ASSE : pourquoi le 5-3-2 de Printant n’a pas fonctionné à La Gantoise

ASSE : pourquoi le 5-3-2 de Printant n'a pas fonctionné à La Gantoise

L’ASSE s’est inclinée pour son premier match de Ligue Europa à Gand (2-3), où Ghislain Printant avait opté pour un nouveau dispositif tactique qui n’a pas du tout fonctionné. Analyse de la prestation des Verts, joueur par joueur.

RUFFIER (3)

Le gardien des Verts a été surpris dès la 2e minute par le remuant David. Un but encaissé dans ses six mètres, comme les deux suivants. Une passivité coupable.

MOUKOUDI (3), puis BERIC

Annoncé comme un crack, Moukoudi tarde à justifier les promesses. Le premier but est venu de sa zone et sur le deuxième, il perd son duel avec Depoitre qui lui fait un petit pont d’une talonnade. La gestion des espaces n’est pas là même dans une défense à trois et son manque de repères dans ce dispositif est flagrant. Il avait déjà été en difficulté à Marseille. Remplacé par BERIC, qui a apporté sa présence dans la surface, tirant le bloc vers le haut. Le Slovène a failli égaliser, d’une frappe en pivot sur le poteau (94e).

PERRIN (3)

Sur le premier but, il s’est fait déposer, côté droit. La vitesse de David lui a posé de gros soucis. Un but contre son camp pour conclure une soirée bien difficile. Pourtant, ce dispositif est censé lui faciliter la tâche…

KOLO (3)

Axial gauche, il était dans son meilleur rôle lui aussi. Mais son manque de rythme s’est ressenti. Pourquoi le club ne l’a-t-il pas fait revenir plus tôt ? L’une des nombreuses aberrations de son Mercato…

DEBUCHY (3)

Avec ses 34 ans, l’ancien Gunner, lui, n’est pas dans son meilleur rôle en piston droit. Le système l’oblige à multiplier les courses. Un peu trop pour ses vieilles jambes…

M’VILA (3)

Avec lui, l’ASSE a quasiment évolué à quatre défenseurs centraux en Belgique… Son repli défensif a été défaillant sur le deuxième but. Une lenteur de plus en plus problématique. Il n’a pas mis le ballon en touche alors que Kolo était à terre. Et dire qu’il était un maillon fort depuis son arrivée, jusqu’ici…

CABAYE (3), puis BOUANGA

Dans le milieu à trois, Cabaye s’est positionné plus bas que Youssouf, ce qui peut surprendre. On l’a surtout vu se prendre le bec avec le capitaine adverse, mais il n’a été d’aucune influence. Remplacé par BOUANGA, menaçant de la tête (89e). Scotché à la ligne contre Toulouse (2-2) lors du match précédent, l’ancien nimois avait déjà chauffé le banc à Marseille (0-1), lui qui aime dévorer les espaces. Son utilisation interpelle.

TRAUCO (3)

Le Péruvien avait de l’espace sur son côté gauche mais il est resté sur la réserve. Volontaire mais brouillon, il semble tarder à sadapter au football européen. Une déception parmi tant d’autres.

YOUSSOUF (3)

Récompensé de ses bonnes entrées à Marseille et contre Toulouse, l’ancien bordelais a débuté. Mais il a eu beaucoup de mal à se situer. Complètement transparent du début à la fin.

HAMOUMA (5), puis NORDIN

En pointe aux côtés de Khazri, Hamouma n’a pas touché beaucoup de ballons, le bloc jouant très bas. Sur une ouverture de Perrin, il a joliment remisé pour Khazri. Une passe décisive et c’est tout, ses appels étant restés vains. Remplacé par NORDIN, qui n’a pas trouvé le cadre du gauche (88e).

KHAZRI (6)

Le Tunisien a inscrit son premier but dans le heu depuis le mois de janvier en décochant un superbe missile. S’il a joué un peu trop perso sur la fin, il s’est arraché jusqu’au bout. Le meilleur Vert sur le terrain. Il peut s’estimer heureux de ne pas avoir été expulsé pour un geste d’humeur sur un joueur belge (92e). Avec la VAR, c’était le rouge à coup sûr !

Laurent HESS

ASSE : Printant, Perrin, Mercato… Larqué distribue les tacles

ASSE : Printant, Perrin, Mercato... Larqué distribue les tacles

Jean-Michel Larqué, l’ancien mythique joueur de l’ASSE, a eu comme souvent un avis sans concession sur la situation des Verts.

Sans doute parce qu’il a un attachement particulier à l’ASSE, Jean-Michel Larqué s’est toujours montré très à cheval sur la situation des Verts. Et forcément, la mauvaise passe actuelle fait sortir de ses gonds celui dont la voix porte sur RMC.

Dans des propos relayés par Poteaux Carrés, l’ancien milieu mythique des Verts a clairement mis en cause Ghislain Printant pour sa tactique jugée frileuse face à la Gantoise. « Le budget de Saint-Etienne, c’est presque le triple de celui de La Gantoise. Mais on a vu hier les Verts jouer avec cinq défenseurs et trois milieux défensifs.  Résultat, au milieu, c’était le désert de Gobi ! Tu pars là-bas avec le trouillomètre à zéro. L’entraîneur a envoyé un message clair avec cette composition d’équipe. Mais ce n’était pas un match à élimination directe. A un moment donné, tu peux essayer de faire un résultat avec tes armes et non en subissant comme ils l’ont fait. L’ASSE n’a gagné qu’un seul match cette saison, le premier, contre Dijon, dernier de L1… »

Par la suite, Larqué s’est montré critique envers Loïc Perrin dont les performances sont très décevantes, avant de tacler plus globalement le Mercato de l’ASSE. « Cela me fait de la peine car j’ai été dithyrambique avec lui, mais Loïc Perrin cette saison 2019-2020 c’est le Adil Rami de la saison 2018-2019 à l’OM. Le mercato de Saint-Etienne ? Pour moi c’est des recrues, pas des renforts. C’est beau de doubler les postes, mais quand un joueur moyen double le poste d’un joueur moyen, celui qui joue reste un meilleur moyen. J’avais un entraîneur, Jean Snella, qui disait : « deux joueurs moyens coûtent beaucoup plus cher qu’un bon joueur. » C’est vrai », a conclu Larqué.

Maxime Tauzin

ASSE : ces pros qui ne joueront sans doute jamais en équipe première cette saison

L’ASSE compte beaucoup de joueurs sous contrat professionnel cette saison. Et parmi eux, certains ont très peu de chances d’évoluer en équipe première. Tour d’horizon de ces pros aux perspectives très limitées…

Théo VERMOT

Le portier, en fin de contrat, a signé un nouveau bail d’un an. Il accompagne le groupe à tous les matches en tant que 3e gardien. Mais si Ruffier et Moulin venaient à être indisponibles en même temps, c’est vraisemblablement le jeune Bajic qui jouerait.

Marvin TSHIBUABUA

Vainqueur de la Coupe Gambardella au printemps, l’athlétique défenseur central a paraphé un premier contrat professionnel de trois ans dans la foulée. Membre de l’équipe de France U18, il vient de disputer le Tournoi de Limoges. Mais devant lui, à l’ASSE, il y a Perrin, Kolodziejczak, Saliba, Moukoudi et Fofana…

Léo LACROIX

Prêté à Bâle et à Hambourg ces deux dernières saisons, le géant suisse a préféré rester à l’ASSE malgré plusieurs offres. Il évoluera en réserve.

Mickaël NADE

Contrairement à Lacroix, le robuste défenseur (photo), considéré il y a trois ans par Galtier comme « le nouveau Kurt Zouma », a été convié à la préparation du groupe pro. Il a même fait des bancs lors des premières journées de L1, dans un groupe en manque de gaucher. Mais il est vraiment loin dans la hiérarchie des défenseurs centraux.

Alpha SISSOKO

Difficile de ne pas considérer l’ancien réserviste clermontois comme le n°4 au poste de latéral droit derrière Debuchy, Palencia et Monnet-Paquet, qui avait montré avant de se faire les croisés de très bonnes aptitudes sur le côté, dans une défense à trois. La réserve lui est promise. Il n’a même pas été inscrit sur la liste pour la Ligue Europa.

Cyril MARTIN-PICHON

Titulaire en réserve ces deux dernières saisons, le milieu défensif a prolongé d’une saison. Mais à son poste, l’horizon est complètement bouché, avec M’Vila, Aholou, Youssouf, Cabaye, Camara, Diousse, voire Valbon ou encore Moueffek.

Victor PETIT

Appelé dans le groupe par Gasset l’hiver dernier, à l’entraînement, le jeune milieu était titulaire lors de la victoire en Gambardella. Gaucher, technique, il tarde cependant à confirmer son potentiel. Et peine à enchaîner les titularisations en réserve.

Lucas LLORT

Arrivé de la réserve de Montpellier, le jeune latéral gauche n’a pas été convié à la préparation d’avant-saison. Blessé cet été, il vient d’effectuer ses débuts en National 2. A son poste, il y a Trauco, Silva, Kolodziejczak. Mais Printant l’a tout de même intégré à la liste UEFA pour la Ligue Europa.

Abdoulaye SIDIBE

Le jeune ailier a été assez discret lors de la capagne victorieuse des U19 en Gambardella, mais le club compte sur lui puisqu’il l’a fait signer pro. Mais pour l’heure, il alterne les matches en réserve et en U19.

Jérémie PORSAN-CLEMENTE

Après une saison décevante avec la réserve de Montpellier, l’attaquant martiniquais (21 ans) a intégré la réserve de l’ASSE. Le club lui a fait signer un contrat de deux ans mais il n’est pas programmé pour aller plus haut. Difficile donc de le voir se frayer un chemin avec la présence de Khazri, Beric, Diony et Abi.

Tyrone TORMIN

Comme Tshibuabua, Petit, Sidibé, Valbon et Moueffek, l’ailier gauche a signé un premier contrat pro dans la foulée de la victoire en Gambardella et d’une saison réussie (10 buts). Percutant, fin dribbleur, il fait partie des meilleurs espoirs du club. Mais l’international U18 doit faire face à une très grosse concurrence sur les côtés (Bouanga, Nordin, Hamouma, Honorat, voire Khazri et Abi).

Laurent HESS

ASSE : un ancien Vert à la mairie de Saint-Étienne ? 

Le prochain maire de Saint-Etienne pourrait être une figure marquante de l’ASSE puisque Patrick Revelli va se présenter aux élections !

Les maires de Saint-Etienne ont l’habitude de venir à Geoffroy-Guichard. Soit parce qu’ils sont fans de l’ASSE depuis toujours, soit à des fins plus politiques comme se faire bien voir par un électorat potentiel. Mais le prochain édile pourrait tout simplement être un habitué des lieux !

Patrick Revelli, attaquant de l’ASSE lors de la glorieuse période des années 60-70 (1969-78), a été investi hier soir tête de liste de La République en Marche pour Saint-Etienne. Il se présentera donc aux élections de mars prochain. L’homme aux quatre titres de champion de France, finaliste de la Coupe des champions 1976, a expliqué au Progrès :

« Je suis issu de la société civile et j’ai demandé le soutien de La République en marche. Si je suis candidat, c’est dans un esprit de rassemblement. Je suis arrivé à Saint-Etienne lorsque j’avais 17 ans. C’est normal que je rende à cette commune ce qu’elle m’a apporté. Je ne veux en aucun cas me servir de la ville mais je veux la servir. Aujourd’hui, je ne cours plus trop mais je marche vite. »

R.N.

Printant : « Les résultats ne mènent pas à de l’optimisme »

Printant : « Les résultats ne mènent pas à de l’optimisme »

Une nouvelle fois bousculés en Europa League jeudi soir sur le terrain de La Gantoise (défaite 3-2), les joueurs de Ghislain Printant se sont montrés beaucoup trop approximatifs et nonchalants pour espérer ramener un résultat de Belgique.

Printant n’a pas caché sa déception en conférence de presse : « Je suis extrêmement déçu. Déçu, car j’avais demandé de la concentration et de la rigueur. Alors, quand, au bout d’une minute, vous êtes menés au score…»

L’entraîneur a également souligné les erreurs individuelles qui pénalisent toute l’équipe : « On a commis une nouvelle erreur comparable à ce que l’on fait depuis le début de saison. C’est décevant et frustrant. Ça fait mal. Devoir toujours courir après le score est difficile. On fait des erreurs individuelles lors de chaque match. Un coup c’est l’un, un coup c’est l’autre»

Enrayer la spirale négative

« On va faire en sorte de récupérer, on va aller à Angers dimanche, ça va être important. Il va falloir faire en sorte d’amener les joueurs dans ce qu’on souhaite en étant à la fois le plus honnête possible, en leur disant les vérités mais en étant avec eux dans la difficulté. C’est tous ensemble qu’on sortira la tête de l’eau. »

Printant doit s'affirmer en tant qu’entraîneur n°1 s'il veut le rester

Printant doit s'affirmer en tant qu’entraîneur n°1 s'il veut le rester

Après deux mois à la tête de l’équipe de l’AS Saint-Etienne, Ghislain Printant se retrouve dans une situation délicate.

Les débuts de l’ancien adjoint de Gasset se trouvent être très décevant après 6 matchs,  3 défaites et 2 nuls pour une seule victoire sur le plus petit des scores contre un club qui n’a clairement pas sa place en Ligue 1. Ghislain Printant semble déjà sur la sellette et doit rapidement trouver des solutions pour redresser la barre. Voici quelques suggestions de ce qui pourrait être amélioré dans le coaching de Printant.

S’émanciper du « Système Gasset » et trouver le « Système Printant »

Jean-Louis Gasset est parti cet été pour des raisons personnelles, laissant le club stéphanois orphelin d’un coach qui avait fait des merveilles en sauvant, dans un premier temps, l’ASSE d’une saison 2017-2018 très mal partie et dans un second temps en offrant une magnifique 4e place lors de la saison 2018-2019 synonyme de qualification en Europa League.

Plusieurs pistes ont été étudiées pour trouver un successeur à l’entraîneur à la casquette, c’est finalement Ghislain Printant, l’adjoint de JLG, qui a été choisi par les dirigeants stéphanois avec le soutien des cadres du vestiaire. Lors du mercato, l’effectif stéphanois a été renforcé et n’a subit aucun gros bouleversement mis à part le départ de Cabella à Krasnodar.

Cependant, la sauce ne prend pas et Printant semble éprouver les plus grandes difficultés à exploiter les nombreuses qualités de son effectif. Le natif de Montpellier semble vouloir garder la continuité avec le coaching de Gasset et notamment la mise en place d’une défense à 5 qui a souvent été utilisée par ce dernier. Malheureusement cela ne marche pas et pour les supporters l’impression dominante est que Printant essaie maladroitement de faire du Gasset… Il serait peut-être temps que Printant se mette à faire du Printant en s’émancipant de l’aura de JLG et enfin trouver un style de jeu dans lequel il peut exprimer ses talents de tacticien.

Retirer le « statut d’intouchable » aux sein de l’effectif

Comme cité précédemment, la nomination de Printant à la tête de l’équipe a été en partie due au soutien des cadres de l’équipe. On repense notamment à M’Vila qui a mis la pression aux dirigeants en déclarant ouvertement qu’il souhaiterai partir si ce n’était pas Printant qui était nommé à la tête de l’équipe. Or, le lobbyisme des cadres semble avoir un coût non négligeable qu’est l’attribution de brassards d’immunité pour ces derniers. Pour citer des noms il s’agit notamment de Loïc Perrin, Yann M’Vila, Wahbi Khazri voir même Debuchy et Hamouma.

Pour ce qui est de M’Vila, il semble se satisfaire de ses prestations au rabais et son manque de motivation à porter l’équipe vers le haut tire finalement les siens vers le bas. Le cas Perrin est différent, à 34 ans, l’emblématique capitaine des verts enchaîne les mauvaises prestations depuis le début de la saison, trop lent et physiquement en dessous de ses adversaires, il concède la plupart de ses duels en 1 contre 1 ainsi que ses duels aériens. Khazri de son côté ne semble pas encore totalement affûté et enchaîne les matchs comme avant-centre, positionnement qui ne lui convient pas totalement mais que Printant s’entête à reproduire matchs après matchs. Reste à savoir si le fait d’évoluer en n°9 est une demande personnelle de Khazri à Printant, ce qui serait pour le moins inquiétant.

Il semble nécessaire que le coach stéphanois reprenne la main sur ses joueurs et que chaque membre de l’effectif mérite sa place afin d’être titularisé lors de chaque matchs. Les cadres doivent être ceux qui poussent le reste de l’équipe vers le haut et non pas ceux qui ont de l’ancienneté ou un moyen de pression envers le club.

(Ré)Introduire un esprit de groupe et relancer une dynamique positive

L’image que donne le groupe stéphanois de l’extérieur est celle d’un groupe rempli de joueur de talent qui n’arrivent pas à jouer ensemble. De plus, l’effectif semble divisé en plusieurs groupes sans qu’un vrai esprit d’équipe dans son ensemble soit présent. Dans ce sens le départ de Rémy Cabella peut paraître regrettable, tant pour son rôle fédérateur vis à vis de l’ensemble des joueurs, que pour sa bonne humeur communicative.

Les matchs doivent être abordé et pris au sérieux par l’ensemble de l’effectif que ce soit ceux qui sont dans le 11 de départ que ceux qui sont sur le banc (cela passe notamment par le fait d’interdire les téléphones portables sur le banc, comme on a pu le voir avec Boudebouz lorsqu’il est sorti à la mi-temps contre le TFC). Pour cela il faut que les cadres soient capables de fédérer et non pas seulement  de profiter d’un statut de ministre au sein du collectif, il faut des leaders ! Il semble aussi nécessaire que chaque membre de l’effectif se sente intégré et apte à dire ce qu’il a à dire à ses coéquipiers.

Les verts doivent repartir dans une dynamique positive et ça dès le déplacement à Angers. Printant doit remettre les pendules à l’heure et faire des choix forts sans craindre que certains joueurs se mettent à bouder. Les joueurs sont sous contrat et doivent l’honorer, surtout si ce contrat amène à porter le maillot d’un club mythique (même si celui de cette saison n’est pas réussi) soutenu par des supporters exceptionnels. Ce ne sont donc pas des joueurs ou des groupes de joueurs qui doivent faire la loi.

Faire confiance aux autres joueurs de l’effectif… et aux jeunes

Le coach stéphanois semble ne faire confiance qu’à une poignée de joueur et les autres se retrouvent sur le banc à grappiller des bouts de matchs. C’est notamment le cas des trois avant-centres de l’effectif que sont Beric, Diony et Abi, qui se retrouvent à cirer le banc et à regarder un joueur évoluer à leur poste de prédilection bien que ce ne soit pas là où il est le meilleur. Si les verts n’arrivent pas à gagner avec une composition, il ne faut pas avoir peur de changer cette composition et de donner leur chance à d’autres joueurs.

De plus, le club est rempli de jeunes joueurs de qualité qui n’attendent que de pouvoir saisir leur chance avec l’équipe première. Ce sont des joueurs comme Abi, Tshibuabua ou encore Tormin, qui ont l’habitude de s’entraîner avec les pros et qui ont mené l’équipe U19 à remporter la Coupe Gambardella.

Pour conclure, l’ASSE a un effectif de qualité mais il faut vite mettre en place un dynamique de groupe et enfin lancer la saison et vite réaliser des « matchs référence » en vue des échéances européennes et de championnat. Ghislain Printant est un coach plein d’expérience et qui a la volonté de bien faire, cependant il est temps qu’il s’affirme afin qu’il puisse garder sa place sur le banc de l’ASSE.

Lire la suite ...

ASSE : ce secteur dans lequel les Verts se portent mieux que jamais

ASSE : ce secteur dans lequel les Verts se portent mieux que jamais

Cette saison, l’AS Saint-Etienne a passé un cap au niveau du sponsoring, atteignant pour la première fois la barre des 10 M€.

Si sportivement l’AS Saint-Etienne connait un début de saison assez poussif (15e de Ligue 1 avec une seule victoire en cinq matches), les Verts se portent plutôt bien économiquement. Cet été, le club ligérien a établi son record de ventes avec 43,85 M€ générés. Le club ligérien a également passé un cap sur l’une de ses autres sources de revenus : le sponsoring.

En effet, avec l’arrivée du site de paris en ligne ZE BET qui vient garnir une ligne de sponsors bien fournie (Le Coq Sportif, Casino, Desjoyaux, Aesio, Afflelou, Markal, etc.). Selon « Sportune », les recettes liées au sponsoring ont atteint le cap des 10 M€.

Si l’ASSE figure toujours derrière le PSG, l’OM, l’AS Monaco et l’OL, le club s’affiche au 5e rang français, loin devant ses autres concurrents dans l’élite.

Arnaud Carond

Les infos du jour : l’ASSE dans le doute, Zidane dans l’œil du cyclone

Les infos du jour : l'ASSE dans le doute, Zidane dans l’œil du cyclone

Si vous n’avez pas eu le temps de suivre l’actualité du jour, But Football Club récapitule pour vous les informations importantes de ce vendredi 20 septembre.

La grosse info : la nouvelle défaite des Verts fait jaser

Déjà dans le dur en Ligue 1, l’ASSE a confirmé sa passe difficile en s’inclinant en Ligue Europa sur la pelouse de la Gantoise (2-3). Un revers qui pousse un peu plus les Verts dans le doute… alors que le nom de Gasset resurgit.

La Gantoise – ASSE (3-2) : les Verts sont « dégoûtés » et piquent une grosse colère 

ASSE – L’analyse de Laurent Hess : « Ils voulaient Printant. A eux de le sauver maintenant » 

ASSE : une deadline fixée à Ghislain Printant, Gasset déjà sur le retour ? 

Mais aussi :

Real Madrid : la bombe Cristiano Ronaldo explose en pleine figure de Zinédine Zidane 

Le non remplacement de Cristiano Ronaldo (Juventus Turin, 34 ans) depuis plus d’un an semble condamner Zinédine Zidane au Real Madrid.

PSG – Mercato : 3 géants ont plus que jamais Thomas Tuchel en ligne de mire 

Thomas Tuchel a regagné du crédit contre le Real Madrid en Ligue des champions (3-0). L’entraîneur du PSG a toujours gardé la cote en Europe.

OM – Mercato : un joueur signé par Vincent Labrune ne se rappelle même plus de lui ! 

Le défenseur japonais Hiroki Sakai (29 ans) ne se souvient même plus de Vincent Labrune, qui l’a pourtant recruté en 2016 à l’Olympique de Marseille !

OL : l’évolution de son équipe, ses choix… La mise au point de Sylvinho avant le PSG 

Dimanche (21 heures), l’OL reçoit le PSG dans un match au sommet de Ligue 1. Un premier gros test français pour Sylvinho. Ce vendredi, le Brésilien a fait face aux critiques sur le jeu et certains de ses choix.

FC Nantes : Gourcuff a désamorcé une bombe à retardement laissée par Halilhodzic 

Christian Gourcuff rayonne depuis qu’il a signé au FC Nantes. Avec lui, toutes les composantes de la Maison Jaune affichent de la sérénité et un bien-être palpable.