ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Et qu’est-ce qu’on fait maintenant ? »

Notre correspondant à Saint-Etienne estime que les résultats catastrophiques de l’ASSE obligent la direction du club à intervenir. Et que Ghislain Printant est forcément fragilisé.

« Je ne suis pas inquiet. Ghislain Printant n’est pas du tout fragilisé »… Roland Romeyer avait soutenu Ghislain Printant en début de semaine dernière alors que l’ASSE était 15e de L1 après son match nul contre Toulouse (2-2). Mais depuis, il y a eu deux défaites à La Gantoise (2-3) et à Angers (1-4). Forcément, la situation de Printant s’est passablement dégradée et le successeur de Jean-Louis Gasset se retrouve sur la sellette. Les Verts sont 17es. Après leur entrée en lice ratée en Ligue Europa, ils ont trouvé le moyen de s’incliner à Angers dimanche (la première défaite stéphanoise sur le terrain du SCO depuis 43 ans) alors qu’ils menaient 1-0 et que les Angevins n’avaient pas effectué le moindre tir cadré en première mi-temps.

Le constat est là : Printant n’y arrive pas

Casimir Ninga, entré à la 70e minute, s’est offert un triplé en 11 minutes, en profitant des largesses d’une défense gruyère. Que ce soit à quatre ou à cinq derrière, les Verts laissent des boulevards à tous leurs adversaires. Même Ruffier, qui a interdit à ses coéquipiers de répondre aux sollicitations médiatiques après le fiasco angevin, passablement énervé, semble gagné par la fébrilité : il ne sort quasiment plus et ne fait plus beaucoup d’arrêts. Devant lui, les défenseurs ne gagnent pas un duel, ils sont de plus en plus perdus sur le terrain. La conséquence des changements incessants opérés par Printant, qui a laissé Perrin sur le banc dimanche. Montré du doigt après la défaite à Gand, le capitaine des Verts n’est donc pas le seul responsable de ce début de saison cauchemardesque…

Au milieu, M’Vila ne récupère plus un ballon et Boudebouz n’est que l’ombre de lui-même, l’Algérien se contentant de trottiner sur le terrain là où Cabella était omniprésent. Dans ce marasme, en Anjou, Nordin a apporté son envie, Youssouf aussi, mais Beric, étrangement aligné à l’extérieur et non à domicile depuis le début de la saison, n’a encore eu que très peu de ballons.

Difficile aussi de s’exprimer, dans ce contexte, pour les recrues, si nombreuses cet été que l’ASSE ressemble plus aujourd’hui à une armée mexicaine qu’à autre chose. Une « armée » où les vrais guerriers font malheureusement défaut, et qui est décimée par les blessures (11 absents dimanche), avec à sa tête un Printant bien esseulé, déjà marqué, et qui apparaît sans solution.

Romeyer et Caiazzo vont devoir prendre leurs responsabilités

Propulsé n°1 sur les recommandations de Gasset et l’insistance de cadres qui n’ont plus du tout le même rendement que la saison dernière, pour ceux qui sont encore là, le Montpelliérain est sur un siège éjectable. Son avenir se décidera au plus tard dans quinze jours, après la série de quatre matches (Metz, Nîmes, Wolfsburg et Lyon) qui arrive. Mais en interne, le duo de présidents voit bien qu’il a fait fausse route et forcément, il réfléchit à d’autres solutions.

Les noms de Puel, Kombouaré, Gourvennec, tous libres, reviennent une fois de plus. Un retour de Gasset est également évoqué. Des décisions sont attendues. Deux ans après, c’est à nouveau la crise à « Sainté » et personne ne comprendrait que la direction, qui ne compte plus désormais ni directeur général ni directeur sportif avec les départs de Paquet et Rocheteau cet été, reste les bras croisés…

Laurent HESS

Perrin : « Le match de mercredi est un tournant »

Perrin : « Le match de mercredi est un tournant »

Le traditionnel capitaine de l’AS Saint-Etienne, Loic Perrin, s’est exprimé auprès de France Bleue Saint-Etienne après la lourde défaite de son équipe face à Angers. Celui-ci ne parait pas inquiété outre-mesure…

« Je suis allé voir les supporters pour des explications, pour échanger avec eux, je crois qu’il y en avait besoin. Malheureusement pour eux, les entraineurs sont toujours en première ligne mais ce sont pas eux qui sont sur le terrain, c’est nous les joueurs. Avec toute l’expérience qu’on a, on ne devrait pas en être là aujourd’hui. Maintenant c’est fait, à nous de renverser la situation. J’aime le discours de Ghislain Printant. On a eu des occasions en première mi-temps, on doit être plus réguliers sur un match et avoir cette confiance, là on est beaucoup trop fébriles sur la deuxième période. Il faut continuer à travailler et vite que ça revienne pour repartir sur de bons résultats. C’est ce qui nous manque, une victoire nous ferait énormément de bien. On a la chance de pouvoir le faire mercredi chez nous. Maintenant, tous les matchs qui arrivent sont importants, celui de mercredi est un tournant. »

ASSE : Pierre Ménès lâche une bombe sur l’avenir de Ghislain Printant

ASSE : Pierre Ménès lâche une bombe sur l’avenir de Ghislain Printant

Pierre Ménès a relayé une information capitale sur l’avenir de Ghislain Printant à l’ASSE dimanche à la mi-temps du choc entre l’OL et le PSG (0-1).

Ghislain Printant n’en menait pas large dimanche soir après la raclée ramenée par l’ASSE d’Angers (1-4). « J’éprouve un sentiment de honte, a-t-il soufflé en conférence de presse. Il faut rebondir, et très rapidement. Samedi, j’ai pourtant replacé les joueurs dans le contexte, je leur ai rappelé la chance qu’ils avaient de faire ce beau métier. Ce sont des garçons d’expérience (…) Je suis inquiet pour l’AS Saint-Étienne, pas pour ma situation personnelle. Le score fait mal. On doit aborder la réception de Metz, ce mercredi, avec une grande détermination. Il faut arrêter de parler et agir. »

L’actuel entraîneur de l’ASSE sera-t-il bien celui qui aura en main l’équipe fanion des Verts dans 48 heures ? Pas si sûr. L’Équipe, dans son édition du jour, assure que Bernard Caiazzo a contacté Jean-Louis Gasset pour le sonder sur un éventuel retour dans le Forez. Le technicien de 65 ans serait reposé et aurait posé ses conditions pour une telle option.

La place pourrait être libre. « Printant songerait à présenter sa démission, ce qui en dit long sur la classe du bonhomme car il pourrait prendre un gros chèque », a affirmé Pierre Ménès hier soir sur le plateau du CFC. Ce dernier en a remis une couche sur son blog. « Les rumeurs en provenance du Forez signalent que Ghislain Printant serait prêt à démissionner ou que le club aimerait bien qu’il le fasse, a-t-il poursuivi ce lundi. Affaire à suivre, même si le prochain match des Verts a lieu dans trois petits jours. »

Bastien Aubert

PSG : Neymar et deux autres Parisiens sont dans l’équipe type de la 6e journée de L1

PSG : Neymar et deux autres Parisiens sont dans l’équipe type de la 6e journée de L1

Ce lundi matin, il est déjà l’heure de se pencher sur l’équipe type mise sur pied par le quotidien L’Équipe concernant la 6e journée de Ligue 1.

Le PSG a fait très forte impression dimanche à Lyon (1-0). Devant une équipe de l’OL sans grandes ambitions et établie en 5-3-2, les champions de France ont largement dominé les débats. Il a toutefois fallu attendre le money time pour voir l’unique but du match, un petit chef d’oeuvre de Neymar.

Seul au milieu de la défense des Gones, l’attaquant brésilien du PSG s’est retourné pour déclencher une frappe en une fraction de seconde. Impuissant, Anthony Lopes a dû s’incliner (0-1). Neymar, pour ce seul geste, a gagné le droit de figurer dans l’équipe type de L’Équipe. Deux de ses coéquipiers du PSG l’y accompagnent : Thiago Silva et Juan Bernat. Les deux défenseurs parisiens ont livré à Décines une partition très solide, dans la lignée de leur prestation en Ligue des champions.

On notera enfin la présence de deux joueurs du SCO après la nette victoire contre l’ASSE (4-1) : Manceau et Pereira Lage. Sans compter Stéphane Moulin, désigné meilleur coach de ce week-end en L1. C’est mérité pour une équipe dauphine du PSG au soir de cette 6e journée (ex aequo avec l’OGC Nice).

Bastien Aubert

Nordin : « Il y a des points positifs »

Nordin : « Il y a des points positifs »

Arnaud Nordin a ouvert le score pour l’AS Saint-Etienne avant que son équipe ne sombre et s’incline très lourdement (4-1). Le jeune attaquant était en zone mixte après cette humiliation et a livré son impression sur le match : « Le coach nous avait dit qu’au retour des vestiaires il fallait faire attention sur les 10-15 premières minutes car Angers allait pousser. C’est vrai que leur premier but nous a fait beaucoup de mal et après ils ont joué en contre-attaque, on s’est fait avoir et ça nous fait du mal. Malgré ça on va dire qu’il y a quand même des points positifs, surtout sur la première mi-temps. Sur la deuxième mi-temps il faut corriger les erreurs car ça devient lourd. J’aurais préféré largement gagner quelque soit le buteur que de marquer et perdre sur ce score. Il faut continuer à travailler, rester solidaires, on sait qu’il y a un bon groupe et que la roue tourne, ça va le faire »

Printant : « Ce soir, j’ai honte »

Printant : « Ce soir, j’ai honte »

Et les Verts plongent dans la crise… Après la défaite en Europa League jeudi soir contre La Gantoise (3-2), ils ont sombré ce dimanche après-midi contre Angers (4-1). D’inquiétante, la situation devient alarmante. Ghislain Printant semble en avoir conscience.

Une équipe à deux visages

« Un match dure 90 minutes. On prend trop rapidement ce premier but après la pause, c’est regrettable. J’éprouve un sentiment de honte devant une telle défaite d’autant que nous avons bien maîtrisé la première mi-temps. Je ne peux pas m’expliquer la situation dans laquelle le groupe s’est retrouvé après l’égalisation. Sur la première mi-temps je me sens encore écouté. Sur la 2ème non. On a été pris au piège d’Angers alors que, lors la première mi-temps, on avait maintenu un bloc équipe qui avait permis de garder le ballon et contrôler l’adversaire. Après la pause, on a perdu beaucoup de ballons. Angers s’est montré un peu plus agressif en seconde mi-temps et on n’a pas su réagir. Au contraire, on a perdu notre maîtrise collective. Hier, j’ai pourtant replacé les joueurs dans le contexte, je leur ai rappelé la chance qu’ils avaient de faire ce beau métier. Ce sont des garçons d’expérience. On se doit de montrer un autre visage que celui d’aujourd’hui.« 

Remobiliser l’équipe ?

« Il faut rebondir, et très rapidement. Ce soir, j’ai honte car on a lâché trop facilement. Je suis inquiet pour l’AS Saint-Étienne, pas pour ma situation personnelle. Le score fait mal.  On doit aborder la réception de Metz, ce mercredi, avec une grande détermination. Il faut arrêter de parler et agir. « 

ASSE : contacté, Gasset pose ses conditions pour un retour à Saint-Étienne

L’ancien entraîneur de l’ASSE Jean-Louis Gasset a bel et bien été contacté en vue d’un retour. Le grand ami de Ghislain Printant a posé ses conditions.

La crise couve à l’ASSE. Ghislain Printant est sur la sellette depuis la raclée enregistrée à Angers dimanche (1-4). Trois successeurs ont d’ores et déjà été cités pour le remplacer : Claude Puel, Jocelyn Gourvvennec et Antoine Kombouaré.

Vendredi, l’éventualité d’un retour de Jean-Louis Gasset avait déjà été évoquée. Celle-ci aurait du sens. L’Équipe, dans son édition du jour, assure que l’‘entraîneur à la casquette a reçu un coup de fil de Bernard Caiazzo samedi.

« À la retraite depuis quatre mois, Gasset se sent aujourd’hui reposé, explique le quotidien sportif. Comme en 2016, quand il s’était retrouvé au chômage forcé après le limogeage de Laurent Blanc du Paris-SG, il commencerait à s’ennuyer ferme. »

Cela ne veut pas dire que Gasset est prêt à se replonger dans le quotidien de l’ASSE. Si le technicien de 65 ans n’a pas éconduit Caiazzo, il ne lui aurait pas dit oui pour autant. Recontacté tard hier soir, Gasset aurait différé sa réponse et posé ses conditions.

S’il revient, ce ne sera pas avant la prochaine trêve internationale, au lendemain du derby face à Lyon (le 6 octobre), et uniquement pour s’occuper du terrain pour ne plus devoir gérer les relations avec Roland Romeyer, source de son départ en mai.

Julien Pérez