Perrin : « On se met trop de handicaps »

Perrin : « On se met trop de handicaps »

Interviewé par Mohamed Bouhafsi sur RMC Sport au terme de la défaite stéphanoise hier, Loïc Perrin a affiché ses regrets concernant la performance de son équipe. Estimant qu’ils se tiraient eux-mêmes des balles dans le pied en étant parfois naïfs, le capitaine des Verts a tout de même jugé qu’il fallait que le groupe garde confiance.

Vite régler les problèmes

« Oui il y a des regrets. Après, lorsqu’on encaisse trois buts à l’extérieur c’est dur de gagner des matchs. Il va vite falloir régler ça. Forcément il y a eu de bonnes choses. On a failli revenir en fin de match, mais on se met trop de handicaps. On prend un but à la première minute, à la quarante-cinquième. On est un peu naïfs certaines fois, il faut que ça nous serve pour la suite. »

Ne plus encaisser de but et garder confiance

« Il faut vraiment qu’on arrive à garder notre cage inviolée, ça n’est pas arrivé depuis le début de la saison. Il faudra se rassurer lors des prochains matchs défensivement. Lorsqu’on court après le score c’est compliqué, surtout à ce niveau. Il faut travailler, garder confiance en nous, en ce que l’on peut faire. Revoir ce qui ne va pas forcément, mais il faut garder confiance en nous. »

crédit photo : boursorama.com

La Gantoise – ASSE (3-2) : Pierre Ménès a situé le vrai mal qui plombe les Verts

Pierre Ménès a livré son analyse de la grande première de l’ASSE cette saison en Ligue Europa. Les Verts se sont inclinés jeudi en Belgique face à La Gantoise (2-3). 

Le début de saison de l’ASSE tourne au vinaigre. Malgré un but superbe de Wahbi Khazri, les Verts ont concédé une première défaite en Ligur Europa en affichant un visage tristounet face à La Gantoise (2-3).

Au-delà de la sécheresse du score, les hommes de Ghislain Printant ont affiché un visage peu emballant et commis des erreurs défensives de débutants. Pierre Ménès confirme qu’il y a des progrès à faire rapidement dans ce secteur.

« Ce match inaugural à Gand n’a pas été une partie de plaisir. Et malheureusement, les Verts ont confirmé les difficultés qu’ils éprouvent depuis le début de la saison, avec une compo pourtant défensive et sans avant-centre. Il faut dire qu’encaisser un but après moins de deux minutes de jeu, cela n’aide pas vraiment, a-t-il rappelé sur son blog. Malmenés pendant tout le premier acte, incapables de remonter le ballon et de se créer des occasions, les joueurs de Printant ont pourtant réussi à égaliser. »

Le consultant de Canal+ met surtout l’accent sur ce qui plombe l’ASSE cette saison : les lacunes en défense. « Les Verts souffrent de carences défensives flagrantes et ils ont aussitôt pris un deuxième but sur une action où Kolodziejczak est au sol dans la surface adverse et n’est donc, par définition, pas là pour enrayer la contre-attaque belge. Toujours aussi peu en verve après le repos, les Verts ont encaissé un troisième but sur coup de pied arrêté et semblaient presque résignés », poursuit Ménès. Le prochain match de l’ASSE dimanche à Angers (17h) sera à suivre de très près dans le Forez.

Bastien Aubert

Les mauvaises notes méritées des Verts après la défaite contre La Gantoise

Les mauvaises notes méritées des Verts après la défaite contre La Gantoise

Auteurs d’une prestation pathétique, les Stéphanois sont déjà en difficulté dans cette Europa League. Cette défaite (2-3), contre une équipe de La Gantoise loin d’être exceptionnelle est inquiétante pour la suite de la saison. Les Verts ont été incapables de créer du jeu et d’imposer quoi que ce soit. Faibles techniquement, certains joueurs d’expérience ont eu l’air de prendre ce match par-dessus la jambe. Une remise en cause globale des joueurs et du staff doit absolument avoir lieu.

Les notes des joueurs

Printant (1) : Sa composition est encore incompréhensible. Pourquoi mettre une défense à cinq contre une équipe aussi faible ? Pourquoi ne pas mettre de vrai 9 alors que les latéraux sont censés être très présents en attaque pour réaliser des centres ? Pourquoi mettre Youssouf en 10 alors que ce n’est pas du tout son poste ? Pourquoi utiliser deux créateurs en pointe ? Pourquoi continuer à faire confiance à des joueurs défaillants ? Pourquoi ne pas faire confiance à ses adjoints ?
Beaucoup de questions se posent autour de ses choix et de son fonctionnement. Il devra y répondre rapidement s’il ne veut pas prendre la porte. Il est en revanche loin d’être le seul responsable de la situation, puisque les joueurs cadres ne sont pas au niveau depuis le début de la saison. 

Ruffier (4) : Il n’a pas eu grand-chose à faire, mais encaisse tout de même 3 buts. Pas aidé par sa défense très friable, il aurait quand même pu être mieux placé sur le premier et le troisième but des Belges.

Debuchy (4) : Positionné en piston, le joueur de 34 ans a tenté en attaque mais n’a clairement plus ces jambes de 20 ans. Il n’a réussi que trop peu de centres et n’a plus assez d’énergie pour être bon des deux côtés du jeu.

Perrin (2) : Le capitaine éternel des Verts a été mauvais. En retard sur tous ces duels, il est en grande partie responsable sur les trois buts. Il a semblé en dessous physiquement, et a traîné son manque de vitesse, dû à son âge, comme un boulet face au jeune Canadien de la Gantoise. Sa complémentarité avec Moukoudi n’étant toujours pas prouvée, Captain Perrin pourrait se retrouver rapidement sur le banc si Printant a le courage de faire des choix.

Moukoudi (3) : Même s’il est trop tôt pour avoir un avis définitif sur le niveau du joueur, on peut tout de même constater qu’il n’a pas réussi un seul match depuis le début de la saison. Pas aidé par ses collègues de défense centrale, il a perdu de nombreux duels importants. Il se fait balader sur le second but de la Gantoise.

Kolo (3) : Auteur d’une prestation décevante, il n’a pas prouvé qu’il était un joueur d’expérience. Il a semblé perdre son sang-froid et aurait mérité un carton rouge sur un tacle, qu’il a heureusement loupé, en dehors de la surface de jeu. Le joueur, qui est arrivé tardivement dans le forez et qui a profité de vacances rallongées au Mexique, ne retrouve pas son niveau de la saison dernière.

Trauco (3) : Le Péruvien a tenté en attaque mais n’a pratiquement rien réussi. Il mérite un temps d’adaptation avant d’être jugé définitivement sur son niveau de jeu.

M’Vila (2) : Le soi-disant « maestro » n’a servi à rien sur le terrain. Pire que ça, il ne s’est pas investi du tout et à sembler n’avoir que très peu d’intérêt pour ce match. Le fait qu’il ait participé au choix du coach donne l’impression qu’il ne peut être remis en cause par personne. Pourtant le joueur lui-même devra se remettre en cause, afin qu’il puisse retrouver son superbe niveau qui nous a fait tellement de bien pendant plus d’un an.

Cabaye (3) : L’ancien Parisien n’a pas su construire le jeu des stéphanois. En manque de rythme, il a tout de même semblé plus investit que le soi-disant « maestro » des Verts.

Youssouf (3) : Quasiment invisible jusqu’à son repositionnement, il a ensuite essayé de faire le lien entre la défense et l’attaque. Son positionnement en 10 par Printant est incompréhensible. C’est un jeune joueur qui n’est pas du tout aidé par ses camarades expérimentés du milieu de terrain.

Hamouma (5) : En première mi-temps il a multiplié les appels et a réussi quelques bonnes choses, notamment une passe décisive. Même si sa prestation est insuffisante, il est l’un des seuls cadres à s’être investi lors de ce match. Hamouma aime le club et ça se voit.

Khazri (4) : Sa frappe surpuissante a permis aux Verts de ne pas complétement sombrer. Malgré ses courses incessantes, il n’a pas réussi grand-chose et a été faible techniquement. Son positionnement en avant-centre doit absolument être remis en cause, puisqu’il apporterait beaucoup plus sur une aile ou en 10. Son comportement limite envers l’arbitre et les joueurs adverses, aurait pu lui valoir un carton rouge mérité.

Les remplaçants : Pas mis en confiances par Ghislain Printant depuis le début de saison, ils n’ont que très peu apporté lors de leurs entrées en jeu. Beric aurait pu sauver les Verts si sa frappe n’avait pas touché le poteau de La gantoise.

ASSE : une deadline fixée à Ghislain Printant, Gasset déjà sur le retour ?

ASSE : une deadline déjà fixée à Ghislain Printant ?

L’ASSE a encore inquiété jeudi en s’inclinant pour ses débuts en Ligue Europa contre La Gantoise (2-3). Les échéances en L1 pourraient déjà être cruciales.

L’ASSE ne décolle pas. Déjà largués en Ligue 1, où ils ne comptent que 5 points en autant de matches, les hommes de Ghislain Printant ont aussi étalé leurs carences du moment en Ligue Europa.

L’entraîneur des Verts a ainsi tenté un coup à La Gantoise en replaçant sa défense à 3 qui n’a pas fonctionné, ses troupes encaissant même un but dès l’entame du match (2-3). « Les Verts ont confirmé les difficultés qu’ils éprouvent depuis le début de la saison, avec une compo pourtant défensive et sans avant-centre, a résumé Pierre Ménès sur son blog. Toujours aussi peu en verve après le repos, les Verts semblaient presque résignés. »

Le discours de déception affiché par Printant après la rencontre sera-t-il de nature à rebooster ses joueurs ? Aujourd’hui, les supporters commencent sérieusement à en douter. Conforté par Roland Romeyer en début de semaine, l’entraîneur de l’ASSE sent pourtant déjà le vent du boulet.

« Les 10 jours qui arrivent vont être décisifs pour l’ASSE. Il va falloir réagir sinon l’avenir de G Printant sera en question. Clairement », croit savoir Manu Lonjon. Dimanche, les Verts se déplacent à Angers (17h), avant d’accueillir le FC Metz mercredi et une visite à Nîmes le dernier week-end de septembre.

L’insider Mohamed Toubache-Ter, bien renseigné sur les coulisses de la Ligue 1, fait pour sa part savoir que Roland Romeyer pourrait tenter de rappeler Jean-Louis Gasset ! Une rumeur qui peut laisser songeur puisque les deux hommes n’ont jamais semblé tisser des liens très étroits. Affaire à suivre.

Julien Pérez

Un naufrage collectif

Un naufrage collectif

91e minute, Monsieur Roi Reinshreiber siffle la fin du match. La Gantoise vient de s’imposer 3-2 face aux Verts. Un score qui peut laisser croire à beaucoup de spectacle mais qui cache en réalité un contenu bien pauvre. Si les Belges ont laissé des espaces dans leur partie de terrain et commis de nombreux errements défensifs, les Stéphanois n’ont su les exploiter, loin de là, mise à part le but inespéré de justesse de Wahbi Khazri en première mi-temps. Le secteur défensif s’est lui aussi montré particulièrement inquiétant à l’image du premier but des Belges où les 34 ans de Loïc Perrin se font lourdement sentir face à Jonathan David. Les joueurs de Ghislain Printant réalisent ainsi la parfaite démonstration de leur nauvrage collectif en ce début de saison 2019-2020.

Bien loin semble en effet les années 2010 où les Mvilla, Cabaye et Debuchy étaient appelés en Équipe de France. 10 ans plus tard et après s’être battu pour redresser le club puis pour l’emmener en Coupe d’Europe, la détermination et la rage de vaincre de ces vétérans de Ligue 1 semblent s’être évaporées. Peut-être cela date-t-il du 6 juin 2019, jour de l’officialisation de Ghislain Printant au poste d’entraîneur de l’équipe première. Celui qui était l’adjoint de Jean-Louis Gasset depuis plusieurs saisons prenait les commandes du banc de l’ASSE, propulsé par les joueurs, au premier rang desquels Yann M’Vila, bien conscients du bénéfice qu’ils pourraient en tirer en termes de repos et de petit confort quotidien. S’en est suivi un véritable pilotage automatique, palpable aussi bien dans l’intensité des matchs que des entraînements, qui se traduit dans la vérité des chiffres : Après 6 matchs officiels, l’ASSE n’a gagné que 5 points tout en encaissant 11 buts. Alors que tout le club se veut rassurant, des joueurs au président, on ne peut que constater une équipe à la dérive, orpheline de son « papa » Jean-Louis Gasset.

Les prochaines semaines déjà décisives

N’infantilisons pas pour autant le nouvel entraîneur de l’ASSE. Printant connait bien la Ligue 1 et dispose d’un effectif de qualité sur le fond, et dont tous les postes sont doublés. En opérant les choix tactiques qui s’imposent, comme par exemple titulariser Robert Beric à domicile, et en imposant un électrochoc à l’équipe, Printant peut encore se sauver. Mais pour combien de temps pourra-t-il encore garder ce costume d’entraîneur qui parait déjà un peu trop grand ?

ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Ils voulaient Printant. A eux de le sauver maintenant »

Après la défaite de l’ASSE à La Gantoise (2-3), notre correspondant à Saint-Etienne pointe le rendement très décevant de certains cadres stéphanois.

« L’ASSE a raté son entame en Ligue Europa. Pour son retour sur la scène européenne après deux ans d’absence, elle s’est inclinée à La Gantoise malgré un missile de Khazri, qui n’avait plus marqué dans le jeu depuis 19 matches, et un autre but de Kaminski, le gardien des Buffalos, un but-gag qui lui vaudra de passer dans tous les bons bêtisiers foot de fin d’année. Après cette défaite, les Verts restent sur une vilaine série de cinq matches sans victoire (trois défaites et deux nuls) depuis leur succès à Dijon lors de la 1ere journée de L1. Cela vaut à Ghislain Printant d’être déjà sous pression. Les « Printant ne passera pas l’automne » commencent à proliférer, et on peut effectivement penser que sans réaction lors des cinq matches à venir (Angers, Metz, Nîmes, Wolfsburg et Lyon) d’ici la prochaine trêve internationale, l’aventure à la tête de l’ASSE pourrait tourner court pour l’ancien adjoint de Jean-Louis Gasset.

Des cadres défaillants

Pour l’heure, cette ASSE 2019-20 enchaîne les contre-performances. Défensivement, elle est aux abois dès que l’adversaire, quel qu’il soit, franchit la ligne médiane. Et offensivement, elle ne montre pas grand-chose. Il s’en était fallu de peu dimanche dernier pour que Toulouse mène 3-0 à la mi-temps à Geoffroy-Guichard. Le doublé d’Hamouma et la réaction en seconde période avait permis d’arracher un point, comme cela avait déjà été le cas contre Brest grâce à Bouanga. Mais entre ces deux nuls à domicile, il y avait eu deux défaites à Lille et Marseille.

Et il y a donc eu hier celle concédée à La Gantoise, où l’attaquant canadien Jonathan David s’est bien amusé face aux errements et à la lenteur des Stéphanois. Dans la défense à trois mise en place par Printant, Perrin s’est fait déposer sur le premier but, Moukoudi a perdu son duel sur le troisième et Kolo n’a guère été plus consistant.

Fini le « copinage », vraiment ?

En premier rideau, M’Vila, qui a quasiment joué quatrième défenseur central, a été aussi transparent que Youssouf et Cabaye. Le 5-3-2 n’a pas du tout fonctionné. Avec Debuchy et Trauco trop imprécis sur les côtés, le duo Hamouma-Khazri s’est retrouvé coupé du bloc, livré à lui-même. Il n’a eu qu’un éclair, sur le but de Khazri. Menés dès la 2e minute, les Verts ne se sont procurés une autre occasion qu’en toute fin de match, quand Beric, décidément malheureux, a failli égaliser à 3-3 sur la dernière action, son tir en pivot étant repoussé par le poteau droit de Kaminski.
Mais pas question pour Printant de se réfugier derrière ce manque de réussite après la rencontre. Et c’est bien là ce qui peut le plus rassurer après ce nouveau match raté : le Montpelliérain ne se voile pas la face. Il s’est dit « responsable » de la situation, et a soutenu qu’il allait dire aux joueurs « les vérités ».

En tant qu’ancien gardien, nul doute que le coach des Verts a noté que Ruffier a encaissé trois buts dans ses six mètres en Belgique. A la lecture de ses propos, on peut donc supposer qu’il ira dire au Basque de sortir un peu plus lors des matches à venir. Et qu’il dira aux autres cadres, en premier lieu ceux qui ont usé de leur influence pour qu’il prenne la relève de Gasset, de se secouer un peu, d’en faire plus et même beaucoup plus. D’arrêter de s’entraîner à la carte, de jouer en sénateurs. Le « copinage » a ses limites. Une prise de conscience est impérative et il serait bien qu’elle ne tarde pas trop. Parce qu’au train où vont les choses… »

Laurent HESS

Ghislain Printant : Décevant & frustrant !

Ghislain Printant : Décevant & frustrant !

La réaction d’après-match du coach stéphanois qui pointe les erreurs récurrentes du groupe depuis le début de la saison, et qui prend ses responsabilités sur le travail qu’il reste à accomplir et le rôle du staff pour élever le collectif.

Quelle est votre première réaction après ce match ?
Je suis extrêmement déçu. Déçu car j’avais demandé de la concentration et de la rigueur. Alors, quand, au bout d’une minute, vous êtes menés au score… Sur cette action, on aurait pu dégager le ballon plusieurs fois. On a commis une nouvelle erreur comparable à ce que l’on fait depuis le début de saison. C’est décevant et frustrant. Ça fait mal. Devoir toujours courir après le score est difficile.

Comment remédier à cette fébrilité défensive ?

On fait des erreurs individuelles lors de chaque match. Un coup c’est l’un, un coup c’est l’autre. C’est à moi de faire en sorte de redonner confiance à mon groupe, lui enlever les doutes qu’il peut avoir. Et, surtout, retrouver un équilibre. Il faut avoir une assise défensive plus performante si l’on veut gagner des matches. On a des occasions mais on est trop friables derrière.

Quel était votre plan pour contrarier La Gantoise ?

Je souhaitais tenir leurs deux attaquants hors de la surface de réparation avec deux joueurs dans les couloirs pour aller chercher leurs latéraux. Mathieu Debuchy et Miguel Trauco l’ont plutôt bien fait. Ce premier but encaissé très tôt a fait que l’on a étiré un petit peu nos lignes. On a ensuite retrouvé notre idée directrice. Revenir au score était positif pour l’équipe. Mais prendre des buts sur ce genre d’erreurs est cruel. Dans l’ensemble, notre gardien n’a pas été trop sollicité mais en prenant trois buts, il est difficile de gagner.

Vous semblez très déçu par cette rencontre.

Je suis déçu pour nos supporters, déçu pour le club, déçu pour les joueurs. Après, il est évident que les résultats ne sont pas en notre faveur. Mais, mon staff et moi devons trouver les bons mots et les remèdes pour vite enrayer cette spirale et faire en sorte de retrouver la victoire. Il va falloir échanger avec les joueurs, faire en sorte de les amener à ce que l’on souhaite faire en étant honnêtes, sincères, mais aussi à leurs côtés dans la difficulté.

G. Printant – Source ASSE

Credit photo : Icon Sport

Lire la suite ...