Résultat Ligue 1 : ASSE 1-2 Toulouse FC (mi-temps)

L’ASSE vit un véritable calvaire à Geoffroy-Guichard face au Toulouse (1-2). Les Verts sont à l’agonie au niveau défensif.

Sans démériter, les Verts sont logiquement menés par une drôle d’équipe toulousaine à la pause. Les Stéphanois, qui restent sur trois matches sans victoire (nul contre Brest, défaites à Lille et Marseille), ont bien attaqué la partie, se sont procurés quelques belles occasions, comme sur une frappe lointaine de Yohan Cabaye, qui connaît sa première titularisation.

Mais ce sont les Violets qui se sont montrés les plus tranchants, bien aidés par une arrière-garde stéphanoise à l’agonie à chaque accélération. Max-Alain Gradel a transformé un pénalty à la 15e minute mais n’a pas célébré son but devant son ancien public, puis Leya Iseka a doublé mise sur une belle contre-attaque (24e).

L’addition aurait pu être plus salée encore puisque Saïd a touché le poteau après être parti dans le dos de la défense et s’être présenté seul devant Ruffier. Juste avant la pause, Romain Hamouma a réduit le score d’un bel enchaînement contrôle en pleine course-frappe enroulée du droit dans le petit filet opposé (45e). De quoi relancer l’ASSE en seconde période ? Oui, à l’unique condition que la défense forézienne se ressaisisse !

R.N.

« Maillot Vert, nouvelle formule » est disponible !

« Maillot Vert, nouvelle formule » est disponible !

Nouvelle maquette, nouvelles rubriques, nouvelle formule : Maillot Vert fait peau neuve ! Après un numéro consacré aux recrues face au Stade Brestois, le programme officiel de match de l’ASSE lance sa nouvelle version dès aujourd’hui.

Yohan Cabaye est le premier joueur à faire la une du magazine. La dernière recrue du mercato estival stéphanois s’est véritablement livré. Sa carrière XXL, son arrivée à Saint-Étienne, mais aussi son amitié avec Mathieu Debuchy et ses origines vietnamiennes ainsi que son goût prononcé pour la mode : vous découvrirez le numéro 29 sous un nouveau jour.

De nouvelles rubriques à découvrir

Au cœur de sa nouvelle formule, Maillot Vert est parti sur les traces de Jessy Moulin. Le gardien de but, formé à l’ASSE, revient sur ses débuts. En plus de la présentation de l’adversaire et des statistiques liées à la rencontre, vous pourrez également apprendre à connaître Kristina Pantelic, l’une des recrues de la section féminine de l’ASSE, qui vient de débuter le championnat.

Enfin, Christian Lopez revient ses années stéphanoises dans la rubrique Vert Vintage et Didier Pasqual, PDG du Groupe Afflelou explique sa passion des Verts, chose qu’il partage avec Didier Robert, supporter de la première heure.

Maillot Vert, déjà disponible en ligne

Les spectateurs qui seront dans le Chaudron cet après-midi pourront profiter de l’avant-match pour lire le numéro. Pour les autres, le magazine est déjà disponible en ligne. Vous pouvez le lire en cliquant ci-dessous.

Avant-match #ASSETFC : rebondir !

Avant-match #ASSETFC : rebondir !

Après une trêve de quinze jours, les Verts retrouvent le championnat dans leur antre de Geoffroy-Guichard, et reçoivent le TFC.

Le contexte : retrouver le goût de la victoire

Battus à Marseille juste avant la trêve internationale, les Stéphanois reçoivent le TFC ce dimanche avec les trois points comme objectif. Ghislain Printant et les siens vont enchaîner 7 matches en 3 semaines, jonglant entre Ligue 1 Conforama et UEFA Europa League. Jeudi, à Gand, les Verts retrouveront enfin l’Europe mais, auparavant, il faudra passer l’obstacle toulousain pour se remettre dans le droit chemin. Les Violets ont pris 6 de leurs 7 points à domicile et vont enchaîner deux déplacements consécutifs, et voyageront trois fois lors de leurs quatre prochaines rencontres. Les Toulousains sont historiquement peu en réussite à Geoffroy-Guichard (voir par ailleurs). Des indices qui portent à croire que les Stéphanois, qui retrouvent le Kop Nord, ont une belle opportunité de rebondir.

Le groupe

Ghislain Printant a fait appel à un groupe de 19 joueurs pour le match d’aujourd’hui. Timothée Kolodziejczak, absent à Marseille, fait son retour. Sergi Palencia et Jean-Eudes Aholou, revenus touchés du déplacement au Vélodrome, sont absents.

L’adversaire : le TFC, presque sans pression

Après avoir remporté ses deux matches à domicile face à Dijon (1-0) puis Amiens (2-0), les Toulousains débarquent dans le Forez en toute sérénité. Largement battus au Parc (0-4), ils avaient ramené un point de leur déplacement à Brest lors de la première journée (1-1). Actuellement neuvièmes au classement, les Violets surfent sur la réussite offensive d’Efthymios Koulouris, leur buteur grec, arrivé cet été dans la Ville Rose, et déjà auteur de 2 réalisations.

La stat’

1
Le nombre de but marqué par le TFC lors de ses 5 dernières visites dans le Chaudron. Wissam Ben Yedder est le dernier buteur toulousain à Geoffroy-Guichard. C’était le 5 octobre 2014, une date qui correspond à la dernière victoire toulousaine dans le Forez.

La décla’

Mathieu Debuchy était de passage en conférence de presse ce vendredi midi. Le latéral droit de l’ASSE s’est montré déterminé à rebondir dès aujourd’hui face au TFC avant le retour de l’UEFA Europa League.

Où voir le match ?

Il reste encore des places pour assister à la rencontre entre l’ASSE et le TFC. Vous pouvez les acheter en ligne (en cliquant ici) ou en vous rendant aux guichets du stade Geoffroy-Guichard.

#JOUR-Ju : « La venue de Toulouse à Geoffroy Guichard est déjà cruciale »

#JOUR-Ju : « La venue de Toulouse à Geoffroy Guichard est déjà cruciale »

Les habitués de Peuple Vert connaissent forcément Joss Randall… Chroniqueur à la Winchester aussi précise qu’un horloger Suisse qui analyse et décortique les après-matches de l’ASSE… Et bien vous allez découvrir Julien. Dans son JOUR-Ju, il va donner son sentiment à quelques heures du coup d’envoi de la rencontre des Verts… Une nouvelle chronique qui devrait vous ravir… Et puis ne ratez pas la causerie du coach… Un délice !

« Pourquoi faut-il que les hommes s’ennuient ? » chantait le grand Jacques (Brel, pas Vendroux). Je ne sais pas vous mais moi, les trêves internationales synonymes de 15 jours sans matchs de nos Verts, je les vis comme une éternité. Un brin misogyne, Brel n’incluait pas les femmes dans les paroles de sa chanson. Et bien figurez-vous qu’un week-end sans match de Sainté, ça ne pose aucun problème à ma douce. Allez savoir pourquoi !

Je me permets un deuxième préambule (plus c’est long, plus c’est bon) pour remercier la programmation de notre bonne Ligue : Nous faire jouer le dimanche après-midi plutôt que le samedi soir alors que nous démarrons notre campagne européenne jeudi à La Gantoise, c’est vraiment super sympa. Non, c’est vrai, ç’aurait été dommage de profiter d’un jour de repos de plus entre les deux matchs.

Bon, les p’tits kikis, on ne va pas se mentir, la venue de Toulouse à Geoffroy Guichard aujourd’hui est déjà cruciale. Pour autant, je ne vais pas vous faire le coup du match le plus important de la saison, il y en aura d’autres, ce serait un peu exagéré. Mais voilà, avec 4 points en 4 matchs, et même si nos Verts se sont déplacés 3 fois, le compte n’y est pas. Donc petit tournant de début de saison quand même et gaffe à pas se foirer. Parce que si les 3 points nous permettraient de nous rassurer comptablement et d’aborder les 3 prochaines journées beaucoup plus sereinement (avec les adversaires somme toute assez modestes que semblent être Angers, Metz et Nîmes), une fausse note cet après-midi pourrait bien semer le doute dans les têtes et nous voir tous tout tremblotants pour la venue prochaine de…Metz.

Match crucial donc, mais avant tout très excitant car il doit répondre à la question que nous nous posons tous : Est-ce que nos Verts sont capables de nous montrer un visage plus rassurant ? Dans la mesure où quinze jours sans match, c’est quinze jours d’entrainement (puisque les matchs amicaux pour peaufiner les automatismes semblent facultatifs), je ne vous cache pas que j’attends beaucoup de ce match. Et comme nous tous, je rêve que la bande à Ghislain fasse taire tout le monde en retrouvant du souffle, de l’allant et surtout une animation offensive digne de ce nom (et si en plus elle pouvait être efficace…). Allez quoi ! 17h, température idéal, stade plein ! On ne demande pas grand-chose… On veut juste être submergé de une-deux, crouler sous les débordements, rester bouche bée sur des frappes de mules et, plus que tout, hurler comme des cinglés au son des filets qui tremblent…on se retient depuis le 18 août.

Le match dans le match :

Je sais que vous l’aimez tous autant que moi le petit poulet d’Abidjan, il a laissé de bons souvenirs et il a le cœur vert, c’est une certitude. Mais enfin si sur le coup des 18h50, Max Gradel pouvait quitter le terrain la tête basse en se disant qu’il est passé à côté de son match, ça ne me déplairait pas tant que ça. C’est pourquoi on va suivre avec attention le duel qui va l’opposer à Debuchy, en misant sur l’expérience de ce dernier pour museler le Maxou. Et si jamais il venait à s’aventurer sur l’aile droite (comme ce fut le cas au Parc), par pitié que quelqu’un explique à Trauco qu’un tacle comme celui qu’il a posé au copain équatorien l’autre soir…en Ligue 1, c’est rouge direct (en tout cas pour un joueur stéphanois…les règles pour un joueur marseillais au Vélodrome semblent être moins claires).

La causerie du coach :

« Pas de blague les gars ! On s’est vautré à la maison contre l’ogre brestois, on doit se rattraper contre Toulouse aujourd’hui !
Alors bon, pour ça, j’ai ma p’tite idée. Robert, je t’ai mis en pointe, n’aie pas peur, c’est la maison, tu as tes repères, ça va bien se passer. Mais pour ça j’ai besoin qu’on l’alimente en bons ballons les gars. Je compte notamment sur toi Wahb….oh Wahbi ! Putain mais tu dors ?! Non mais je veux bien que ce soit compliqué de se remettre d’une Coupe d’Afrique en Egypte en plein été mais enfin le championnat a repris là ! Regarde l’enseigne « Ici c’est le Chaudron », c’est pas écrit en hiéroglyphes !
Ça vous fait marrer les autres ?! Yann, Ryad, ça vous fait vraiment marrer ?! Pour info, je veux bien que vous vous mettiez à courir avant la 12ème journée hein !
Et puis vous avez lu la nouvelle ? 1,3 millions d’abonnés en plus pour l’ASSE sur les réseaux sociaux entre le premier et le deuxième trimestre 2019 ! Ça fait potentiellement un paquet de gens qui vont se foutre de notre gueule si on n’arrive pas à aligner trois passes !
Mais moi je crois en vous ! Allez mes biquets, on fonce sur la pelouse, on se requinque avec l’amour inconditionnel de notre public et on bouffe de la violette ! »

Crédit photo : Icon Sport

Lire la suite ...





ASSE : les enjeux du match contre Toulouse

ASSE : les enjeux du match contre Toulouse

Les Verts restent sur une vilaine série d’un nul et deux défaites depuis leur victoire initiale à Dijon (2-1). 16es au classement, ils doivent rebondir dès dimanche contre Toulouse avant de débuter leur campagne européenne à la Gantoise.

La trêve internationale n’aura sans doute pas fait de mal à l’ASSE. De leurs propres aveux, les Verts n’étaient pas vraiment prêts physiquement pour débuter la saison, ce qui les a pénalisés lors des premières journées. Certaines recrues sont arrivées tard, certains cadres se sont peu entraînés pendant l’été pour des raisons diverses et variées. Wahbi Khazri, lui, a été lancé dès son retour de vacances, alors que Timothée Kolodziejczak et plus encore Yohan Cabaye n’avaient plus joué depuis longtemps. Pas évident de trouver une homogénéité dans ces circonstances, surtout que l’effectif a été modifié dans ses profondeurs avec 11 recrues dont 5 ont démarré la saison comme titulaires à Dijon (2-1).

Palencia et Aholou sur le flanc, Silva et Monnet-Paquet sur le retour

Le succès en Bourgogne avait mis les Verts sur de bons rails. Mais depuis, il y a eu trois couacs avec un nul arraché contre Brest (1-1) et deux défaites à Lille (0-3) et à Marseille (0-1). Mathématiquement, ce début de saison est le pire depuis dix ans pour l’ASSE, 16e du classement. Une entame qui n’a pas contribué à lever certains doutes sur Ghislain Printant, promu n°1 suite au départ de Jean-Louis Gasset, et dont la grande majorité des supporters et des observateurs se demandent toujours s’il a les épaules d’un n°1. Certains choix du Montpelliérain ont laissé perplexe, notamment en attaque, où le Mercato ne lui a finalement pas permis de recruter le n°9 qu’il espérait, lui qui avait demandé un joueur capable d’apporter de la profondeur. Khazri et Beric devraient donc encore se partager le temps de jeu en pointe, où Bouanga et le jeune Abi sont d’autres options tout comme Diony, qui n’est pas parti, tout comme Diousse et Lacroix, autres « indésirables ».

Printant devra trouver les solutions pour que son équipe retrouve le chemin des filets après deux matches sans but et celui de la victoire, dès dimanche contre Toulouse. Il lui faudra composer sans Sergi Palencia et Jean-Eudes Aholou, blessés à Marseille et indisponibles un bon mois. Dans l’autre sens, Gabriel Silva et Kévin Monnet-Paquet en ont terminé avec leur rééducation. Ils vont pouvoir à nouveau postuler. Des retours qui ne feront pas de mal, en attendant celui de William Saliba, surtout que le rythme va s’accélérer avec l’entrée en lice en Ligue Europa dès jeudi prochain à La Gantoise.

Laurent HESS

ASSE – L’oeil de MC Pampille : « Les sifflets contre Khazri étaient injustes »

ASSE – L'oeil de MC Pampille : « Les sifflets contre Khazri étaient injustes »

Auteur d’une pastille qui se moque de la Ligue qui rencontre un franc succès sur les réseaux sociaux, le rappeur stéphanois MC Pampille pose son regard sur le début de saison de l’ASSE. Il regrette notamment les sifflets du Chaudron contre Wahbi Khazri, face à Brest (1-1).

But Saint-Etienne : MC, tout d’abord, pourquoi cette vidéo anti-répression ?

MC PAMPILLE : Parce que c’est un sujet qui m’interpelle. On prive les gens de leurs libertés. Je trouve ça grave. On gâche la fête. Sur les insultes, ça part d’un bon sentiment, mais ils s’y prennent mal et ça devient risible. Cette répression, ça devient n’importe quoi. Le foot est un sport populaire et il doit le rester. J’espère qu’on ne finira pas par dégoûter les supporters.

Vous êtes proche d’eux…

Mais j’en suis un ! Je vais à Geoffroy-Guichard dès que je peux et il m’arrive de faire des déplacements. Je suis avec les Magic Fans depuis longtemps. J’ai aussi des amis chez les Green Angels, surtout parmi les anciens. C’est des passionnés. Nous le sommes tous, chacun à notre façon.

Vous allez faire les déplacements en Ligue Europa ?

Je ne sais pas. Peut-être Wolfsburg ou La Gantoise. Mais l’Ukraine, non. C’est trop loin. Je n’ai pas envie d’être loin de mon fils trop longtemps.

Que pensez-vous de ce tirage ?

Sur le papier, il n’est pas très sexy. Mais c’est jouable, même si la Coupe d’Europe, il faut toujours se méfier. Les équipes ne sont pas là par hasard. J’aurais préféré des noms plus ronflants mais ce sera peut-être pour plus tard.

Et ce Mercato, qu’en pensez-vous ?

Je le trouve intéressant. Il y a eu de bons choix. On a pris des jeunes qui ont un bon potentiel : Bouanga, Moukoudi, Youssouf, Palencia. Le regret, c’est de ne pas avoir pris un bon 9. Mais on a Beric. J’espère que Printant ne mettra pas une demie-saison pour lui faire enchaîner les matches. A Geoffroy-Guichard, il tourne à un but par match. Il faut le faire jouer.

Il n’a été titularisé qu’à Marseille (0-1) et ça n’a pas été très concluant…

C’est vrai. Mais ce n’était pas un match pour lui. Honêtement, je n’ai pas compris. Beric, on connait son profil : c’est un joueur de surface. A partir de là, tu le mets quand tu sais que tu vas dominer, qu’il y aura des centres. Mais tu ne le mets pas quand tu joues le contre. Si tu fais ça, tu mets ses défauts en avant.

« Ma plus grosse crainte, c’est les jeunes. On dirait que Printant est sur la même lignée que Gasset, qu’il va rechigner à les mettre. Nordin mérite de jouer. Abi aussi. Avec ce qu’il a fait en Gambardella, on a envie de le voir. »

Les débuts de Printant vous inquiètent ?

Non. Je ne lui jette pas la pierre. Il n’y a eu quatre matches. C’est trop tôt pour le juger et même pour se faire une idée. Je trouve que les gens vont un peu vite en besogne : deux défaites à Lille et Marseille, et hop, on va faire une mauvaise saison, on s’est trompé sur tout. Les recrues viennt d’arriver. Ça a pris du temps. Il en faudra pour que la mayonnaise prenne. On voit bien que physiquement, certains joueurs sont à la peine. Et les automatismes, ça ne se fait pas du jour au lendemain. J’espère que la trêve aura fait du bien. Ma plus grosse crainte, c’est les jeunes. On dirait que Printant est sur la même lignée que Gasset, qu’il va rechigner à les mettre. Nordin mérite de jouer. Abi aussi. Avec ce qu’il a fait en Gambardella, on a envie de le voir.

On vous sent confiant…

Ce serait malheureux de ne pas l’être après quatre journées. Je trouve qu’on a plutôt bien recruté. Bouanga, j’aime beaucoup. Il va de l’avant, il est combatif. Trauco, il faut voir, mais il a la grinta. Aholou, c’est costaud, même s’il a l’air un peu fragile. Cabaye va apporter son expérience, c’est toujours bon. La déception, pour l’instant, c’est Boudebouz. Il n’y est pas encore. Il joue en marchant. Mais ça reste un bon joueur. Ça va venir. Le joueur qui déçoit le plus, c’est M’Vila. Je ne sais pas ce qu’il a. Il est très bas. On ne le voit pas. Heureusement que Perrin tient la baraque derrière parce qu’à la « récup », on n’y est pas.

Wahbi Khazri a été sifflé contre Brest…

Alors ça, je n’ai pas compris. C’est vrai qu’il a des comportements agaçants, il rouspète trop, c’est pénible. Mais il se bat, il donne tout. Il est moins efficace depuis le début de l’année mais le siffler, ça ne va pas l’aider à retrouver le chemin des filets. J’ai trouvé ça injuste. Il a enchaîné une saison complète, la CAN. C’est normal qu’il soit émoussé. D’ailleurs, je n’ai pas trop compris pourquoi Printant l’a aligné dès son retour de vacances. Ça ne lui a pas rendu service.

Dans l'entretien accordé à But Saint-Etienne, à paraître ce mercredi, Denis Bouanga évoque notamment ses débuts à l'ASSE et son but contre Brest (1-1) qu'il a dédié à sa maman, qui a tendance à lui porter chance. Extrait.

Laurent HESS