ASSE : les Verts relégables, ce n’était plus arrivé depuis…

Depuis la victoire de l’AS Monaco sur l’OGC Nice (3-1) hier soir, l’ASSE est relégable. Cela faisait neuf ans qu’elle n’avait pas pointé dans la zone rouge.

C’est un véritable match de la peur, qui vient de débuter à Geoffroy-Guichard. Car l’AS Saint-Etienne est actuellement 18e et le FC Metz 19e, avec respectivement 5 et 4 points. Malheur au vaincu, donc. Pour les Lorrains, ce mauvais classement est une triste habitude depuis la fin de leur période dorée au début des années 2000.

Pour les Verts, en revanche, c’est une nouveauté. Ou, plutôt, ils en avaient perdu l’habitude. Car avant la victoire de Monaco contre Nice (3-1) hier dans le derby, l’ASSE n’avait plus été relégable depuis… 2009/10 ! A cette époque, Alain Perrin avait dû laisser sa place à son adjoint, Christophe Galtier, qui avait ensuite fait des miracles.

L’impression que c’est le jour et la nuit entre cette saison et la précédente est réelle. La saison passée, en effet, l’ASSE n’avait passé qu’une seule journée… dans la deuxième partie de tableau !

R.N.

ASSE – Metz : le match de la peur en 5 stats

L’ASSE reçoit le FC Metz ce soir à Geoffroy-Guichard. Le 18e contre le 19e de L1. Un match crucial pour Ghislain Printant, que But présente en 5 stats.

4

Sur les cinq buts messins depuis le début de la saison, quatre ont été inscrits par Habib Diallo, l’athlétique attaquant sénégalais. Le joueur de 24 ans avait inscrit 26 buts en L2 la saison passée.

18

Le FC Metz est 19e de L1 avant sa venue dans le Chaudron. Les Messins comptent quatre points. C’est un de moins que les Verts.

4

Metz reste sur quatre défaites en L1, après avoir débuté sa saison par un nul à Strasbourg (1-1) et une victoire contre Monaco (3-0).

1995

La dernière défaite des Verts contre le FC Metz à Geoffroy-Guichard date de 1995. Depuis, en dix matches, l’ASSE a enchaîné 6 victoires et 4 nuls.

3-1

Lors de la dernière visite des Messins, il y a deux ans, l’ASSE avait gagné (3-1) et Bryan Dabo était allé fêter la victoire dans le kop nord, au micro des Magic Fans. Mais quelques jours plus tard, il y avait eu une lourde défaite contre Lyon (0-5), qui avait provoqué le départ d’Oscar Garcia.

L'été vient de se terminer et il s'est passé beaucoup de choses à l'ASSE depuis que les dirigeants ont choisi de promouvoir Ghislain Printant pour succéder à Jean-Louis Gasset sur le banc. Parmi celles-ci, certains décisions ont pu interpeller. Tout d'horizon.

Laurent HESS

Avant-match #ASSEFCM : vaincre !

Avant-match #ASSEFCM : vaincre !

Le contexte : une réaction attendue

En tête à la pause dimanche après-midi à Angers, les Verts avaient tout pour décrocher un deuxième succès cette saison. Le but d’Arnaud Nordin était venu récompenser un premier acte réussi des Stéphanois, au visage bien plus fringuant qu’en semaine à Gand. Malheureusement, les quatre buts encaissés après le repos en Anjou ont renvoyé les Stéphanois à leurs doutes. Contrecarrés par la VAR lors de leur dernière sortie à domicile face à Toulouse (2-2), les hommes de Ghislain Printant vont devoir réagir face au FC Metz pour sortir de l’ornière. Du côté mosellan, le tableau n’est guère plus reluisant. Avec quatre points au compteur, le groupe de Vincent Hognon, qui retrouve ce soir son ancien public, sont relégables. Ce sont donc deux équipes en mal de points qui vont se retrouver ce soir dans le Chaudron. Face à leur public, justement, les Stéphanois doivent entamer leur reconquête au cœur d’un calendrier chargé.

Le groupe

Avec plusieurs titulaires en puissance sur le flanc, Ghislain Printant a convoqué un groupe de 19 joueurs pour la rencontre. William Saliba n’y figure pas, même si le défenseur central a retrouvé les chemins de l’entraînement dans la semaine.

L’adversaire : Metz cherche la cadence

Champion de Domino’s Ligue 2 en titre, le FC Metz vit des débuts délicats dans l’élite. Les Messins ont pris les quatre points qu’ils ont au compteur lors deux premières journées de championnat, face à Strasbourg (1-1) puis Monaco (3-0). Depuis, Vincent Hognon et les siens ont enchaîné quatre défaites de rang, la dernière en date face à Amiens, un concurrent direct pour le maintien (1-2). Suel rayon de soleil du début de saison grenat, Habib Diallo carbure en attaque. Le Sénégalais compte déjà 4 buts en compteur, de quoi faire écho à ses 26 réalisations de la saison passée.

La stat’

10
Les Verts sont invaincus face au FC Metz à Geoffroy-Guichard depuis 10 matches. Il faut remonter à 1995 pour trouver trace d’une victoire mosellane dans le Forez. Une statistique qui invite donc à l’optimisme et qui confirme une tendance : face au FCM, les Verts sont à l’aise dans leur jardin. Ils ne comptent en effet que 4 défaites en Ligue 1, pour 36 victoire et 9 matches nuls contre le club messin.

La décla’

Meilleur buteur des Verts cette saison (3 buts), et auteur d’un match réussi face à Toulouse (2-2), Romain Hamouma s’est exprimé devant les médias ce mardi après-midi. Le numéro 21, un des cadres du vestiaire stéphanois, n’a pas fui ses responsabilités et s’est montré déterminé à réagir.

Girondins : Aït-Bennasser doit encore gommer un défaut de son passage à l’ASSE

Girondins : Aït-Bennasser doit encore gommer un défaut de son passage à l’ASSE

Prêté par l’AS Monaco aux Girondins de Bordeaux, l’ancien milieu de l’ASSE Youssef Aït-Bennasser (23 ans) pourrait faire ses premiers pas à Amiens (19h). 

Youssef Aït-Bennasser a été prêté par l’AS Monaco aux Girondins de Bordeaux. Le milieu de 23 ans sera transféré en cas de 15 titularisations avec Paulo Sousa. A Amiens, cela n’en prend pas le chemin puisqu’il est annoncé sur le banc pour débuter la rencontre (19h).

L’entraîneur du FCGB attend sans doute de voir ce que sa recrue a dans le ventre avant de le lancer dans le grand bain. Cela n’avait pas été le cas à l’ASSE, où Jean-Louis Gasset avait été obligé de lui faire confiance assez vite en raison du départ précipité d’Ole Selnaes en Chine. Patrice Garande, qui a eu sous ses ordres Aït-Bennasser au SM Caen, dépeint le personnage. En lui trouvant encore un défaut à gommer dans son jeu.

« Concernant la qualité du joueur, il n’y a pas de doute. Je le vois comme un relayeur, qui a une très bonne qualité de passe, une bonne technique. Son petit défaut dans le jeu est que, comme il est doué, il manque un peu parfois de sobriété dans des zones dangereuses, note Garande, relayé par Girondins4Ever. Après, c’est un garçon qui a besoin de stabilité pour vraiment s’imprégner des objectifs d’un club. Chez nous, il a bien commencé et un peu baissé. C’est une difficulté pour des joueurs qui appartiennent à des gros clubs et sont prêtés à répétition : il a besoin d’être régulier dans l’implication sur toute la saison ».

Mélodrame ou Manigance à la stéphanoise ?

Mélodrame ou Manigance à la stéphanoise ?

Depuis la défaite de dimanche dernier, l’ASSE est sur le devant de la scène … mais pas pour de bonnes raisons. Alors que se profile ce soir le match contre le promu messin; on tente de remettre les pendules à l’heure et d’être le plus objectif possible sur la situation actuelle au club.

Dimanche 22/09 – 19h00 : Défaite 4-1 contre Angers. Les réseaux sociaux s’enflamment, entre incompétence de G. Printant ou trahison du groupe. Rien ne va plus et le fusible qu’est trop souvent l’entraîneur, doit sauter.

Quelques minutes plus tard, l’Equipe rajoute de l’huile sur le feu en annonçant que M. Caiazzo a contacté JL Gasset pour le faire revenir. L’information est démentie par l’intéressé lui même, peu de temps après sur France Bleu. On sait également que malgré le départ de JL Gasset en fin d’année dernière, le président du conseil de Surveillance continue d’échanger régulièrement avec lui.

On peut donc s’interroger légitimement sur la mise en scène et le timing choisi par le quotidien sportif. Néanmoins, il n’est pas surprenant, compte tenu des derniers résultats, que les dirigeants anticipent un minimum une possible situation de crise et commencent donc à préparer le terrain au cas où.

Lundi 23/09 – Matinée : G. Printant n’aurait pas dirigé la séance d’entrainement et se serait vu signifié par M. Romeyer qu’il fallait mettre un terme à cette collaboration. Le club sonderait à tout va les différents entraîneurs disponibles sur le marché : MM Caiazzo et Puel auraient été vu ensemble,  MM Gourvennec, Kambouaré voire Dupraz seraient dans une short list !

Là encore, il est au final de coutume que le coach stéphanois échange avec le président du directoire chaque début de semaine. Rien d’anormal donc dans cette situation. G. Printant confirme également hier en conférence de presse qu’en aucun cas il ne lui a été demandé de partir ! (Même si le contraire était vrai, il ne l’aurait certainement pas affirmé non plus devant le parterre de journalistes présent à l’Etrat.) Concernant les noms d’entraîneurs qui sortent, là encore il faut bien entretenir la rumeur; l’ASSE est populaire, 6è budget de L1, en lice en coupe d’Europe; et ne peut donc qu’intéresser un minimum ces profils là ! (bémol pour C. Puel néanmoins)

(Vous remarquerez que pour Monaco – 3è budget de L1 – sont avancés des noms du calibre supérieur MM Blanc, Wenger, Mourinho etc sans que l’intérêt semble réciproque …)

Mardi 24/09 – A.M : Le coach des verts est en première ligne et semble rester la cible favorite. G. Printant est apparu néanmoins décidé et conquérant en conférence de presse; acceptant la pression et les critiques. On ne pourra lui reprocher sa volonté de remettre l’équipe sur les bons rails , le message semblait plus percutant et autoritaire. Au delà des mots, on attends que les joueurs agissent et assument leur statut.

Cela devra se voir dès ce soir sur le terrain, une victoire (avec la manière) est impérative et permettrait de désamorcer l’escalade médiatique qui sévit autour du club. Dans le cas contraire, on en reparle dans un prochain article.

Nous avons les armes, le public répondra présent, une seule chose compte à présent : LA VICTOIRE

Allez les verts !

Lire la suite ...





ASSE : ces décisions que l’on n’a pas compris depuis la promotion de Printant

ASSE : une histoire de gros sous derrière le feuilleton Printant ?

L’été vient de se terminer et il s’est passé beaucoup de choses à l’ASSE depuis que les dirigeants ont choisi de promouvoir Ghislain Printant pour succéder à Jean-Louis Gasset sur le banc. Parmi celles-ci, certains décisions ont pu interpeller. Tout d’horizon.

Rocheteau qui quitte son poste

On savait que Dominique Rocheteau s’interrogeait, qu’il avait mal vécu le départ de Christophe Galtier, le passage éclair d’Oscar Garcia, et qu’il était déçu de voir partir Jean-Louis Gasset. Mais qu’il quitte son poste de directeur sportif à l’approche du Mercato estival a surpris, le timing étant plutôt mal venu. Une décision qui a laissé Davis Wantier gérer seul le Mercato avec Ghislain Printant, la direction ayant pris le parti d’attendre avec de nommer un nouveau directeur sportif. Ce qui ferait d’ailleurs encore débat en interne.

Paquet, un an et demi et puis s’en va

Appelé en renfort fin 2017, quand l’ASSE était dans les bas fonds de la L1, Frédéric Paquet a contribué à redresser le club, même si le mérite en revient avant tout à Jean-Louis Gasset et aux efforts des présidents. On savait que de nombreux griefs lui étaient reprochés et que Roland Romeyer avait fait son retour aux affaires après avoir repris du poil de la bête. Mais l’annonce de son départ en septembre, dès le début de l’été, n’a pas contribué à instaurer un climat sain en interne. Un départ non compensé, ce qui tend donc à montrer que Romeyer considère qu’il n’a plus besoin d’un directeur général pour l’aider à gérer le club au quotidien.

Batlles qui file à Troyes

On savait Laurent Batlles déçu de ne pas avoir été appelé chez les pros il y a un an et demi, quand Julien Sablé lui avait été préféré, en interne, pour remplacer Oscar Garcia. Alors que Ghislain Printant cherchait un adjoint, le club a fait appel à Laurent Huard. Et l’ancien meneur de jeu s’en est allé à Troyes (L2).

Vagner qui n’entre toujours pas dans les plans

Lors du premier match de préparation contre Andrézieux, Vagner Dias Gonçalves avait livré une très bonne mi-temps, dans la foulée d’un prêt à Nancy où il avait été le grand artisan du maintien de l’ASNL en L2, en inscrivant 5 buts. Mais cela n’a pas suffi pour que Printant l’amène en tournée aux Etats-Unis, et le Capverdien est retourné à Nancy en prêt, avec Makhtar Gueye et Vagner Rocha Santos dans ses bagages. Pour le plus grand bonheur du club lorrain.

Des tensions entre M’Vila et la direction

Peu de médias l’ont évoqué, mais cet été, Yann M’Vila a brillé par son absence à L’Etrat entre la tournée américaine et le stage en Angleterre. Quelques jours après le transfert de Rémy Cabella, le n°6 a remis en cause son avenir au club après un litige d’ordre financier avec la direction, et c’est Printant qui l’a convaincu in extrémis de ne pas sécher la tournée anglaise des Verts, à un moment où l’agent du joueur tentait de lui trouver un nouveau club.

Khazri aligné dès son retour de vacances

Pour la première journée de championnat, l’ASSE a aligné cinq recrues et trois jours qui n’avaient pas disputé le moindre match de préparation avec l’équipe : Miguel Trauco, Jean-Eudes Aholou et Wahbi Khazri. C’est surtout la titularisation du Tunisien qui a surpris, car il n’avait repris l’entraînement que cinq jours plus tôt après avoir participé à la CAN.

Beric remplaçant à domicile et titulaire à l’extérieur

Parmi les choix discutables et discutés de Ghislain Printant depuis le début de la saison, il y a l’utilisation de Robert Beric. Le Slovène a débuté sur le banc contre Brest avant d’être aligné d’entrée à Marseille, alors que l’inverse aurait semblé plus logique compte tenu de son profil et des statistiques, qui ont prouvé depuis longtemps qu’il était bien plus efficace à domicile qu’à l’extérieur. Mais pour la réception de Toulouse, le n°27 était à nouveau remplaçant… avant de débuter dimanche dernier à Angers.

Aholou qui enchaîne malgré une alerte

Longtemps blessé la saison dernière à Monaco, Jean-Eudes Aholou a été titularisé d’entrée, contre Dijon, plus face à Brest. Mais une blessure à l’adducteur l’a contraint de céder sa place à Zaydou Youssouf face aux Bretons. La blessure étant moins grave que prévue, l’ancien strasbourgeois a finalement pu reprendre sa place à Lille, et il a enchaîné avec une quatrième titularisation quatre jours plus tard à Marseille… où il a dû à nouveau être remplacé par Youssouf, la douleur étant réapparu. A trop tirer sur la corde… Retour prévu courant octobre.

Kolo qui ne revient que fin août

Printant en avait fait une priorité. Mais le feuilleton a duré tout l’été, ou plutôt les négociations, et c’est finalement fin août, après la reprise du championnat, que Timothée Kolodziejczak a effectué son retour, à nouveau prêté par les Tigres. Mieux vaut tard que jamais, mais bon…

Cabaye qui ne vient que fin août

L’hiver dernier déjà, l’ASSE s’était positionnée sur Yohan Cabaye. Mais alors que le milieu de terrain était libre, il n’a rejoint le Forez que fin août. N’aurait-il pas été plus judicieux qu’il signe dès le début de l’été, qu’il effectue la préparation avec le groupe ? A son poste, Zaydou Youssouf et Jean-Eudes Aholou sont arrivés avant lui. Mais Printant aurait insisté, considérant qu’il manquait un 8, M’Vila, Youssouf et Ahoulou ayant tous les trois plutôt des profils de 6. Aurait-on eu besoin de les voir à l’oeuvre sous le maillot vert pour le découvrir ?

12 recrues mais pas de 9 !

Alors que l’on pouvait imaginer que l’ASSE miserait sur la stabilité avec la nomination de Printant pour succéder à Gasset, et qu’elle ferait de la place à ses jeunes après leur victoire en Coupe Gambardella, son été a été le plus mouvementé de son histoire ! Une vingtaine de joueurs sous contrat professionnel sont partis, et 12 recrues sont arrivées, sans compter les joueurs recrutés pour la réserve. Un recrutement massif, qui permet à Printant d’avoir tous les postes doublés, voire triplés. Mais parmi ces 12 recrues, le club n’a pas su attirer un nouveau n°9, alors que c’était une priorité aux yeux du Montpelliérain.

Sissoko, Llort, Porsan-Clémenté, Kouyaté… Pour quoi faire ?

Cet été, l’ASSE a fait venir Alpha Sissoko qui évoluait en réserve à Clermont, ainsi que Lucas Llort et Jérémie Porsan Clémenté qui étaient en réserve à Montpellier. Des recrues à moindre coût, certes, tout comme l’Ivoirien Aboubacar Kouyaté, mais ces joueurs-là, tous sous contrat professionnel, ne sont destinés qu’à l’équipe réserve, qu’ils sont censés renforcer. Ce qui n’est pas franchement le cas pour l’instant : leur apport est décevant et la formation de Razik Nedder est avant-dernière de son groupe de National 2. Le milieu colombien Luis Sanchez, lui, arrive avec des références prometteuses, prêté deux ans par l’America Cali.

L'été vient de se terminer et il s'est passé beaucoup de choses à l'ASSE depuis que les dirigeants ont choisi de promouvoir Ghislain Printant pour succéder à Jean-Louis Gasset sur le banc. Parmi celles-ci, certains décisions ont pu interpeller. Tout d'horizon.

Laurent HESS

ASSE : Gasset, l’homme de la situation ?

Après les deux défaites à Gand (2-3) et à Angers (1-4), le sort de Ghislain Printant semble scellé à l’ASSE. Où un retour de Jean-Louis Gasset est envisagé en interne.

Ce lundi matin, Roland Romeyer a rencontré Ghislain Printant et les cadres du vestiaire de l’ASSE, à L’Etrat, au lendemain du lourd revers subi à Angers. En Anjou, Loïc Perrin, remplaçant, a soutenu son entraîneur, mais son avenir s’est passablement assombri. Des décisions pourraient être prises, même si l’enchaînement des matches (Metz mercredi, Nîmes dimanche) complique encore un peu plus la donne. En cas de licenciement ou de démission de Printant, qui assumerait les deux matches ? Le duo d’adjoints Laurent Huard-Julien Sablé ? D’après nos informations, Bernard Caiazzo regrette le départ de Laurent Batlles, qu’il aurait aimé voir intégrer le staff de Printant et même de Jean-Louis Gasset il y a bientôt deux ans. L’ancien milieu de terrain aurait pu être une alternative aujourd’hui.

Des relations compliquées avec Romeyer

Si Printant, qui assurera le point presse d’avant match demain à L’Etrat devrait encore diriger l’équipe face à Metz, c’est bien le nom de Gasset qui ressurgit. Son ombre plane. L’ASSE était 17e de L1 à l’arrivée du Montpelliérain il y a deux ans. C’est ce classement qu’elle occupe aujourd’hui. En interne, alors que Romeyer avait dit que Printant n’était pas du tout menacé il y a une semaine, l’ancien adjoint n’apparait plus comme l’homme de la situation. Ses résultats sont catastrophiques. Gasset, qui l’avait conseillé, est effectivement une solution.

Mais un retour dans le Forez serait lié à certaines conditions. Gasset avait préféré jeter l’éponge au printemps dernier car il était fatigué du fonctionnement du club, à L’Etrat, où ses relations avec Frédéric Paquet mais aussi avec Roland Romeyer s’étaient dégradées. Pour qu’il accepte de sortir de sa retraite montpelliéraine, auprès de sa famille, Gasset aurait des demandes précises. Il ne voudrait pas travailler à nouveau avec certaines personnes en place, notamment.

Un directeur sportif pourrait débarquer

Evidemment, l’ancien adjoint de Laurent Blanc a beaucoup d’atouts, avec sa connaissance du groupe, son aura, sa grosse côte aux yeux du public. Un retour permettrait de calmer les supporters, chez qui le mécontentement a gagné du terrain, et aussi de sauver Printant, que Gasset avait lui-même recommandé à son départ. Parmi les autres techniciens libres, Claude Puel représenterait une autre option envisagée.

L’ancien monégasque (qui espérerait surtout succéder à Leonaro Jardim à l’ASM) avait déjà été approché suite au départ de Christophe Galtier mais il avait rejoint Leicester et les Verts avaient misé sur Oscar Garcia. Outre le dossier du coach, le début de saison inciterait les dirigeants stéphanois à accélérer le recrutement d’un directeur sportif, le poste étant vacant depuis le départ de Dominique Rocheteau en mai dernier. Aucun nom n’a pu filtrer, mais les pistes internes sont à écarter. La nomination d’un directeur sportif serait même une condition de Gasset pour revenir. Mais L’Equipe ayant révélé que Romeyer a demandé à Printant de partir ce matin, ce qu’a refusé ce dernier, on peut penser qu’un retour de Gasset n’a pas les faveurs de tout le monde chez les Verts…

Laurent HESS

ASSE : Romeyer a changé son fusil d’épaule pour Printant

Dans Le Progrès, Roland Romeyer était monté au créneau lundi dernier pour affirmer que le début de saison poussif de l’ASSE ne remettait pas en cause l’avenir de Ghislain Printant sur le banc. Mais c’était avant les défaites à Gand (2-3) et à Angers (1-4)…

Avant le match ASSE-Toulouse (2-2), Roland Romeyer avait rencontré les joueurs stéphanois pour leur rappeler leurs bons devoirs. Et après le match nul concédé face aux Toulousains, le président du Directoire avait accordé un entretien au Progrès pour conforter Ghislain Printant. « Ghislain Printant fragilisé ? Pas du tout, avait-il soutenu. Comme les joueurs, il est frustré par les derniers résultats. Mais j’accorde une grande confiance à Ghislain Printant et son staff ». Si le début de saison des Verts n’est pas à la hauteur des attentes, Romeyer demandait donc du temps, de la patience.

« Je ne suis pas inquiet »

« Il est prématuré de faire un bilan. La saison dernière, à la même époque, on avait seulement un point de plus. Cela ne nous a pas empêchés de finir quatrième avec 66 points. Je ne suis pas inquiet. On va jouer les quatre compétitions à fond. L’ADN du club c’est de pouvoir disputer une coupe d’Europe chaque saison. Il faut tout faire pour y arriver. Mais cette saison, huit ou neuf équipes peuvent jouer le top 5. Paris, Lyon… Monaco va revenir, l’OM sera dans la course. Nice et Rennes se sont bien renforcés. Il va y avoir une grosse concurrence. »

« Le meilleur effectif depuis 2004 »

Selon lui, l’ASSE a bien travaillé cet été, sous la houlette du duo Printant-Wantier. « On a pris des risques. On a mis tout ce que l’on pouvait pour bâtir le groupe le plus compétitif possible. Celui-ci a été profondément renouvelé. Il est important et de qualité. Les postes sont doublés. Il s’agit pour moi du meilleur effectif que l’on ait eu depuis que je suis arrivé en 2004. Il faut maintenant apprendre aux joueurs à travailler ensemble. Mais je suis confiant. J’ai discuté avec les cadres, ils sont tous optimistes. 109 millions d’euros de dépenses, c’est historique. On a élaboré un budget ambitieux. Depuis 2015, il est en augmentation de près de 40 %. La masse salariale, par exemple, a, elle, augmenté de plus de 40 %. On a fait des efforts. Les enjeux sportifs et financiers sont importants. C’est lourd. »

Mais lourds, les revers de la semaine passée l’ont été également, avec l’entrée en lice ratée en Ligue Europa à La Gantoise (2-3) et le lourd revers à Angers (1-4). A tel point que la position de Romeyer sur Printant a changé, L’Equipe révélant que lors d’un entretien ce matin à l’Etrat, le président du Directoire a invité le Montpelliérain à quitter le club. Celui-ci a refusé la demande et il devrait être encore présent sur le banc mercredi contre le FC Metz. Le service communication du club vient en tout cas d’indiquer qu’il assurerait le point-presse d’avant match à L’Etrat, demain.

Laurent HESS

ASSE : réunion de crise, Printant sur la sellette, trois candidats pour lui succéder

ASSE : Caiazzo facilite un rapprochement entre Romeyer et Printant

La lourde défaite à Angers (1-4) pourrait signifier la fin de la courte aventure de Ghislain Printant sur le banc de l’ASSE.

Il y a une semaine, Roland Romeyer avait provoqué une réunion avec joueurs et entraîneur de l’ASSE pour leur signifier qu’il avait confiance en Ghislain Printant. Depuis, les Verts ont concédé le nul contre Toulouse (2-2), ont été battus par La Gantoise (2-3) pour leur entrée en lice en Europa League et balayés cet après-midi par le SCO Angers (1-4).

Suffisant, selon Yahoo, pour provoquer une réunion d’urgence au sein de l’état-major stéphanois. Faut-il continuer avec Printant ou changer tout de suite ? Les résultats décevants ne sont pas le seul facteur ayant conduit à cette interrogation. L’ancien adjoint de Jean-Louis Gasset a suscité le scepticisme dès son intronisation en raison de son manque d’expérience. Et le courant ne passerait pas avec son adjoint, Laurent Huard.

Si jamais l’ASSE se décidait à enclencher le siège éjectable, Yahoo assure que trois candidats seraient disponibles. Trois noms qui reviennent régulièrement dans l’actualité stéphanoise depuis des années : Claude Puel, Antoine Kombouaré et Jocelyn Gourvennec. Les trois sont actuellement libres et en attente d’un challenge, même si le premier nommé attendrait un signe de l’AS Monaco…

R.N.

ASSE : 11 Verts sont à court de forme, et c’est on ne peut plus logique !

ASSE : 11 Verts sont à court de forme, et c'est on ne peut plus logique !

Absents lors de la préparation estivale ou en manque de temps de jeu dans leurs anciens clubs, onze joueurs stéphanois accusent un déficit physique logique en ce début de saison. Tour d’horizon.

Loïc PERRIN

Le capitaine des Verts a subi une arthroscopie, la deuxième en trois ans, en mai, pour nettoyer son genou droit. Il n’a participé qu’au dernier match de préparation cet été, à Newcastle, avant d’enchaîner les titularisations.

William SALIBA

Après avoir dû renoncer à la Coupe du monde U20, le jeune défenseur, en délicatesse avec ses adducteurs, n’a participé qu’au dernier match amical à Newcastle. Mais il a dû se résoudre à l’opération. Il soigne sa pubalgie entre Londres et L’Etrat. Retour prévu d’ici un bon mois.

Timothée KOLO

L’ancien sévillan a attendu tout l’été avant de revenir, à nouveau prêté par les Tigres, fin août. Il s’était entraîné sans prendre part au moindre match au Mexique.

Harold MOUKOUDI

Arrivé libre du Havre, le Franco-camerounais n’avait pas joué lors de ses six derniers mois en Normandie. Le club doyen l’avait mis au placard car il refusait de prolonger.

Miguel TRAUCO

Le Péruvien a participé à la Copa America en juin. Il a été élu meilleur joueur du tournoi. Mais il ne jouait quasiment plus avec son club de Flamengo, qui l’a poussé vers la sortie.

Gabriel SILVA

Le latéral brésilien a passé le printemps et l’été à soigner sa rupture du tendon. Il n’a plus joué depuis le mois de février, peu après avoir prolongé jusqu’en 2023.

Kévin MONNET-PAQUET

Fauché en plein vol alors qu’il était en grande forme, le n°22 s’est fait les croisés mi-février. Huit mois plus tard, il s’apprête à retrouver la compétition.

Jean-Eudes AHOLOU

L’Ivoirien a peu joué l’an dernier à Monaco. Il était resté plusieurs mois sur le flanc après une blessure musculaire, fin 2018. Sorti deux fois sur blessure en quatre matches depuis son arrivée, après n’avoir disputé aucun match amical cet été, il sera de retour après la prochaine trêve internationale.

Yohan CABAYE

Libre depuis son départ des Emirats en janvier, le milieu de terrain s’est entraîné seul avec un préparateur physique. Avant de rejoindre l’ASSE fin août.

Ryad BOUDEBOUZ

L’Algérien revient en France après deux saisons où il a beaucoup ciré le banc, au Bétis Séville et au Celta Vigo. Il avait pris le train en marche cet été, ne participant qu’aux deux derniers matches de préparation à Middlesbrough et Newcastle.

Wahbi KHAZRI

Le Tunisien a enchaîné la Coupe du monde l’an dernier, la CAN cet été. Et il a repris la compétition dès son retour de vacances, enchaînant les titularisations dès le premier match à Dijon (2-1) alors qu’il n’a pas eu de préparation.

LH