le reste du staff, ni la préparation physique, ni les joueurs. Il faudrait toute une saison pour analyser les erreurs qui ont conduit à la situation actuelle de l’ASSE. Green Angels et Indépendantistes ont essayé en pointant dans un communiqué les deux présidents qu’on oppose ou qui s’opposent, régulièrement depuis la constitution du duo en 2004. Les deux groupes ultras demandent que Roland Romeyer et Bernard Caïazzo abandonnent la gestion du club, se contentent d’être actionnaires. Les Magic avaient aussi affiché leur défiance à l’égard du second, et tous seront peut-être surpris de lire que le président du Conseil de surveillance « partage certaines de leurs idées». Il est vrai qu’il avait été l’instigateur d’une réorganisation avec nomination d’un directeur général, avant que le président du Directoire ne revienne en force aux affaires…

Les dés de l’autorité étaient pipés d’entrée 

Pas facile de rester dans l’ombre, pour l’un comme pour l’autre, mais la lumière aveugle parfois. La nomination de Ghislain Printant pour remplacer Jean-Louis Gasset a été une erreur de casting. Malgré tout le respect dû à ce dernier, c’est la première fois qu’on voyait un coach désigner son successeur, la première fois qu’on entendait des joueurs afficher leurs souhaits, sinon leurs exigences. Les dés de l’autorité étaient pipés avec un patron technique adoubé par ceux qu’il doit diriger, les relations compliquées par une trop grande proximité. Pas facile de taper sur la table après s’être tapé la bise et Printant a tardé à secouer ses hommes, à se mettre en colère. Privé de son mentor, même s’il l’a souvent au portable, il a manqué de justesse tactique ou de sens de la persuasion pour faire appliquer ses plans. On n’est pas sûr, par ailleurs, qu’il ait reçu tout le soutien nécessaire d’un staff, laissant courir le bruit de failles internes.

Pas de 9 au Mercato, des indésirables toujours là

On ajoutera une préparation ratée parce qu’on a préféré une promotion ridicule du football français, un recrutement tardif et mal ficelé. Des joueurs sur lesquels on ne compte plus sont restés, d’autres se sont retrouvés sur le terrain tout juste descendus de l’avion, parfois après plusieurs mois sans match. Pas sérieux! On peut enfin regretter l’absence d’un renfort offensif que réclamait déjà Gasset. De quoi exonérer Printant ? Non, mais l’homme s’est heurté, comme ses prédécesseurs, à une organisation qui, de la cellule de recrutement à la garde rapprochée de Roland Romeyer, traverse les époques sans trembler. Au risque de se voir sortir des tableaux de statistiques pour nous faire croire que le football est une équation, on relèvera que les Stéphanois souffrent d’un gros déficit en terme de vitesse et vivacité. Ce manque explique la non titularisation de Beric en début de championnat, mais bien d’autres auraient pu rester sur le banc! De quoi remettre en question le CDI du préparateur physique, Thierry Cotte, proche de Romeyer ? Galtier le pensait, il y a trois ans, et, quand on compare le rythme du match OM-Rennes à ceux des Verts, on se dit qu’il y a peut-être en effet un problème…Les joueurs auraient pu compenser par une plus grande combativité. Ils ont déçu. Il a fallu attendre Nîmes pour qu’ils répondent à la confiance de leur coach. Un peu tard. »

Didier BIGARD

Discipline : Eyraud (OM) suspendu deux matches, Hamouma (ASSE) un seul

La commission de discipline a sanctionné le président de l’OM, Jacques-Henri Eyraud, de quatre matches de suspension, dont deux avec sursis.

Le PSG ne jouant pas ce mercredi soir, les membres de la commission de discipline n’ont pas expédié les affaires courantes afin de se rendre au Parc. D’où l’horaire plus tardif de leur verdict cette semaine. Pour le contenu, il est globalement le même qu’il y a sept jours : l’OM a pris cher. Après Payet et Kamara la semaine passée, c’est le président, Jacques-Henri Eyraud, qui a été sanctionné. Quatre matches, dont deux avec sursis, pour son comportement lors de la houleuse réception de Montpellier (1-1).

LIGUE 1 CONFORAMA

Un match de suspension

Romain HAMOUMA (AS Saint-Etienne)

Un match ferme suite à un troisième avertissement dans une période incluant 10 rencontres de compétition officielle (Ligue 1 Conforama, Coupe de la Ligue BKT, Coupe de France) ou par révocation du sursis. La sanction prend effet à partir de mardi 8 octobre 2019 à 0h00.

Fodé BALLO-TOURE (AS Monaco)

Juan BERNAT (Paris Saint-Germain)

Lucas DEAUX (Nîmes Olympique)

FABIO (FC Nantes)

Gelson MARTINS (AS Monaco)

Florian MIGUEL (Nîmes Olympique)

Nicolas PALLOIS (FC Nantes)

Morgan SANSON (Olympique de Marseille)

 

6ème journée : Olympique de Marseille – Montpellier Hérault SC du 21 septembre 2019

Comportement de M. Jacques-Henri Eyraud, président de l’Olympique de Marseille

Quatre matchs de suspension dont deux matchs avec sursis, de banc de touche, de vestiaire d’arbitres et de toutes fonctions officielles.

————–

 

DOMINO’S LIGUE 2

Deux matchs de suspension dont un match avec sursis

Umut MERAS (Havre AC)

Gabriel MUTOMBO KUPA (US Orléans)

Un match de suspension

Jérémy CORDOVAL (Berrichonne de Châteauroux)

Un match ferme suite à un troisième avertissement dans une période incluant 10 rencontres de compétition officielle (Domino’s Ligue 2, Coupe de la Ligue BKT, Coupe de France) ou par révocation du sursis. La sanction prend effet à partir de mardi 8 octobre 2019 à 0h00.

Romain ARMAND (Paris FC)

Jonathan BEAULIEU (FC Chambly Oise)

David DOULINE (Rodez Aveyron Football)

Arsène ELOGO GUINTANGUI (Grenoble Foot 38)

Anthony GONCALVES (SM Caen)

Makhtar GUEYE (AS Nancy Lorraine)

Hervé LYBOHY (AS Nancy Lorraine)

Bryan PELE (EA Guingamp)

Anthony SOUVERVIE (FC Chambly Oise)

 

8ème journée : AS Nancy Lorraine – FC Chambly Oise du 20 septembre 2019

Comportement d’après-match de M. Yannick MAMILLONE, joueur du FC Chambly Oise

Un match de suspension avec sursis, de banc de touche, de vestiaire d’arbitres et de toutes fonctions officielles.

 

9ème journée : Rodez Aveyron Football – FC Sochaux-Montbéliard du 27 septembre 2019

Exclusion de M. Pierre-Olivier MURAT, président du Rodez Aveyron Football

Quatre matchs de suspension, de banc de touche, de vestiaire d’arbitres et de toutes fonctions officielles.

————–

 

 

POLICE DES TERRAINS

Chants à caractère discriminatoire

 

LIGUE 1 CONFORAMA

 

6ème journée : OGC Nice – Dijon FCO du 21 septembre 2019

Comportement des supporters de l’OGC Nice : chants à caractère discriminatoire

Fermeture de la partie haute de la tribune Sud pour deux matchs avec sursis.

————–

 

 

Usage d’engins pyrotechniques, jets d’objets et intrusion

 

LIGUE 1 CONFORAMA

 

6ème journée : Olympique Lyonnais – Paris Saint-Germain du 22 septembre 2019

Comportement des supporters de l’Olympique Lyonnais : usage d’engins pyrotechniques et jets d’objets

5.000€ d’amende pour l’Olympique Lyonnais.

 

6ème journée : Olympique Lyonnais – Paris Saint-Germain du 22 septembre 2019

Comportement des supporters du Paris Saint-Germain : usage d’engins pyrotechniques

Fermeture pour un match avec sursis du parcage visiteurs pour les prochains matchs disputés à l’extérieur par le Paris Saint-Germain.

 

6ème journée : Olympique de Marseille – Montpellier Hérault SC du 21 septembre 2019

Comportement des supporters de l’Olympique de Marseille : usage d’engins pyrotechniques

13.500€ d’amende pour l’Olympique de Marseille.

 

6ème journée : OGC Nice – Dijon FC du 21 septembre 2019

Comportement des supporters de l’OGC Nice : jets d’objets 

Compte tenu des mesures tangibles prises par le club, la Commission de Discipline classe le dossier.

 

6ème journée : Stade de Reims – AS Monaco du 21 septembre 2019

Comportement des supporters du Stade de Reims : intrusion d’un spectateur

Compte tenu des mesures tangibles prises par le club, la Commission de Discipline classe le dossier.

 

6ème journée : Stade de Reims – AS Monaco du 21 septembre 2019

Comportement des supporters de l’AS Monaco : usage d’engins pyrotechniques

Compte tenu des mesures tangibles prises par le club, la Commission de Discipline classe le dossier.

 

6ème journée : RC Strasbourg Alsace – FC Nantes du 20 septembre 2019

Comportement des supporters du FC Nantes : usage d’engins pyrotechniques

1.500€ d’amende pour le FC Nantes.

 

7ème journée : Paris Saint-Germain – Stade de Reims du 25 septembre 2019

Comportement des supporters du Paris Saint-Germain : usage d’engins pyrotechniques

12.000€ d’amende dont 6.000€ d’amende avec sursis pour le Paris Saint-Germain.

 

8ème journée : FC Girondins de Bordeaux – Paris Saint-Germain du 28 septembre 2019

Comportement des supporters du Paris Saint-Germain : usage d’engins pyrotechniques

Compte tenu des mesures tangibles prises par le club, la Commission de Discipline classe le dossier.

—————

 

DOMINO’S LIGUE 2

 

8ème journée : SM Caen – RC Lens du 21 septembre 2019

Comportement des supporters du SM Caen : intrusion d’un spectateur

Compte tenu des mesures tangibles prises par le club, la Commission de Discipline classe le dossier.

 

8ème journée : SM Caen – RC Lens du 21 septembre 2019

Comportement des supporters du RC Lens : usage d’engins pyrotechniques

Compte tenu des mesures tangibles prises par le club, la Commission de Discipline classe le dossier.

 

8ème journée : Berrichonne de Châteauroux – Grenoble Foot 38 du 20 septembre 2019

Comportement des supporters du Grenoble Foot 38 : usage d’engin pyrotechnique

1.000€ d’amende pour le Grenoble Foot 38.

 

8ème journée : FC Sochaux-Montbéliard – EA Guingamp du 20 septembre 2019

Comportement des supporters du FC Sochaux-Montbéliard : usage d’engins pyrotechniques

6.000€ d’amende pour le FC Sochaux-Montbéliard.

 

8ème journée : Valenciennes FC – Chamois Niortais du 20 septembre 2019

Comportement des supporters du Valenciennes FC : jets d’objets

2.500€ d’amende pour le Valenciennes FC.

ASSE – OL : Aulas sort encore du bois, c’est très inquiétant pour les Verts

Le président de l’OL Jean-Michel Aulas est encore venu coller les Gones peu après l’entraînement, à la veille du choc contre le RB Leipzig en Ligue des champions (21h).

Ce n’est jamais bon signe quand Jean-Michel Aulas sort de sa réserve. Et c’est exactement ce qu’est en train de faire le président de l’OL afin de rassembler les Lyonnais. JMA, qui disait vouloir prendre du recul, est en effet passé à l’hôtel des joueurs mardi après l’entraînement.

Selon L’Équipe, il tenait à montrer sa solidarité dans cette période compliquée. Le quotidien sportif rappelle que le président de l’OL n’est jamais aussi efficace et écouté que dans ces moments de crise.

On se souvient ainsi que ce même Aulas avait été au cœur du retour de l’OL au lendemain de l’élimination en 8es de finale de la Ligue Europa contre le CSKA Moscou (3-2, le 15 mars 2018 ; 1-0 à l’aller).

Le patron de l’OL avait alors remonté le moral de Bruno Genesio et de ses troupes. Lyon s’était ensuite imposé à Marseille (3-2) avant de finir la saison en boulet de canon (7 victoires en 8 matches de L1) ! En cas de réaction confirmée ce soir à Leipzig en C1, la sortie du bois d’Aulas ne serait donc pas une excellente nouvelle pour l’ASSE en vue du derby de dimanche à Geoffroy-Guichard (21h)…

Julien Pérez