La Gantoise – ASSE : la promesse de Mathieu Debuchy aux supporters stéphanois

Le défenseur des Verts Mathieu Debuchy a hâte de retrouver l’Europe. Il promet que l’ASSE jouera sa chance à fond en Ligue Europa.

But : Mathieu, avez-vous ressenti une forme de pression avant de recevoir Toulouse ?

Mathieu DEBUCHY : Non. Avant la trêve, on avait joué trois matches sur quatre à l’extérieur, dont deux déplacements assez délicats. Maintenant, on a sept matches en trois semaines. L’objectif, c’est de prendre le plus de points possibles, notamment à domicile, et d’arriver à la prochaine trêve avec un bon classement.

Qu’a-t-il manqué lors de ces premiers matches?

Physiquement, on n’est pas encore parfaitement au point. La trêve nous a permit de bien travailler et je pense qu’on va être beaucoup mieux dans les semaines à venir. Mais le réalisme nous fait défaut, la dernière passe, les derniers gestes. On a bien travaillé devant le but ces derniers jours pour y remédier.

Vous avez joué en défense centrale à Marseille. Aimez-vous joué dans cette défense à trois ?

Oui. Je me suis bien adapté. Je me suis senti bien.

Vous préférez jouer axial droit ou sur le côté dans une défense à trois ?

Honnêtement, peu importe. Les efforts sont différents. Il y a moins de courses quand on est dans l’axe. Mais peu importe. Dans le foot moderne, il faut savoir s’adapter. En piston ou dans l’axe, à moi de m’adapter.

« On a nos chances. Mais il n’y aura pas de matches faciles. On va les prendre les uns après les autres, en essayant de ramener un résultat de Belgique pour bien entrer dans la compétition. »

Vous êtes content de retrouver Yohan Cabaye ?

Très content, bien sûr. C’est une satisfaction de le voir arriver. On se connait depuis le centre de formation à Lille. On a toujours gardé le contact. On s’entend bien. Et on s’était déjà retrouvés en équipe de France et à Newcastle.

Vous avez joué un rôle dans sa venue ?

Je l’ai eu au téléphone plusieurs fois. Je lui ai parlé du club, du stade, du public. On a échangés ?. Je voulais vraiment qu’il vienne. Je suis content.

Vous lui avez vendu le bon air du Forez !

C’est ça ! Je lui ai dis qu’il serait bien ici. L’ambiance est magnifique. Les gens vivent pour le foot, ils ont la passion du maillot vert. Ça ressemble à Newcastle. Je pense qu’il va bien aimer.

Le parfum européen vous a-t-il manqué ces dernières saisons ?

Oui. C’est un parfum toujours agréable, que ce soit la Ligue des champions ou la Ligue Europa. Ce sont de belles compétitions. C’est toujours agréable de jouer l’Europe et on va la jouer à fond. On va essayer de bien figurer, de montrer que Saint-Etienne peut aussi être performant en Coupe d’Europe.

Que pensez-vous de ce groupe ?

Je pense qu’on a nos chances. Mais il n’y aura pas de matches faciles. On va les prendre les uns après les autres, en essayant de ramener un résultat de Belgique pour bien entrer dans la compétition.

Laurent HESS

ASSE (débat) : Ghislain Printant est-il déjà menacé ?

Avec 5 points en 5 journées de L1, l’ASSE est mal entrée dans sa saison. Notre débat de la semaine concerne son coach Ghislain Printant. Déjà sur la sellette ou pas ?

C’est trop tôt

« Autant je peux comprendre l’impatience du peuple vert de voir des résultats vu l’investissement estival et la qualité de l’équipe mais j’ai quand même beaucoup de mal à condamner des gens alors que la saison vient à peine de démarrer depuis cinq journées. Certes, l’ASSE réalise son plus mauvais démarrage en Ligue 1 depuis dix ans mais les Verts n’ont pas un bilan si catastrophique. Oui, il n’y a que cinq points en cinq matches et c’est peu. Sauf que les défaites sont à Lille et à Marseille, deux terres qui ont été difficiles pour les Stéphanois ces dernières années (plus même pour l’OM). Que Printant soit l’entraîneur ou pas.

Pour l’instant, les critiques émanent surtout du fait que l’ASSE n’a pas gagné à Geoffroy-Guichard face à Brest (1-1) et Toulouse (2-2). Deux adversaires sur le papier à portée. Contre le Téfécé, je n’ai pas vu une mauvaise équipe ligérienne. Au contraire. Face à un adversaire en grande réussite durant le premier acte, les coéquipiers de Loïc Perrin ont eu une belle réaction. Pas le genre de réaction de joueurs souhaitant « lâcher » leur coach.

On lui met trop la pression !

Le match aurait même pu se finir en victoire sur le fil si l’exigeante VAR – et ses millimètres de hors-jeu – n’était pas rentrée en action. On ne peut pas tomber sur le coach après ça. Pas maintenant, pas tout de suite, pas aussi tôt dans la saison… Vu l’enchaînement qui se profile, l’ASSE ne peut de toute façon pas changer d’entraîneur. Je ne pense pas que ce soit en lui collant aujourd’hui une pression de fou sur les épaules qu’on aidera Ghislain Printant à faire avancer ses joueurs. Attendons encore quelques semaines avant de dresser le bilan… »

Alexandre CORBOZ

Il doit faire attention

« L’ASSE dispose cette saison du plus gros budget de son histoire, un budget supérieur à 100 M€, mais son début de saison est le plus mauvais de ces dix dernières années avec 5 points en 5 journées. Pour piloter le projet, Printant était l’homme de la situation aux yeux des dirigeants, qui ont suivi les conseils de Jean-Louis Gasset. Mais la confiance du duo Caiazzo-Romeyer n’est pas aveugle pour autant. Depuis le début, des doutes accompagnent la promotion du Montpelliérain, y compris en haut lieu, et le début de saison ne les a pas levés, au contraire. Si Romeyer a tenu à intervenir devant le groupe avant la réception de Toulouse, c’est qu’il a vu que certaines choses n’allaient pas.

A lui de vite inverser la tendance

Le début de saison a déplu, et pas seulement les résultats. La gestion du groupe et le fonctionnement du staff, où Printant, qui ne s’appuierait pas beaucoup sur Laurent Huard, a demandé du renfort, a pu interpeler. L’ancien bastiais est forcément en première ligne. Alors que les présidents pensaient miser sur la stabilité, Cabella est parti et M’Vila a eu des véléités de départ lui aussi. Les résultats, certains choix opérés par Printant dans ses compositions d’équipe mais aussi au Mercato où il est allé chercher Boudebouz, ont entamé son crédit. A lui d’inverser la tendance. Il a six matches pour le faire d’ici la prochaine trêve internationale, où un point sera fait, forcément. »

Laurent HESS

ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Les  problèmes dépassent le cadre du terrain »

ASSE - Le rendez-vous de Didier Bigard : « Les problèmes dépassent le cadre du terrain »

Selon Didier Bigard, ancien responsable des sports au Progrès, le début de saison poussif de l’ASSE provoque des remous au sein du club.

« On se pose des questions sur les résultats de l’équipe, mais aussi sur le climat pesant qui règne autour de Ghislain Printant, sur un jeu de pouvoir dangereux. « Parce que c’était un match important », Roland Romeyer avait annoncé vouloir parler aux joueurs avant Toulouse. Il espérait clouer le bec aux observateurs qui avaient relevé – très justement – que l’ASSE réalise son plus mauvais départ depuis dix ans. « Si on gagne dimanche on comptera plus de points que la saison dernière après cinq journées et avec trois déplacements », argumentait-il en maniant le conditionnel. Raté parce qu’après Brest (1-1), les Stéphanois ont concédé un nouveau nul à domicile et qu’ils pointent à la quinzième place à la veille de leur première rencontre de Ligue Europa. Sans qu’on puisse incriminer le calendrier, il est vrai doublement aberrant puisque l’equipe n’a joué qu’une fois à Geoffroy-Guichard cet été alors qu’on sait que de nombreux supporters des Verts profitent des vacances pour s’y rendre.

Printant mis sous pression

L’ordinateur de la Ligue a bafouillé même si des paramètres avaient été suggérés par Bernard Caïazzo, à savoir rencontrer des équipes du haut de tableau, style Lille et Marseille. Mauvais calcul. Mauvaise tactique aussi que la mise sous pression de Ghislain Printant par médias interposés avec tour à tour des remarques qu’il aurait formulées sur la jeunesse de son staff puis des fuites sur les états d’âme de joueurs relégués sur le banc, une façon de mettre en cause ses choix. Qui en est à l’origine?

Bernard Caïazzo, cible du kop

En pointant Bernard Caïazzo sur une banderole le kop nord manifeste sa défiance envers celui dont Roland Romeyer avait laissé entendre qu’il « parle trop ». Mais à  quoi jouent les « deux frères »? Une bannière peut-elle être déployée sur la largeur d’une tribune sans que le club en ait connaissance? Idem pour celle affichée à l’extérieur d’une stade proclamant avec humour « il ne manquait plus que le départ de BC pour faire un bon mercato ». On ne sait pas si le retrait du président du Conseil de surveillance serait bénéfique, mais au moins celui du Directoire doit-il être flatté de voir qu’on qualifie de « bon » son marché d’été. Malgré l’absence du buteur recherché depuis plusieurs saisons! Son service com n’aurait pas été plus efficace. On ne doute pas que les deux présidents sauront vite afficher leur unité pour faire taire toutes ses supputations et il le vaudrait mieux parce que pendant ce temps, les tribunes ne se remplissent pas voire restent fermées comme les Snella, Paret et Henri-Point supérieures dimanche (24000 spectateurs seulement). Il le vaudrait mieux parce que l’équipe a plus besoin de soutien que de débats et qu’il y a suffisamment de problèmes à régler sur le terrain.

Boudebouz inexistant

Ghislain Printant a la pression et n’a ni la bouteille d’un Jean-Louis Gasset, ni la gouaille d’un Christophe Galtier pour y résister. Il n’a pas caché son inquiétude, devra resserrer les rangs au sens propre et figuré. Son dispositif a laissé trop d’espaces avec des défenseurs à 25 mètres les uns des autres, un milieu sans meneur, Boudebouz, (peut-être blessé par Vainqueur) étant inexistant.  Bien sûr, il y a eu deux buts plus deux refusés et un penalty incroyablement oublié, mais coller Bouanga sur la ligne de touche et garder Khazri en pointe est-il le meilleur choix?  La réponse viendra des intéressés, de Cabaye sans doute sur ce qu’on a entrevu, de M’Vila aussi, qui avait fait campagne pour Printant comme beaucoup d’autres. Il est temps de montrer que c’était une bonne idée. »

Didier BIGARD

Les infos du jour : les Verts aussi n’en peuvent plus du VAR !

Les infos du jour : les Verts aussi n'en peuvent plus du VAR !

Si vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité du jour, But Football Club récapitule pour vous les informations importantes de ce lundi 16 septembre.

La grosse info : Le PSG, l’OL et le LOSC se tournent vers la Ligue des champions, les Verts enragent contre l’arbitrage

Comme les Rennais après leur match nul à Brest (0-0), les Verts, tenus en échec par Toulouse (2-2) dimanche, se plaignent de l’arbitrage, rejoints par Pierre Ménès. Du côté du PSG, de l’OL et du LOSC, l’heure est à l’entrée en lice en Ligue des champions.

ASSE – Toulouse FC (2-2) : les Verts enragent contre l’arbitrage

ASSE – Toulouse FC (2-2) : Pierre Ménès accable l’arbitre et tacle deux Verts

ASSE : sa première dans le Chaudron, le début de saison des Verts…Yohan Cabaye s’est confié

ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Printant tâtonne et les Verts ne décollent toujours pas»

Brest – Stade Rennais (0-0) : le SRFC a écrit à la Ligue, il demande réparation

Mais aussi…

PSG : les Ultras ont fait plier la direction pour Neymar !

PSG – Real Madrid : Cavani est forfait

OL – Ligue des Champions : les supporters du Zénith en nombre à Lyon

OL : Denayer confirme son retour contre le Zénith

LOSC – Mercato : une nouvelle saignée planifiée cet hiver ?

LOSC – Ligue des Champions : l’Ajax Amsterdam devrait être amoindri

FC Barcelone : Lionel Messi est officiellement de retour !

OM : Villas-Boas valide son Mercato et fixe le premier objectif de la saison

OM : Villas-Boas désigne ses 4 maillons forts et a un mot pour Rongier

Girondins : Éric Bédouet vient renforcer le staff de Paulo Sousa

RC Lens : le Mercato des Sang et Or déroute même ses adversaires

ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Printant tâtonne et les Verts ne décollent toujours pas»

ASSE – L'analyse de Laurent Hess : « Printant tâtonne et les Verts ne décollent toujours pas»

Notre correspondant à Saint-Etienne revient sur le match nul de l’ASSE contre Toulouse (2-2) dimanche après-midi. Il estime que Ghislain Printant a su corriger le tir après s’être trompé dans son équipe de départ…

Il a beaucoup été question de la VAR dimanche à Geoffroy-Guichard, beaucoup trop, et Alain Casanova n’a d’ailleurs pas manqué de qualifier l’assistance vidéo d’« insupportable ». A raison. Au final, entre les deux buts refusés à Beric, qui était hors jeu, celui refusé à Koulouris, qui ne l’était pas, et les penaltys oubliés sur Cabaye (faute de Gradel) et sur Leya Iseka (faute de Moukoudi), on va dire que personne n’a vraiment été lésé sur ce match, ou que les deux équipes peuvent estimer l’avoir été. Ce que l’on retiendra avant tout, ce sont les deux visages affichés par les Verts avant et après le retour aux vestiaires.

Boudebouz fantomatique

A la mi-temps, Perrin et les siens ont limité la casse car il aurait pu y avoir 3-0 pour les Toulousains au lieu de 2-1, Hamouma réduisant le score peu après une frappe de Saïd repoussée par du pied par Ruffier sur son poteau. Cette première période indigeste obligea Ghislain Printant à faire quelque chose et c’est Ryad Boudebouz, remplacé par Beric, qui en fit les frais. Un choix logique vu le rendement de l’Algérien, incapable de prendre le jeu à son compte, d’accélérer, et imprécis sur ses coups de pied arrêtés.

L’entrée de Beric a eu le mérite de permettre à l’équipe d’évoluer à onze contre onze mais aussi de repositionner Wahbi Khazri, qui s’est montré bien plus à l’aise en soutien du Slovène qu’en pointe. Ce qui n’aura pas surpris grand-monde, la tendance à dézoner du Tunisien, qui n’aide pas vraiment l’équipe lorsqu’il joue en 9, n’étant plus à démontrer depuis longtemps.

Hamouma et Cabaye, deux lueurs dans la grisaille

Les satisfactions de la rencontre sont venues d’Hamouma, auteur d’un doublé, et de Cabaye, à son avantage pour ses débuts dans le Chaudron. L’ancien lillois a montré ce qu’il allait pouvoir apporter : son expérience, sa lecture du jeu, sa justesse technique. Il pourrait vite devenir indispensable dans cette équipe.

Une équipe qui a eu le mérite de ne pas renoncer et de revenir au score, mais qui n’a clairement pas rassuré. En face, ce n’était pourtant que Toulouse, et la manière dont les Vert se sont faits transpercer quand Gradel, Leya Iseka, Makengo, Sangaré et consorts ont franchi la ligne médiane a de quoi inquiéter, tout comme ce déficit athlétique, montré du doigt par Casanova après la rencontre, cette fébrilité défensive, etc…

Pour l’heure, l’ASSE, 15e de L1 après cinq journées, n’y est pas, alors que la Ligue Europa, très attendue par le peuple vert, débute dès ce jeudi à La Gantoise. Forcément, Printant devra trouver les solutions pour que les résultats s’améliorent. Et vite, car les « Printant ne passera pas l’automne » pourraient fleurir en cas de nouvelles contre-performances, et L’Equipe n’a pas hésité à révélé certains problèmes internes avant la venue du Téfécé, qui tendent à montrer que le crédit de l’ancien adjoint de Jean-Louis Gasset est déjà un peu entamé… »

Laurent HESS

Dans l'entretien accordé à But Saint-Etienne, à paraître ce mercredi, Denis Bouanga évoque notamment ses débuts à l'ASSE et son but contre Brest (1-1) qu'il a dédié à sa maman, qui a tendance à lui porter chance. Extrait.

ASSE, FC Nantes, LOSC, OM, PSG, OL, Girondins, Strasbourg : ils sont dans l’équipe type

ASSE, FC Nantes, LOSC, OM, PSG, OL, Girondins, Strasbourg : ils sont dans l’équipe type

Ce lundi, il est déjà l’heure de se pencher sur l’équipe type imaginée par le quotidien L’Équipe pour la 7e journée de Ligue 1 disputée ce week-end.

Keylor Navas et Neymar n’ont eu besoin que d’un seul match pour faire leur apparition dans l’équipe type. L’attaquant brésilien a notamment résisté à tout contre le RC Strasbourg pour offrir la victoire au PSG d’un geste acrobatique génial (1-0). Côté alsacien, Mohamed Simakan a été excellent (3 tacles, record du match) mais il se rappellera que le but parisien vient de son côté.

En défense, Andrei Girotto a été désigné homme du match entre le FC Nantes et le Stade de Reims dimanche à la Beaujoire (1-0). Le Brésilien a notamment bloqué trois tirs adverses ! A ses côtés, Laurent Koscielny poursuit son sans-faute depuis son arrivée aux Girondins de Bordeaux après avoir été redoutable face au FC Metz (2-0).

Au milieu, les Lillois Luiz Araujo et Benjamin André ont chacun dans leur style été décisifs devant le SCO d’Angers, vendredi en ouverture de cette 5e journée de Ligue 1 (2-1). Romain Hamouma l’a aussi été en claquant un doublé avec l’ASSE contre le Téfécé (2-2). Deux buts chacun, c’est aussi les performances remarquées de l’attaquant de l’OL Moussa Dembélé à Amiens (2-2), et de celui de l’OM Dario Benedetto à Monaco (4-3).

Bastien Aubert

Romain Hamouma atteint le cap de la cinquantaine

Romain Hamouma atteint le cap de la cinquantaine

Il lui fallait deux buts pour arriver à 50 en championnat. Romain Hamouma a donc mis le Vert de chauffe ce dimanche après-midi face à Toulouse. Juste avant la pause, il a relancé les siens d’une superbe frappe enroulée consécutive à une action personnelle de haut niveau. Avant d’égaliser en deuxième mi-temps, se trouvant à l’affût sur un centre de Denis Bouanga.

Ce doublé permet à Romain Hamouma d’atteindre la barre des 50 buts en Ligue 1 Conforama. Le Franc-Comtois en a inscrit 11 sous les couleurs du Stade Malherbe de Caen, son club formateur, entre 2009 et 2011. Par la suite, l’ailier en a rajouté 39 sous le maillot Vert. Le natif de Montbéliard a donc parcouru un sacré bout de chemin depuis le 11 août 2012, date de son premier but à l’ASSE face au LOSC (1-2).

Cette saison, Romain Hamouma en est déjà 3 réalisations en cinq rencontres officielles. Le numéro 21 a d’ailleurs été le premier buteur de l’exercice stéphanois, lors de la victoire à Dijon (2-1).

Résultat Ligue 1 : ASSE 2-2 Toulouse FC (terminé)

L’ASSE a été tenue en échec par le TFC cet après-midi mais les Violets peuvent nourrir des regrets car un but a été injustement annulé.

De ce match, les Verts pourront retenir le fait qu’ils n’ont pas baissé les bras alors que le TFC menait 2-0 et était plus en passe de marquer un troisième but que de se faire rejoindre. Comme souvent, l’ASSE a fait preuve de caractère et a fini par revenir au score grâce à un doublé de Romain Hamouma.

Mais pour le reste, les supporters stéphanois ont des raisons d’être inquiets. Car sans la malchance (poteau de Saïd, barre de Gradel) ou un arbitrage incompréhensible (Koulouris n’était pas hors-jeu quand il a marqué, à 2-2), l’ASSE aurait concédé une troisième défaite de rang après Lille (0-3) et Marseille (0-1).

Avec ce point, les hommes de Ghislain Printant sont 15es alors que ceux d’Alain Casanova pointent au 9e rang. Mais clairement, ce soir, il n’y a que les Toulousains qui peuvent se montrer optimistes pour l’avenir…

R.N.